« Manu dans l’cul », « Libre », « Liberté », « Camarade Président » de Saez, un pur régal comme toujours

by Neptunya | 19 novembre 2019 13 h 51 min

« Manu dans l’cul » une des chansons contenue dans « Le manifeste 2016-2019 : Ni Dieu ni maître », un quadruple album contenant 39 chansons qu’il a écrites et composées par Saez. A télécharger gratuitement sur www.saez.mu/manu/
Lire la suite

Source URL: http://neptunya.fr/manu-dans-lcul-de-saez-un-pur-regal-comme-toujours/


Arnaque et Démocratie, Extrait du livre d’Idriss Aberkane « Libérez votre cerveau »

by Neptunya | 25 octobre 2019 23 h 59 min

Et au fond, les pyramides de ponzi ne sont rien à côté de la structure de nos « démocraties », dont la novlangue repose précisément sur l’art de donner aux gens ce qu’ils veulent plutôt que ce dont ils ont besoin. je n’ai encore jamais rencontré un politicien qui ait le courage de déclarer en meeting ce que les électeurs doivent entendre. Les foules votantes ont tendance à se comporter comme de grand enfants qui attendent de leur champions une attitude paternelle et providentielle. Elles veulent de la classe politique qu’elle résolve des problèmes qu’elles auraient pu régler elles-mêmes, et n’ont sur ce point pas plus de maturité collective qu’un préadolescent n’a de maturité individuelle. De mon observation du fait politique, j’ai acquis l’intime conviction que les foules votantes prennent un plaisir sordide à leur propre infantilisation… D’où l’enchaînement cynique, mais logique, de la neuroergonomie de la politique avec celle de l’arnaque. Lire la suite

Source URL: http://neptunya.fr/arnaque-et-democratie-extrait-du-livre-didriss-aberkane-liberez-votre-cerveau/


Le livre de Charles-Henri GALLOIS « Les Illusions économiques de l’Union européenne »

by Neptunya | 14 octobre 2019 13 h 12 min

https://boutique.upr.fr/home/219-livre-de-charles-henri-gallois.html « J’étais pro-européen comme tout le monde. Parce que c’est comme ça. Parce que l’on vous répète du berceau à la tombe que l’Union européenne est formidable. Parce que, aimant les autres peuples européens, l’idée d’une union pouvait paraître a priori sympathique, vue rapidement de l’extérieur. Parce que l’on vous répète que la France serait trop petite, seule dans la mondialisation. Parce que l’Europe, c’est la paix. Parce qu’en sortir serait la catastrophe. Avec du recul et en creusant le fonctionnement de cette organisation politique, tous les arguments en faveur de l’UE sont pavloviens, basés sur des slogans et sur la peur. Vous allez le comprendre : lorsque l’on analyse l’UE en profondeur et que l’on décide rationnellement qu’il vaut mieux s’en libérer, c’est un combat des faits face à un dogme. C’est d’ailleurs tout l’objet de ce livre, répondre au dogme, à la religion de l’UE, par des faits. » Lire la suite

Source URL: http://neptunya.fr/le-livre-de-charles-henri-gallois-les-illusions-economiques-de-lunion-europeenne/


Le Bruce Lee afghan (durée 1/2h)

by Neptunya | 2 avril 2018 10 h 53 min

Lire la suite

Source URL: http://neptunya.fr/le-bruce-lee-afghan-duree-1-2h/


Sustainable Energy — without the hot air ou L’énergie durable — Pas que du vent !

by Neptunya | 21 décembre 2017 16 h 48 min

Résultat de recherche d'images

Je vous donne un mail que j’ai reçu il y a quelques jours qui nous donne un livre en PDF sur les différentes énergies renouvelables.

