Poi(s)son de Fukushima.

Imprimez l'article

Une flotte de 21 bateaux est partie mercredi matin pour recommencer à pêcher au large de la préfecture de Fukushima après une suspension de plusieurs semaines due à des craintes de pollution radioactive, selon les médias nippons ! La pêche avait déjà partiellement été relancée en juin 2012 dans cette région, mais elle avait été de nouveau arrêtée fin août/début septembre à cause des risques accrus de contamination radioactive après la révélation de multiples fuites d’eau souillée de la centrale Fukushima Daiichi, au bord de l’océan Pacifique. Les pêcheurs de Soma et Futaba partis mercredi devaient prendre quelque 18 variétés de poissons et autres espèces à une cinquantaine de kilomètres des côtes et effectuer des contrôles avant de les vendre dès jeudi si leur niveau de contamination est inférieur à la moitié de la limite légale en vigueur au Japon (soit moins de 50 becquerels de césium radioactif par kilogramme).

 

Ces dernières semaines, la compagnie gérante de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, Tokyo Electric Power (Tepco), a reconnu que de l’eau contaminée s’écoulait dans l’océan Pacifique voisin depuis les sous-sols situés entre les réacteurs et la mer. Elle a toutefois affirmé, à l’instar du Premier ministre Shinzo Abe, que la pollution était contenue dans la zone de 0,3 km2 du port de la centrale, touchée par le tsunami du 11 mars 2011. Les craintes de ces artisans ont été apaisées par des contrôles récents qui ont montré que des poissons et autres produits de la mer n’étaient que très peu affectés, selon la fédération des pêcheurs. Les pêcheurs d’Iwaki, région du sud de la préfecture de Fukushima devraient aussi reprendre du service le 3 octobre, également à titre expérimental.

AFP et JF@ http://colibris.ning.com/profiles/blog/show?id=2998321%3ABlogPost%3A420206&xgs=1&xg_source=msg_share_post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.