BNP / UMP qui va payer?

Imprimez l'article

Finalement, la BNP devrait prochainement être sanctionnée pour une somme inférieure à 10 milliards de dollars, soit l’équivalent d’une année de bénéfice pour la banque. Une paille n’est-ce pas? Hier on évoquait une perte de 4,8 milliards d’euros pour la Société Générale. L’action avait été réservée à la baisse et la chute avait alors été très sévère. Aujourd’hui, l’action BNP baisse légèrement… Un non-événement ! Si les marchés ne réagissent pas avec une telle nouvelle, qu’en déduisez-vous ? La réponse devrait inciter les gens à réfléchir plutôt deux fois qu’une…
Motif de la sanction de la justice américaine : avoir contourné, entre 2002 et 2009, l’embargo imposé par Washington sur les transactions avec l’Iran, le Soudan et Cuba.

Il y a une responsabilité des politiciens de l’UMP dans la gestion scandaleuse des fonds de leurs adhérents. Mais que dire aujourd’hui de l’attitude d’un Baudouin Prot, alors directeur général, et Michel Pébereau, président du conseil d’administration et grand habitué des réseaux mondialistes ? Surtout depuis que L’Express a révélé que les propres services de la BNP avaient averti les dirigeants de ce scénario en 2006 ! Juste après le scandale de l’affaire ABN Amro : la banque néerlandaise avait été poursuivie par la justice américaine, pour des faits similaires à ceux aujourd’hui reprochés à BNP Paribas…
Faut-il croire que ce grand groupe bancaire n’a pas la capacité d’employer des juristes compétents, au courant du terme « jurisprudence » ? Et comme chez l’UMP, les boss de la banque n’étaient (bien sûr) pas au courant.Point commun des banquiers de la BNP et des leaders de l’UMP/PS : avancer en fermant les yeux

Quelques têtes vont certainement tomber afin d’étouffer le scandale au plus vite.

Mais quelle leçon doivent tirer tous ceux qui mettent leur salaire, leurs économies à la BNP ? D’autant plus que depuis le BAIL IN, cet argent ne leur appartient plus ; ils ne sont que les créanciers de la banque… plus les propriétaires de leur argent…
De quoi réfléchir quand on entend des sommes aussi rondelettes tout en ignorant comment cela va être acquitté à la justice américaine qui a tellement besoin d’oseille !
Les dernières statistiques macro-économiques (publiées il y a quelques heures) sur la croissance américaine sont pires que les scénarios les plus pessimistes. Pas surprenant que la Maison Blanche cherche quelque endroit de la planète pour y allumer le feu… juste le temps de divertir les citoyens américains sur le cauchemar qui les attend. Mais rassurez-vous, les marchés financiers remontent la pente. Evidemment! Pour demain, les experts de la banque centrale américaine assurent que cela ira mieux !
Les patrons de BNP ? Coupables ? Humm… Comme le grand patron de l’UMP, ils sont dans la boutique mais au courant de RIEN… Ils vont juste représenter La Banque dans les grandes institutions mondialistes pour faire avancer le processus de paupérisation de l’Occident. Et quand ils seront en retraite, on leur assurera des jetons de présence conséquents dans les conseils d’administration des grandes Firmes du Système. Leur conseil vaudrait de l’or (dit-on) alors qu’ils ne cessent de prendre les risques adéquats pour TOUS nous ruiner.
La décision de la justice américaine aura t-elle un impact sur le crédit ?
‘‘  Cela amputerait sensiblement sa capacité à octroyer des prêts à ses clients, puisque les nouvelles règles du secteur conditionnent le niveau des crédits accordés au montant des fonds propres. Or, la BNP est une des principales banques de la zone euro et un des principaux acteurs du secteur du crédit, essentiel pour la reprise économique européenne, et encore vacillant après la crise. C’est notamment pourquoi le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer s’est rendu la semaine passée à New York pour rencontrer le procureur de Manhattan, Cyrus Vance, a rapporté mardi le New York Times. « Les autorités françaises s’inquiètent d’abord d’un tel niveau de sanction pour la banque et de son impact sur l’accès au crédit », a indiqué à l’AFP une source proche du dossier. Car, outre les conséquences sur le système économique, l’enjeu est aussi important pour BNP Paribas d’un point de vue commercial. La possibilité de maintenir des opérations en dollars, monnaie de référence des échanges internationaux, est en effet cruciale pour l’établissement. S’il en était privé – même temporairement -, il ferait alors face au risque de voir une partie de ses clients lui échapper. BNP Paribas et la Banque de France n’ont pas souhaité commenter ces informations.  ’’ (Source : Le Point)
Deux poids deux mesures
Quant à la justice américaine, parlons-en quelques instants. Le président Obama avait dit à F. Hollande qu’il ne s’en occupait pas, sous-entendu que la BNP allait trinquer pour la non soumission de la France à refuser la vente des Mistral à la Russie comme l’exigeaient les Etats-Unis.  La BNP a donc contourné des règles de droit.
Aujourd’hui, la tête du dirigeant de l’EIIL, ce groupe djihadiste bien connu pour ses atrocités grâce aux médias, est recherché. Or la commercialisation du pétrole qu’il détient est interdite. Voici ce qu’écrit T. Meyssan :  »  comment des terroristes peuvent-ils vendre du pétrole sur le marché international, si surveillé par Washington ? […]
Le hasard fait que le congrès mondial annuel des compagnies pétrolières se tenait du 15 au 19 juin à Moscou. On pensait y parler de l’Ukraine, mais il y fut question de l’Irak et de la Syrie. On y a appris que le pétrole volé par le Front al-Nosra en Syrie est vendu par Exxon-Mobil (la société des Rockefeller qui règne sur le Qatar), tandis que celui de l’ÉIIL est exploité par Aramco (USA/Arabie saoudite). Rappelons au passage que durant le conflit libyen, l’Otan avait autorisé le Qatar (c’est-à-dire Exxon-Mobil) à vendre le pétrole des « territoires libérés » par al-Qaïda.   »
 
Sombre anniversaire
Demain on fêtera le 28 juin 1914… cela ne vous rappelle t-il rien ? Réponse : l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand d’Autriche et de Sophie Chotek, son épouse par une satrapie de la Franc Maçonnerie : la Main Noire. Telle était la réponse des financiers à la faillite de l’Empire britannique. Que d’enseignement à tirer de cet événement présentant une foule de similitudes avec notre présent ? L’ouvrage que nous proposons contient les extraits du procès de Salonique des meurtriers… et donc les dessous de cette guerre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.