L’association AMIDES (lien) [1]a fait la traduction d’un document essentiel sur les énergies renouvelables signé David JC MacKay dont le titre original est « Sustainable Energy — without the hot air. » Voici le lien sur le pdf en français (lien)[2]

Au sommaire

1 Motivations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
2 Le bilan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
3 Voitures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
4 Vent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
5 Avions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
6 Solaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
7 Chauffer et refroidir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
8 Hydroélectricité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
9 Lumière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
10 Vent en mer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
11 Gadgets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
12 Vagues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
13 Alimentation et agriculture . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
14 Marées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
15 Les trucs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
16 Géothermie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
17 Quelques services publics . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
18 Peut-on vivre uniquement sur les renouvelables ? . . . . 123
II Faire la différence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
19 Chaque GRAND geste compte . . . . . . . . . . . . . . . 136
20 De meilleurs transports . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140
21 Un chauffage plus intelligent . . . . . . . . . . . . . . . . 167
22 Utiliser l’électricité de manière plus efficace . . . . . . . 184
23 Des combustibles fossiles durables ? . . . . . . . . . . . . 186
24 Du nucléaire ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190
25 Vivre sur les renouvelables d’autres pays ? . . . . . . . . 209
26 Fluctuations et stockage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 220
27 Cinq plans énergétiques pour la Grande-Bretagne . . . . 240
28 Remettre les coûts en perspective . . . . . . . . . . . . . 253
29 Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? . . . . . . . . . . . . . 263
30 Programmes énergétiques pour l’Europe, l’Amérique
et le monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 274
31 La dernière chose dont il faut parler . . . . . . . . . . . . 284
32 Dire oui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 296
Remerciements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 297
III Chapitres techniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 299
A Voitures II . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 300
B Vent II . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 311
C Avions II . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 318
D Solaire II . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 333
E Chauffage II . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 341
F Vagues II . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 361
G Marées II . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 365
H Les trucs II . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 378
IV Données utiles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 385
I Référence rapide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 386
J Populations et superficies . . . . . . . . . . . . . . . . . . 397
K Historique énergétique au Royaume-Uni . . . . . . . . . 401
Liste de liens Web . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 403
Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 407
Index . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 414
A propos de l’auteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 428

L’auteur renvoie aussi sur son site withouthotair.com (lien)[3] où vous pouvez trouver le même contenu chapitre par chapitre.

Endnotes:
  1. association AMIDES (lien) : http://www.amides.fr/
  2. le lien sur le pdf en français (lien): http://www.inference.org.uk/sustainable/book/translate/french/sewtha_20111001_lowres.pdf
  3. site withouthotair.com (lien): http://www.withouthotair.com/

Source URL: http://neptunya.fr/sustainable-energy-without-the-hot-air-ou-lenergie-durable-pas-que-du-vent/


IN-SHADOW: A Modern Odyssey de Lubomir Arsov

by Neptunya | 16 décembre 2017 17 h 55 min

Juste à voir.

IN-SHADOW: A Modern Odyssey[1] from Lubomir Arsov[2] on Vimeo[3].

Endnotes:
  1. IN-SHADOW: A Modern Odyssey: https://vimeo.com/242569435
  2. Lubomir Arsov: https://vimeo.com/lubomirarsov
  3. Vimeo: https://vimeo.com

Source URL: http://neptunya.fr/in-shadow-a-modern-odyssey-de-lubomir-arsov/


Diagnostiquée Crohn Par Jeanne Deumier

by Neptunya | 29 septembre 2017 18 h 18 min

Diagnostiquée Croh[1]n Par Jeanne Deumier (lien clicable)[2]

A 18 ans, Jeanne Deumier a appris qu’elle était atteinte de la maladie de Crohn, une pathologie inflammatoire chronique de l’appareil digestif[3] que la médecine ne sait pas guérir.

Huit ans après, elle publie un livre, « Diagnostiquée Crohn », aux éditions Flammarion, dans lequel elle raconte comment elle a réussi à se soigner en changeant totalement ses habitudes alimentaires. Interview.

A 18 ans, vous venez de fêter votre bac, et vous vous sentez très fatiguée…

Oui. J’avais mené une vie de jeune normale jusque-là. Mais j’ai commencé à avoir des réactions bizarres : un verre de vin, des chips, me faisaient vomir. Mais comme j’étais insouciante et jeune, je me disais « ça va passer, c’est un manque de magnésium, ou de fer ». Mes nuits étaient de plus en plus longues, j’étais pourtant de plus en plus fatiguée au cours de l’été.

