Archives de catégorie : UPR

France 3 Parle du buzz créé par l’UPR pour le Brexit

Imprimez l'article

Regarder cette vidéo traduite en Anglais, réalisé par un petit Français Romain, poster juste avant le  23 juin pour une sortie de l’UE par la Grande Bretagne. Elle est aussi visible pour ceux qui ont facebook. Il a fait le tour de l’Europe et récolté les différent avis de ses habitants, vus déjà plus de 600.000 vus sur les réseaux anglais. Continuer la lecture de France 3 Parle du buzz créé par l’UPR pour le Brexit

35% des Français seraient favorables à la sortie de l’UE : La seule solution, c’est l’UPR

Imprimez l'article

https://fr-fr.facebook.com/notes/fran%C3%A7ois-asselineau-union-populaire-r%C3%A9publicaine/louis-aliot-confirme-que-le-front-national-ne-propose-quune-autre-europe-et-quil/10151681519042038/

Sondage : 35% des français seraient favorables à la sortie de l’UE (+7 points en 2 mois) et ces français se recrutent dans tous les camps politiques. le FN est divisé sur l’Europe et est incapable de rassembler tous les camps.logo-upr

Un sondage publié aujourd’hui par Odoxa révèle que 35% des Français seraient désormais favorables à la sortie pure et simple de la France de l’UE.

1er enseignement : Cela reste minoritaire mais cela représente une progression stupéfiante de +7% en 2 mois.

2ème enseignement : La répartition des Français favorables à cette sortie est la suivante :

– 23% des sympathisants de gauche sont favorables au Frexit

– 25% des sympathisants de droite hors FN sont favorables au Frexit

– 77% des sympathisants FN sont favorables au Frexit.

Conclusion Continuer la lecture de 35% des Français seraient favorables à la sortie de l’UE : La seule solution, c’est l’UPR

UPR: Y a-t-il encore un pilote à la tête de l’État ? Par François Asselineau

Imprimez l'article

Pour la 1re fois depuis 1958, un gouvernement français interdit une manifestation organisée par les grandes centrales syndicales…. puis décide de l’autoriser devant le tollé provoqué !

Le gouvernement français a cru bon d’annoncer, dans la matinée de ce mercredi 22 juin, qu’il avait décidé d’interdire la nouvelle manifestation contre la réforme du droit du travail prévue demain, jeudi 23, à Paris. Cette manifestation était organisée par les grandes centrales syndicales, CGT et FO notamment.

La raison officielle de cette interdiction était que le gouvernement « redoute les violences qui ont entaché de précédents défilés ».

L’annonce de l’interdiction de cette manifestation a aussitôt soulevé un tollé chez les responsables syndicaux organisateurs et chez de nombreux députés de gauche et écologistes. Continuer la lecture de UPR: Y a-t-il encore un pilote à la tête de l’État ? Par François Asselineau

Que se passe-t-il à Cuba ? par Nicolas Klein

Imprimez l'article

Le 17 décembre 2014, après des mois de négociation, le président des États-Unis d’Amérique, Barack Obama, et le président du Conseil d’État de la République de Cuba, Raúl Castro, surprenaient le monde entier en annonçant, lors d’une conférence de presse séparée, qu’ils allaient rétablir leurs relations diplomatiques bilatérales. Avec le soutien du Canada et surtout du Vatican (le pape François ayant joué un rôle éminent dans ces accords), les deux nations brisaient ainsi plus de 50 ans d’« ignorance » mutuelle en matière diplomatique et semblaient tourner la page de l’un des plus célèbres antagonismes de la Guerre froide.

Le régime cubain, d’obédience communiste, avait en effet été l’un des grands alliés de l’Union soviétique depuis les années 60. Entamée le 26 juillet 1953, la révolution cubaine, menée par les frères Castro, Ernesto Guevara et Camilo Cienfuegos, avait triomphé du régime dictatorial de Fulgencio Batista le 1er janvier 1959. Depuis lors, La Havane a toujours été un adversaire stratégique majeur de Washington dans le cadre de sa lutte contre Moscou, selon le principe des conflits périphériques et indirects de la Guerre froide. De son côté, l’administration américaine avait déjà avancé ses pions en intégrant en 1955 le Pakistan, alors situé à moins de 100 kilomètres de la frontière méridionale de l’URSS, dans un organisme anticommuniste, l’Organisation du Traité de l’Asie du Sud-Est. Dès 1951, l’entrée de la Turquie dans l’Organisation du Traité de l’Atlantique nord menaçait déjà les limites occidentales du bloc de l’Est [1].http://www.upr.fr/actualite/que-se-passe-t-il-a-cuba-par-nicolas-klein Continuer la lecture de Que se passe-t-il à Cuba ? par Nicolas Klein

Islande et UE : un divorce de raison ? UPR

Imprimez l'article

IslandeLes pays pauvres se précipitent dans l’UE sans hésiter, alors que les États qui se sentent plus ou moins à l’aise, sur le plan économique, refusent d’y adhérer et préfèrent mener leur existence heureuse à côté de l’Union européenne mais pas en son sein. С’est le constat que l’on peut faire en analysant les dernières nouvelles de l’Europe. L’Ukraine qui ne survit économiquement aujourd’hui que grâce aux subventions européennes rêve de gonfler les rangs des membres « secondaires » et les plus démunis de l’Europe unie. D’autre part, tout comme la Norvège qui a refusé l’adhésion à l’union par deux fois, en 1972 et 1994, l’Islande vient de renoncer officiellement à sa candidature à l’UE. Le Ministère des affaires étrangères du pays a expliqué dans son communiqué que «les intérêts de l’Islande sont mieux servis en dehors de l’Union européenne ». En effet, l’Islande est l’un des pays européens qui s’en est le mieux sortie de la crise financière qui a frappé le monde en 2008. Selon l’institut statistique national, l’activité économique de l’Islande a dépassé en 2014 son niveau d’avant la crise. Grâce à une croissance de 1,9%, le produit intérieur brut y a battu l’an dernier son record qui datait de 2008 alors qu’en zone euro, la croissance n’a été que de 0,9%. http://fr.sputniknews.com/analyse/20150319/1015252129.html et http://www.upr.fr/actualite/entretien-de-francois-asselineau-avec-lagence-russe-sputnik-au-sujet-de-lislande Continuer la lecture de Islande et UE : un divorce de raison ? UPR

« center »

compteur gratuit« /center »