Archives de catégorie : Association

Le génie de la Chine- Institut Wanxiang

Imprimez l'article

Le rythme circadien du corps – IIème siècle av. J.-C.

Durant les années 1960, l’hypothèse que le corps pourrait fonctionner au rythme d’horloges biologiques était téméraire ou aberrante pour de nombreux scientifiques. Médecins et biologistes risquaient leur réputation à soutenir une telle affirmation. Depuis lors, des centaines de milliers d’hommes de science dans le monde étudient régulièrement ces « horloges biologiques », dont l’existence est aujourd’hui universellement admise.
On les connaît sous le nom de rythmes circadiens, du latin circa diem, « journalier ». La plupart des rythmes corporels, liés en règle générale aux sécrétions hormonales, sont approximativement de vingt-quatre heures. La glande pinéale, située dans la boîte crânienne, serait l’horloge biologique de référence. De fait, des expériences menées à l’Université du Texas ont démontré que des glandes pinéales de poulets isolées in vitro ont continué à fonctionner quatre jours entiers comme horloges biologiques.
La menstruation, avec l’ovulation, constitue certainement l’un des rythmes corporels les plus évidents. Deux mille deux cents ans avant que des scientifiques occidentaux se risquent à passer pour des excentriques en émettant l’hypothèse de rythmes journaliers dans le corps, les Chinois les avaient observés et admis.

Continuer la lecture de Le génie de la Chine- Institut Wanxiang

SENGCAN (?-606?), « Inscrits sur la foi en l’Esprit » Institut Wanxiang

Imprimez l'article

… »Vivre dans la Grande Voie n’est ni facile ni difficile, mais ceux dont la vision est limitée sont craintifs et irrésolus, et plus ils se dépêchent, plus ils vont lentement – l’attachement ne connaît pas de limites;
S’attacher à l’idée de l’illumination, c’est également s’égarer.
Laissez simplement les choses être telles qu’elles sont, et il n’y aura ni allée, ni venue.
Obéissez à la nature des choses – votre propre nature, et vous avancerez librement, sans être perturbés.
Quand la pensée est emprisonnée, la vérité est cachée, car tout est trouble et obscur et la pratique pesante du jugement amène la contrariété et la lassitude.
Quel bénéfice peut-on tirer des distinctions et des séparations?
Si vous voulez cheminer sur la Voie, ne rejetez pas le monde des sens et des idées
En vérité, les accepter pleinement est identique à une véritable illumination.
L’homme sage ne poursuit aucun but, mais l’homme insensé s’enchaîne.
Il y a un dharma, une vérité, une loi, il n’y en a pas plusieurs; les distinctions proviennent des attachements, des besoins de l’ignorant.
Rechercher le Mental avec un mental discriminant est la plus grande erreur qui soit.
« …

Jianzhi Sengcan (鑑智僧璨) (? ~ 606?) est considéré comme le troisième patriarche chinois de l’école bouddhiste Chan et le trentième depuis Bouddha. Le Xinxinming 信心銘 « Écrits sur la Foi en l’Esprit », texte essentiel du Chan sur le non-dualisme fondamental, lui serait attribué. Jianzhi « miroir de sagesse » est un titre décerné par l’empereur Tang Xuanzong (685 – 762).https://www.institut-wanxiang.com/

Continuer la lecture de SENGCAN (?-606?), « Inscrits sur la foi en l’Esprit » Institut Wanxiang

Respecter les désirs de l’autre -Institut Wanxiang

Imprimez l'article

« Je ne ferai jamais à une personne ce qu’elle ne veut pas qu’on lui fasse. »

« Ils nous remercieront plus tard. » « Si on les laisse faire, c’est la catastrophe. » « Elles commencent toujours par dire non. »
Nous pouvons avoir tendance à croire que certaines personnes ne savent pas ce qui est bon pour elles. Nous nous permettons, dans certains cas, de leur forcer la main, en prétendant que nous ne faisons que défaire une résistance passagère. Cet argument se manifeste par exemple dans les cas suivants :
•    Lorsqu’un parent force un enfant ou un adolescent réticent à faire quelque chose ;
•    Lorsqu’un médecin impose un traitement à son patient ;
•    Lorsqu’une personne chargée de l’éducation d’une autre utilise des méthodes coercitives ;
•    Lorsqu’un peuple, un groupe social, ou un employeur par ex. qui s’estime supérieur, considère qu’il possède, de fait, le droit d’imposer sa conception du monde à un autre ;
Dans ces différents cas, la personne qui utilise la force se cache le fait qu’elle provoque de la souffrance en s’abritant derrière des motivations louables. Mais dans ces différents cas, elle s’abuse elle-même sur trois points :  https://www.institut-wanxiang.com/