Puis j’ai commencé à avoir des douleurs aux articulations, aux genoux, aux chevilles, aux poignets… comme des rhumatismes, qui ne s’expliquaient pas. C’était devenu très handicapant, le mal de mer ne s’arrêtait plus. Je vomissais jusqu’à 20 fois par jour, j’avais perdu beaucoup de poids, je devais commencer une année à la Sorbonne en lettres modernes appliquées, et j’en étais incapable. Je suis allée faire des analyses, on m’a diagnostiquée Crohn.

Quelle est cette maladie ?

C’est une ulcération du tube digestif. Comme une gangrène, qui gagne du terrain, année après année. Elle peut s’endormir, repartir, mais officiellement, on ne sait pas la guérir. Quand les ulcérations deviennent trop importantes, on enlève des bouts du tube. Moi j’avais des ulcérations un peu partout, ce qui ne présageait rien de bon pour mes années d’adulte.

Vous avez d’abord été soignée de manière « classique ».

J’ai été suivie à l’hôpital Montsouris. J’ai d’abord pris des corticoïdes, qui ne servaient qu’à masquer la maladie : je replongeais à chaque fois que je baissais les doses à 15 mg. Je suis passée à un deuxième traitement, l’Imurel, très lourd, que je tolérais très mal.

J’avais encore plus de nausées, de vomissements. J’attrapais tous les virus d’hiver. Le médecin m’a alors proposé un troisième traitement, aux anti-TNF, qui m’auraient obligée à aller tout le temps à hôpital avec des effets secondaires plus graves encore.

C’est là que vous avez basculé…Oui, dans le couloir de l’hôpital, en attendant le rendez-vous, j’ai vu un distributeur de Twix, Mars, Fanta… Personne ne m’avait parlé d’un quelconque rapport de ma maladie avec l’alimentation. On m’avait juste conseillé d’éviter les légumes crus qui peuvent favoriser l’inflammation. Mais je commençais à me poser des questions. Ce distributeur, dans un service de gastro, il y avait quelque chose d’anormal !Je n’y connaissais rien, j’avais 18 ans, je n’étais pas scientifique, mais j’ai écouté mon instinct. J’ai subitement décidé que je ne suivrais plus ces traitements. Je suis allée voir un ostéopathe, qui, lui, m’a tout de suite parlé de l’importance de l’alimentation. Puis un naturopathe, qui m’a dit la même chose. J’ai aussi fait des recherches sur le web, passé des heures sur des forums où des personnes atteintes de maladies chroniques erraient…

Je partais de rien et du pire ! J’ai commencé par arrêter les fast-foods. Ça, même ado, on sait que ce n’est pas bon. Puis j’ai arrêté les sandwicheries et les paninis, les sodas, les boîtes de gâteaux, les chips. Puis j’ai stoppé les produits laitiers, surtout le lait de vache. J’ai changé mes petits déjeuners plus de chocolat chaud, de baguette blanche bourrée de sucre, de Miel Pops ou de confitures industrielles.

Avec ma mère, on s’est mises aux légumes et fruits de saison, on a découvert les enseignes biologiques, les marchés locaux. La soupe maison a remplacé les plâtrées de pâtes à la carbonara le soir. En quelques semaines, la fatigue, les nausées sont parties, le sommeil est revenu. Les problèmes de peau que j’avais depuis des années, la pourlèche que j’avais toujours autour de la bouche, l’eczéma… tout a disparu. C’est très difficile de décrire avec des mots, mais j’ai trouvé un apaisement total. J’ai retrouvé l’appétit, repris un poids normal, fait du sport.

Diagnostiquée Crohn Par Jeanne Deumier (lien clicable)[4]

A 18 ans, Jeanne Deumier a appris qu’elle était atteinte de la maladie de Crohn, une pathologie inflammatoire chronique de l’appareil digestif[3] que la médecine ne sait pas guérir.

