Comprendre ses motivations/ Institut Wanxiang

by Neptunya | 10 juillet 2017 14 h 17 min

Tout ce que je fais est guidé par des motivations très profondes — mais comment les découvrir ?[1]

« J’ai l’impression de ne pas faire ce que je voudrais vraiment faire, de ne pas vivre ce que je voudrais vraiment vivre; une part de moi est effrayée par ce que j’ai laissé faire  ».

Beaucoup d’entre nous ne se sentent pas pleinement satisfaits de leurs existences, voire ressentent les événements de leurs vies comme des blessures morales et physiques. Quand c’est le cas, nous cherchons souvent une explication à cette insatisfaction dans des causes matérielles ou dans notre environnement. Par exemple, nous accusons le manque d’argent, un mauvais travail, une vie de famille moins agréable ou plus astreignante qu’on ne le voudrait, ou au contraire une facilité, une occasion qui s’est présentée à laquelle on a cédé…

Nous accusons la malchance, le destin, les étoiles voire quelqu’un… Mais bien souvent, la source de cette insatisfaction réside dans une mauvaise connaissance de nos propres motivations. Qu’est-ce qui nous pousse à agir, qu’est-ce qui se cache derrière nos désirs et nos intentions ?

Par exemple :

pourquoi cet homme qui se plaint continuellement de sa situation financière a-t-il deux voitures ?

Pourquoi cette personne qui n’apprécie pas son travail le garde-t-elle ?

Pourquoi ce père de famille grommelant a-t-il toujours dans un coin de sa tête l’idée qu’il ferait mieux de quitter sa femme et ses enfants ?

Pourquoi cette jeune femme qui désire tant fonder une famille s’arrange-t-elle pour ne jamais rencontrer personne ? Pourquoi cette autre, qui désire tant guérir, ne va pas au bout des thérapies qu’on lui propose ?

Nous avons tendance à vivre à travers les choses immédiates et à croire qu’elles sont une fin en soi. Elles ne le sont pas. Elles ne sont que des manifestations minuscules de nos motivations profondes. Nous pouvons réfléchir sur celles-ci pour les définir de façon plus profitable.

C’est ensuite en fonction de celles-ci que nous pouvons décider des choses immédiates, c’est-à-dire ce que nous faisons ici et maintenant. Même la maladie mentale laisse une petite part d’étincelle capable d’éclairer l’obscurité sous-jacente.
Tout ce que nous faisons est guidé par nos motivations profondes, mais en temps normal nous n’avons qu’une conscience très diffuse de ce qu’elles sont.

Elles se sont construites et continuent à se construire en fonction des émotions que nous procure notre expérience quotidienne. Comme nous laissons nos émotions, au fur et à mesure qu’elles se présentent, prendre le contrôle de nos états d’esprits immédiats et de nos motivations, nous avons peu de contrôle, d’une part sur nos actes, d’autre part sur nos objectifs : nos motivations immédiates court-circuitent nos objectifs à long terme.

C’est ainsi que nous avons le sentiment de ne pas faire ce que nous voudrions vraiment faire, de ne pas vivre ce que nous aimerions vraiment vivre, de regretter d’avoir eu si peu d’amour propre et d’en être dégoûté.

Nous pouvons remplacer l’emprise de l’émotion sur nos actes par la réflexion, la méditation ou les pratiques psychocorporelles comme le qigong. Ceci nous permet de comprendre nos motivations et de les modifier. Pour donner un sens à ses objectifs majeurs (et, par là, à son existence), il est possible de construire une vision claire de sa « mission ».

Cette « mission » n’est pas la même pour tous et il nous appartient de la découvrir. C’est à l’aune de cette mission, par une pratique explicite, quotidienne, qu’on peut établir ses objectifs majeurs, ses objectifs à court terme, et, en fonction de ceux-ci, mener son existence quotidienne.

C’est également pour aller dans le sens de cette mission qu’on peut agir sur soi et modifier son état d’esprit immédiat et sa manière d’agir au quotidien.

Ce qui se passe si nous gérons nos motivations par la méditation, la réflexion et le qigong :
•    Nous dégageons nos objectifs majeurs (ce qui est le plus important pour nous dans la vie).
•    Nous apprenons à organiser ces objectifs, et à les diviser en sous-objectifs.
•    Nous découvrons ce que nous sommes (en bien et en mal), nous cherchons à nous améliorer.
•    Nous apprenons à gérer notre comportement, ce qui influe aussi sur notre état d’esprit.

雷宓谐 dit Michel

PS1: Bonheurs, joies, plaisirs sont dans le détail quotidien et non dans l’assouvissement d’idéaux. Le bien-être est dans les actions de la vie de tous les jours et dans l’attention qu’on leur porte. Saisir le sens du monde est un plaisir, qui s’obtient par l’observation des détails. Le bien-être est dans les solutions simples — en fait des “non-solutions” qui n’ont pas pour objet de changer le monde.

PS2: La citrine apporte la lumière au plexus solaire. Aide à s’accepter, à s’aimer, à aimer les autres. Restaure la confiance en soi. Aide à digérer les difficultés de la vie

FAITES DÉCOUVRIR NOTRE LETTRE

Vous pouvez partager votre intérêt pour l’Institut Wanxiang en faisant découvrir à vos amis le site et l’infolettre! Pour faire suivre cette lettre à un(e) ami(e) utilisez le lien en bas de page.

Confirmer votre accord et modifier vos préférences[2]

Endnotes:
  1. Tout ce que je fais est guidé par des motivations très profondes — mais comment les découvrir ?: http://www.institut-wanxiang.com/newsletter-mtc-detail.php?edit=75&utm_source=phplist443&utm_medium=email&utm_content=HTML&utm_campaign=Infolettre+de+l%27Institut+Wanxiang+-+juillet-ao%C3%BBt+2017
  2. Confirmer votre accord et modifier vos préférences: http://www.institut-wanxiang.com/lists/lt.php?id=eB9WD04AUlJLVgAHVw

Source URL: http://neptunya.fr/comprendre-ses-motivations-institut-wanxiang/