Continuer la lecture de Respecter les désirs de l’autre -Institut Wanxiang

SENGCAN (?-606?), « Inscrits sur la foi en l’Esprit » Institut-wanxiang.com

Imprimez l'article

SENGCAN (?-606?), « Inscrits sur la foi en l’Esprit »

« La Grande Voie n’est pas difficile pour ceux qui n’ont pas de préférences.
Quand l’amour et la haine sont tous deux absents, tout devient clair, sans masque.
Si pourtant, vous faites la plus petite distinction, le paradis et la terre se retrouvent infiniment séparés.
Si vous souhaitez voir la vérité, alors n’ayez pas d’opinion pour ou contre.
Opposer ce que l’on aime à ce que l’on n’aime pas, c’est la maladie du mental.
 »

Jianzhi Sengcan (鑑智僧璨), japonais [Kanchi] Sosan (? ~ 606?) est considéré comme le troisième patriarche chinois de l’école bouddhiste Chan et le trentième depuis Bouddha. Le Xinxinming 信心銘 « Écrits sur la Foi en l’Esprit », texte essentiel du Chan sur le non-dualisme fondamental, lui serait attribué. Jianzhi « miroir de sagesse » est un titre décerné par l’empereur Tang Xuanzong.

https://www.institut-wanxiang.com/

Continuer la lecture de SENGCAN (?-606?), « Inscrits sur la foi en l’Esprit » Institut-wanxiang.com

Réfléchir sur la vie, ce n’est pas (la) vivre par Michel Institut Wanxiang

Imprimez l'article

Prenez garde à ce danger : on ne cesse de réfléchir « sur » ; il y a des gens qui réfléchissent sur la vie, d’autres sur l’amour, d’autres encore sur ceci et cela.

Lettre sur le site institut Wanxiang

« Un éleveur de poulets, mécontent de la productivité de ses volailles, décida d’user avec ses poules d’un peu de psychologie. C’est pourquoi il acheta un perroquet aux couleurs vives : ce perroquet parlait. Il le plaça dans le poulailler. Bien entendu, les poules remarquèrent immédiatement l’élégant étranger ; elles lui indiquèrent avec de joyeux gloussements les meilleurs morceaux à picorer et se mirent à le suivre comme un groupe de collégiennes suivrait une star de la chanson. Au grand plaisir de l’éleveur, leur capacité de ponte s’en trouva accrue.

Naturellement jaloux d’être ignoré par son harem, le coq du poulailler se jeta sur le séduisant intrus, l’assaillit de son bec et de ses ergots, lui arrachant l’une après l’autre ses plumes vertes et rouges. Sur quoi le perroquet, intimidé et inquiet, s’écria : « 
Arrêtez ! Je vous en supplie, arrêtez ! Après tout, je ne suis là que pour enseigner les langues ! » » (tiré de L’art de vivre et de mourir de Bhagwan Shree Rajneesh.
Beaucoup de gens vivent une vie de professeur de langues. C’est le genre de vie le plus faux qui soit. La réalité n’a pas besoin du langage, elle vous est accessible à un niveau non verbal. La lune est là, elle n’a pas besoin d’eau pour s’y refléter. Vous n’avez qu’à la regarder ; c’est une communication non verbale. La vie entière est accessible – il vous faut simplement apprendre à communiquer avec elle de façon non verbale.

Continuer la lecture de Réfléchir sur la vie, ce n’est pas (la) vivre par Michel Institut Wanxiang

Déception et frustration Par Michel Institut Wanxiang

Imprimez l'article

Déception et frustration naissent de ce qu’une « réalité » imaginée ne se produit pas, comme le bonheur d’une paix gracieuse.

Résultat de recherche d'images pour "image frustration"La déception ne vient pas tant de ce que quelque chose ne se produit pas que de ce que l’avenir se réalise différemment de l’avenir imaginé. Par exemple, le fait d’être déçu de ne pas réussir un examen ne vient pas de l’échec en soi, mais du fait d’avoir déjà « imaginé » son existence future en fonction de sa réussite.

Il ne s’agit pas d’être pessimiste tout le temps et d’envisager systématiquement l’échec et la non-réalisation de ses désirs. Éviter la déception ne consiste qu’à laisser l’avenir ouvert, à envisager différentes possibilités, à imaginer avec plaisir une réussite, à considérer un échec avec sérieux et à s’apprêter à affronter différentes possibilités. Le Tao est un immense champ de probabilités.