Huit ans après, elle publie un livre, « Diagnostiquée Crohn », aux éditions Flammarion, dans lequel elle raconte comment elle a réussi à se soigner en changeant totalement ses habitudes alimentaires. Interview.

A 18 ans, vous venez de fêter votre bac, et vous vous sentez très fatiguée…

Oui. J’avais mené une vie de jeune normale jusque-là. Mais j’ai commencé à avoir des réactions bizarres : un verre de vin, des chips, me faisaient vomir. Mais comme j’étais insouciante et jeune, je me disais « ça va passer, c’est un manque de magnésium, ou de fer ». Mes nuits étaient de plus en plus longues, j’étais pourtant de plus en plus fatiguée au cours de l’été.

Puis j’ai commencé à avoir des douleurs aux articulations, aux genoux, aux chevilles, aux poignets… comme des rhumatismes, qui ne s’expliquaient pas. C’était devenu très handicapant, le mal de mer ne s’arrêtait plus. Je vomissais jusqu’à 20 fois par jour, j’avais perdu beaucoup de poids, je devais commencer une année à la Sorbonne en lettres modernes appliquées, et j’en étais incapable. Je suis allée faire des analyses, on m’a diagnostiquée Crohn.

Quelle est cette maladie ?

C’est une ulcération du tube digestif. Comme une gangrène, qui gagne du terrain, année après année. Elle peut s’endormir, repartir, mais officiellement, on ne sait pas la guérir. Quand les ulcérations deviennent trop importantes, on enlève des bouts du tube. Moi j’avais des ulcérations un peu partout, ce qui ne présageait rien de bon pour mes années d’adulte.

Vous avez d’abord été soignée de manière « classique ».

J’ai été suivie à l’hôpital Montsouris. J’ai d’abord pris des corticoïdes, qui ne servaient qu’à masquer la maladie : je replongeais à chaque fois que je baissais les doses à 15 mg. Je suis passée à un deuxième traitement, l’Imurel, très lourd, que je tolérais très mal.

J’avais encore plus de nausées, de vomissements. J’attrapais tous les virus d’hiver. Le médecin m’a alors proposé un troisième traitement, aux anti-TNF, qui m’auraient obligée à aller tout le temps à hôpital avec des effets secondaires plus graves encore.

C’est là que vous avez basculé…Oui, dans le couloir de l’hôpital, en attendant le rendez-vous, j’ai vu un distributeur de Twix, Mars, Fanta… Personne ne m’avait parlé d’un quelconque rapport de ma maladie avec l’alimentation. On m’avait juste conseillé d’éviter les légumes crus qui peuvent favoriser l’inflammation. Mais je commençais à me poser des questions. Ce distributeur, dans un service de gastro, il y avait quelque chose d’anormal !Je n’y connaissais rien, j’avais 18 ans, je n’étais pas scientifique, mais j’ai écouté mon instinct. J’ai subitement décidé que je ne suivrais plus ces traitements. Je suis allée voir un ostéopathe, qui, lui, m’a tout de suite parlé de l’importance de l’alimentation. Puis un naturopathe, qui m’a dit la même chose. J’ai aussi fait des recherches sur le web, passé des heures sur des forums où des personnes atteintes de maladies chroniques erraient…

Je partais de rien et du pire ! J’ai commencé par arrêter les fast-foods. Ça, même ado, on sait que ce n’est pas bon. Puis j’ai arrêté les sandwicheries et les paninis, les sodas, les boîtes de gâteaux, les chips. Puis j’ai stoppé les produits laitiers, surtout le lait de vache. J’ai changé mes petits déjeuners plus de chocolat chaud, de baguette blanche bourrée de sucre, de Miel Pops ou de confitures industrielles.

Avec ma mère, on s’est mises aux légumes et fruits de saison, on a découvert les enseignes biologiques, les marchés locaux. La soupe maison a remplacé les plâtrées de pâtes à la carbonara le soir. En quelques semaines, la fatigue, les nausées sont parties, le sommeil est revenu. Les problèmes de peau que j’avais depuis des années, la pourlèche que j’avais toujours autour de la bouche, l’eczéma… tout a disparu. C’est très difficile de décrire avec des mots, mais j’ai trouvé un apaisement total. J’ai retrouvé l’appétit, repris un poids normal, fait du sport.

Endnotes:
  1. Diagnostiquée Croh: http://amzn.to/2fEsaTh
  2. n Par Jeanne Deumier (lien clicable): http://amzn.to/2fEsaTh
  3. maladie de Crohn, une pathologie inflammatoire chronique de l’appareil digestif: https://www.sciencesetavenir.fr/sante/la-maladie-de-crohn-definition-symptomes-traitement_27338
  4. Diagnostiquée Crohn Par Jeanne Deumier (lien clicable): http://amzn.to/2fEsaTh

Source URL: http://neptunya.fr/diagnostiquee-crohn-par-jeanne-deumier/


Vous êtes fous d’avaler ça ! : Un industriel de l’agroalimentaire dénonce

by Neptunya | 19 août 2017 9 h 40 min

Vous êtes fou d'avaler ça![1]Matières premières avariées, marchandises trafiquées, contrôles d’hygiène contournés, Christophe Brusset dénonce les multiples dérives dont il est, depuis vingt ans, le complice ou le témoin dans les coulisses de l’industrie agroalimentaire. A 44 ans, cet ingénieur de haut niveau devenu dirigeant au sein de groupes internationaux a décidé de « faire son devoir » et de briser la loi du silence. Piment indien rempli de crottes de souris, thé vert de Chine bourré de pesticides, faux safran marocain, viande de cheval transformée en boeuf, confiture de fraises sans fraises, origan coupé aux feuilles d’olivier : les arnaques qu’il révèle sont nombreuses, mais ses conseils rassemblés dans son « guide de survie en magasin » devraient vous permettre d’en déjouer la plupart ! Christophe Brusset raconte la course de vitesse planétaire entre fraudeurs pour fournir aux industriels des matières premières toujours moins chères. Son récit effarant est une plongée saisissante et pleine d’humour dans un monde sans foi ni loi.  Vous êtes fous d’avaler ça ! [2]

Pour moi rien de nouveau sous le soleil, pour ceux qui ne savent pas accrochez vous. Vous pouvez ou pas y croire! Mais croyez moi si vous aviez vu ou entendu ce que je connais vous ne mangeriez plus industriel!

Endnotes:
  1. [Image]: //ws-eu.amazon-adsystem.com/widgets/q?_encoding=UTF8&ASIN=2290133337&Format=_SL160_&ID=AsinImage&MarketPlace=FR&ServiceVersion=20070822&WS=1&tag=neptunya66unb-21
  2. Vous êtes fous d’avaler ça ! : http://amzn.to/2wqQiPb

Source URL: http://neptunya.fr/vous-etes-fous-davaler-ca-un-industriel-de-lagroalimentaire-denonce/


Cultivez la spiruline chez vous ! (et même en appartement… ) – www.regenere.org

by Neptunya | 24 mai 2017 13 h 41 min

Source URL: http://neptunya.fr/cultivez-la-spiruline-chez-vous-et-meme-en-appartement-www-regenere-org/


GROLAND jurisprudence Fillon Le Pen (sur PLACE AUX SOLEILS)

by Neptunya | 7 avril 2017 10 h 41 min

Trop facile du coup, pour chaque infraction commise on dira non, je n’ai pas envie mr l’agent. 🙂 Vous croyez qu’il nous laissera partir? j’en doute, sauf si on dit qu’on a l’immunité ça peut fonctionner.