Par exemple, si vous attendez avec plaisir la visite d’une personne que vous n’avez pas vue depuis longtemps, vous pouvez imaginer méticuleusement tout ce que vous allez faire, les endroits que vous allez visiter, les conversations que vous allez avoir, et en tirer par avance un grand plaisir. Continuer la lecture de Déception et frustration Par Michel Institut Wanxiang

Cerveau et diabète/ Institut Wanxiang

Imprimez l'article

Et si la maladie d’Alzheimer était une nouvelle forme de diabète?

Cette hypothèse résout bien des énigmes autour de cette maladie semble de plus en plus plausible.
Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune qui détruit les cellules pancréatiques produisant l’insuline, ce qui empêche l’organisme de réguler le niveau de sucre sanguin.

Le diabète de type 2, conséquence d’une alimentation trop riche et de trop de graisse abdominale, est soit un défaut de production d’insuline, soit une incapacité de l’organisme à répondre à l’insuline en absorbant l’excès de sucre sanguin. Cette forme de diabète qui accroît le risque de maladie cardiaque, d’AVC, de cécité, de lésions nerveuses et d’amputation, est la plus courante. A moins que la maladie d’Alzheimer soit aussi une forme de diabète, de type 3, apparaissant quand le cerveau devient résistant à l’insuline. Aussi surprenant que cela puisse paraître, le cerveau produit de l’insuline. Jusque-là, ce rôle était connu du seul pancréas, dont toute anomalie engendre le diabète. Mais la découverte ne s’arrête pas là, puisque les chercheurs ont également constaté une baisse d’insuline dans le cerveau des patients atteints de la maladie d’Alzheimer.

A-t-on découvert un diabète de type 3 ? Continuer la lecture de Cerveau et diabète/ Institut Wanxiang

Comprendre ses motivations/ Institut Wanxiang

Imprimez l'article

Tout ce que je fais est guidé par des motivations très profondes — mais comment les découvrir ?

« J’ai l’impression de ne pas faire ce que je voudrais vraiment faire, de ne pas vivre ce que je voudrais vraiment vivre; une part de moi est effrayée par ce que j’ai laissé faire  ».

Beaucoup d’entre nous ne se sentent pas pleinement satisfaits de leurs existences, voire ressentent les événements de leurs vies comme des blessures morales et physiques. Quand c’est le cas, nous cherchons souvent une explication à cette insatisfaction dans des causes matérielles ou dans notre environnement. Par exemple, nous accusons le manque d’argent, un mauvais travail, une vie de famille moins agréable ou plus astreignante qu’on ne le voudrait, ou au contraire une facilité, une occasion qui s’est présentée à laquelle on a cédé…

Nous accusons la malchance, le destin, les étoiles voire quelqu’un… Mais bien souvent, la source de cette insatisfaction réside dans une mauvaise connaissance de nos propres motivations. Qu’est-ce qui nous pousse à agir, qu’est-ce qui se cache derrière nos désirs et nos intentions ? Continuer la lecture de Comprendre ses motivations/ Institut Wanxiang

Quelles motivations guident nos actes ? Institut Wanxiang

Imprimez l'article

M’arrêter le temps de comprendre quelles sont les motivations qui guident mes actes.
« On a du mal à s’en sortir avec la voiture, la maison, et la nouvelle machine à laver ».
« Tous les week-ends, on va chez les parents, et on n’arrête pas de se disputer ».
« Il faut se battre tous les jours. La pression est terrible. Je suis crevé, et depuis quelque temps, ma santé se dégrade ».
« J’y pense continuellement, ça me rend encore plus malade, mais je n’arrive pas à me décider à faire ce que j’ai à faire pour guérir ».
« J’ai consacré dix ans de ma vie à cet objectif, et maintenant je suis déprimé ».
« Il faut absolument que j’arrête de fumer. J’ai tout essayé, mais rien ne marche ».
« Je ne peux pas … ».
Nous nous imposons beaucoup de choses mais elles ne nous rendent pas heureux pour autant. Très souvent, nous ne parvenons pas à faire ces choses, ou mal, ou encore elles ont des conséquences négatives ou des effets secondaires indésirables. La plupart du temps, ces choses nous font souffrir parce que nous ne comprenons pas pourquoi nous devons les faire. Continuer la lecture de Quelles motivations guident nos actes ? Institut Wanxiang

Messages au Pr Agnès Buzyn, Ministre de la Santé par Henri Joyeux

Imprimez l'article

La nouvelle représentation nationale

Celle qui se dessine traduit le rejet massif de la politique de santé du précédent quinquennat.