Source URL: http://neptunya.fr/groland-jurisprudence-fillon-le-pen-sur-place-aux-soleils/


Free State of Jones- un film à voir

by Neptunya | 28 février 2017 15 h 26 min

http://www.flickeringmyth.com/wp-content/uploads/2016/09/free-state-of-jones.jpg

S’ il n’y  a qu’un film à voir,  c’est Free State of Jones[1]. Matthew McConaughey est vraiment un brillant acteur. Voici le synopsis: En pleine guerre de Sécession, Newton Knight, courageux fermier du Mississippi, prend la tête d’un groupe de modestes paysans blancs et d’esclaves en fuite pour se battre contre les États confédérés. Formant un régiment de rebelles indomptables, Knight et ses hommes ont l’avantage stratégique de connaître le terrain, même si leurs ennemis sont bien plus nombreux et beaucoup mieux armés… Résolument engagé contre l’injustice et l’exploitation humaine, l’intrépide fermier fonde le premier État d’hommes libres où Noirs et Blancs sont à égalité. Attention si vous n’avez pas vu le film je dévoile quelques scènes, donc abstenez-vous.

On pourrait dire que c’est un énième film sur l’esclavage, mais il va au delà en nous racontant l’histoire de la ligné des Knight. Il faut comprendre la seconde lecture du film.

Pour ceux qui réfléchissent quand ils regardent des films ou documentaires, je vous conseille ce film. Il dénonce non seulement le le racisme, l’esclavage, la corruption. Mais aussi le fait que le droit des noirs à reculer en 85 ans. Car Newton Knight fonde un état libre et son descendant est jeté en prison car il a 1/8éme de sang noir et que de ce fait, il ne peut se marier avec une blanche. (année 60)

Je me demande où les droits des êtres humains non riche vont-il encore descendre? Étant donné que nous sommes tous esclaves de ce système qui bafoue nos droit à longueur de temps et qu’en plus on élit la même bande de salaud au pouvoir tout les 5 ans histoire de voir si la recette va changer, c’est vraiment ….. Bref. Je m’arrête là, bon visionnage.

Endnotes:
  1. Free State of Jones: https://www.zone-telechargement.ws/films-gratuit/14181-free-state-of-jones-truefrench-bdrip-2016.html

Source URL: http://neptunya.fr/free-state-of-jones-un-film-a-voir/


Le business du sang – ARTE +7

by Neptunya | 28 février 2017 11 h 14 min

Il y a de quoi être mdr, surtout sachant que l’on peut utiliser à la place du sérum de Quinton, qui je le rappelle n’est que de l’eau de mer utilisé pour soigner dans l’armée. Et oui et connu depuis longtemps par les autorités mais interdit car ne leurs rapportent rien.
Et dans ce reportage, la jeune femme qui se fait soigner à coup de plasma ne voit pas plus loin que le bout de son nez! Elle ne se rend pas compte que d’autres personnes ont une vie misérable pour qu’elle puisse continuer à manger macdo et autres et se faire soigner pour 1500€ de bouteilles de plasma. De plus les produits ne sont pas contrôlés ou voir si peu, et en se soignant elle peut aussi s’injecter de la drogue sans le savoir. Quel ignorance. On leur met le reportage sous les yeux et ils ne retiennent que le nombre de lit et qu’on rétribue leur actes. Sérieux, on se demande ce qu’il vous faut pour que vous ouvrez vos yeux et décidiez de vous soigner autrement.

Source URL: http://neptunya.fr/le-business-du-sang-arte-7/


Un court-métrage magnifique pour comprendre le lâcher-prise

by Neptunya | 31 janvier 2017 15 h 23 min

Lire la suite

Source URL: http://neptunya.fr/un-court-metrage-magnifique-pour-comprendre-le-lacher-prise/


Le réchauffement climatique existe, documentaire sur Arte

by Neptunya | 4 janvier 2017 15 h 29 min

Pour les sceptiques, la preuve par l’image vaut mieux qu’un long discours. Encore 5 Jours pour le visionner sur le blog et sur arté; http://www.arte.tv/guide/fr/071391-000-A/chasing-ice[1]

Endnotes:
  1. http://www.arte.tv/guide/fr/071391-000-A/chasing-ice: http://www.arte.tv/guide/fr/071391-000-A/chasing-ice

Source URL: http://neptunya.fr/le-rechauffement-climatique-existe-documentaire-sur-arte/


Le corps est notre première maison de Marie-Pierre Dillenseger (Auteur)

by Neptunya | 19 décembre 2016 19 h 19 min

Dans la pensée chinoise, un esprit (Ling) a provoqué les conditions de sa matérialité (la rencontre ovule-spermatozoïde puis le corps) pour s’y incarner. Chaque vie apporte un autre corps, une autre possibilité d’incarnation. Les problèmes à résoudre sont autant d’opportunités pour expérimenter nos forces et nos limites.

Les obstacles nous apprennent à nous positionner et, ainsi à nous ouvrir à d’autres plans de nous-mêmes. Dans cette vision, l’esprit est permanent (espace) et le corps est éphémère (temps). Le corps n’est pas secondaire car il est le véhicule dans lequel loge l’esprit. Chaque vie est en effet davantage définie par le corps que l’on a que par l’esprit qu’il accueille. Celui-ci demeure et s’incarnera autrement dans la vie suivante.

L’intérêt d’une vie est d’aller au bout de cette incarnation; dans cette vie, la vivre pleinement. Comment ? En acceptant le corps qui nous a été donné, en en prenant soin, en l’aimant, en l’utilisant et surtout en avançant avec lui et grâce à lui, au propre et au figuré. Il n’est pas question ici de vivre dans sa tête, dans son cœur ou dans son esprit mais bien dans son corps.

L’objectif d’une vie est de s’incarner pleinement, d’utiliser autant que ce peut cette maison charnelle qui nous a été donnée. Le corps est la condition du plein rayonnement de l’esprit, de l’âme et du cœur. Nous avons à apprendre à être le mieux possible avec notre enveloppe corporelle, à identifier/utiliser les forces et les faiblesses qu’il nous donne.
Dans la pensée occidentale, le corps n’a pas cette valeur. Se détacher du corps, se libérer des contraintes physiques et des penchants terrestres au profit d’une quête spirituelle, intellectuelle ou d’une activité sans travail physique est valorisé. Le corps gêne, limite, complique. Nous sommes presque arrivés à faire sans, dans la perspective trans-humaniste. Or ce corps se rappelle de plus en plus à nous comme le montrent les dépenses exponentielles des frais dits «de santé».

L’accomplissement de soi n’est pas le dépassement du corps, ni sa mise au ban. On trouvera la voie dans l’acceptation des contraintes de la matérialité, condition fondamentale de l’incarnation. Les projets prennent du retard, déraillent ou fatiguent parce qu’ils se font dans la réalité tangible que la métaphysique chinoise appelle Ciel postérieur (Hou Tian – après la naissance) par opposition au Ciel antérieur (Xian Tian – avant la naissance) où tout était parfait, mais qui n’existe plus et auquel nous n’avons plus accès.
Or la vie est du côté du changement, de l’infinie complexité des rencontres, des personnes, des choses et des situations. Elle nécessite le mouvement, des forces yang et une capacité à naviguer comme un marin sait le faire sur les courants. Sur l’eau, l’ensemble du corps est sollicité sans arrêt, non seulement pour se tenir droit, mais aussi pour continuellement se réorienter dans le monde.
Lorsque tout change, pouvoir s’appuyer sur des forces extérieures à nous, qualifiées, palpables comme le temps et l’espace est crucial. Lorsque le temps est abstrait, élusif, anonyme, que le corps est un danger, un poids, une contrainte, l’esprit se sent seul. La tentation est grande de s’enfermer, de s’enfouir et de s’oublier, ou d’être malheureux.

雷宓谐 dit Michel

Référence : « La voie du Feng Shui » de Marie-Pierre Dillenseger aux éditions INREES[1]

 

 

Endnotes:
  1. « La voie du Feng Shui » de Marie-Pierre Dillenseger aux éditions INREES: http://amzn.to/2hjiTvr

Source URL: http://neptunya.fr/le-corps-est-notre-premiere-maison-de-marie-pierre-dillenseger-auteur/