Les 1 105 872 personnes signataires à ce jour de la pétition

http://petitions.ipsn.eu/penurie-vaccin-dt-polio/ >

réclamant le seul vaccin obligatoire le DTP sont très inquiètes.

Elles n’ont aucune nouvelle de l’Etat ou des fabricants, qui font la sourde oreille, attendant votre décision, Madame la Ministre. Seuls quelques journalistes santé, manquant d’indépendance ou de compétence, affirment qu’il faut 10 ans pour fabriquer un nouveau vaccin !

Nous savons que la ministre précédente, fortement incitée par l’empire vaccinal, a préparé de quoi imposer les 8 vaccins supplémentaires (au total 11) aux nouveaux nés. Continuer la lecture de Messages au Pr Agnès Buzyn, Ministre de la Santé par Henri Joyeux

La racine de réglisse en complément ? Par Michel-Institut Wanxiang

Imprimez l'article

Des produits naturels pour réduire les graisses viscérales.
Si une activité physique régulière et une alimentation plus « équilibrée » sont indispensables, elles ne sont pas exclusives. Il est tout à fait envisageable de les complémenter avec un traitement naturel. Le thé vert ou noir ont prouvé leurs vertus dans la perte de poids.

Des études récentes (Aoki F.) ont mis en évidence les effets d’un produit spécifiquement intéressant sur les graisses abdominales : la racine de réglisse (Gan Cao). Consommée depuis plus de 4000 ans, c’est l’une des plantes les plus utilisés en médecine traditionnelle chinoise. C’est la glabridine, contenue dans la réglisse, qui serait à l’origine de la diminution du tissu adipeux viscéral. Ses propriétés lui permettraient à la fois de réduire la synthèse des graisses tout en accroissant l’activité des enzymes responsables de la dégradation des tissus adipeux. Dans plusieurs études, des rats obèses ont été alimentés avec une nourriture grasse supplémentée avec un extrait de Glycyrrhiza. Les résultats ont montré que l’ajout de l’extrait de racine diminuait significativement le poids du tissu adipeux abdominal tout en abaissant les triglycérides sanguins. Des tests ont également été faits sur l’homme et ont confirmé les études animales : une dose quotidienne de 900 mg d’huile de racine de réglisse a entraîné la diminution significative de l’IMC et de la masse grasse abdominale après quatre à six semaines d’ingestion.


雷宓谐 dit Michel
Continuer la lecture de La racine de réglisse en complément ? Par Michel-Institut Wanxiang

La stéatose ou maladie du soda par l’institut Wanxiang

Imprimez l'article

Voir l’article originale sur le site de Wanxiang avec le lien suivant:

La stéatose ou maladie du soda

Selon un article du Parisien du 10 mars 2017, six millions de Français sont atteints par la NASH (Non Alcoholic Steato-Hepatitis), pathologie du foie gras, dont la cause est l’hygiène de vie.
C’est une pathologie silencieuse qui se développe lentement sans aucun symptôme. Et qui, pourtant, suscite une profonde inquiétude chez les médecins. En France, les patients atteints de la maladie du «foie gras» (stéatose) ne cessent de progresser. Entre 25 et 30 % de la population seraient concernés.
Sédentarité, diabète, malbouffe, obésité… Au fil des années, le foie se gorge de graisse car il n’a plus la capacité de la transformer. Des années plus tard, certains malades développent la Nash, l’acronyme anglais de la stéatose hépatique non alcoolique. Le foie s’enflamme, des lésions hépatiques apparaissent. Six millions de Français en seraient atteints, soit 12 % de la population. Quand les signes de fatigue s’installent, la biopsie, prélèvement d’une petite partie de l’organe, permet de faire un diagnostic.

Stéatose hépatique et médecine occidentale

Diabète type 2 et NASH

Le diabète de type 2 et la stéatopathie non alcoolique sont deux pathologies intimement liées, chacune influençant l’histoire évolutive de l’autre. Parmi les diabétiques de type 2, 20 à 75 % présenteraient une NASH.
La stéatopathie recouvre deux entités aux pronostics très différents, définis par leur description anatomopathologique. La stéatose hépatique correspond à la présence de lobules graisseux sans signe de souffrance hépatocytaire. La stéatohépatite associe la présence de lobules graisseux et de signes de souffrance hépatocytaire : inflammation et nécrose. Peut ensuite s’y associer une fibrose, véritable tournant évolutif de la maladie vers la cirrhose hépatique et ses complications potentiellement fatales. Continuer la lecture de La stéatose ou maladie du soda par l’institut Wanxiang