Quand il n’y aura plus de poissons

Imprimez l'article

Quand il n'y aura plus de thon on pourra agir!! dans Planéte thoncon

 

Les scientifiques chargés d’évaluer l’évolution des populations de thons rouges dans l’Atlantique nord et la Méditerranée constatent un redressement des populations de poissons mais recommandent le maintien des quotas de pêche, ont affirmé vendredi les organisations WWF et Pew !

Le comité scientifique de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (Cicta, ou Iccat en anglais), chargée de gérer les conditions de pêche, s’est réuni cette semaine à Madrid en vue de la réunion annuelle de cet organisme du 12 au 19 novembre à Agadir (Maroc). Les conclusions du comité n’étaient pas publiées par la Cicta vendredi soir. Selon les ONG, s’appuyant sur des documents de la réunion, les scientifiques ont constaté une hausse des populations de thons rouges, tout en restant très prudents sur la vitesse et l’ampleur de cette hausse.

 

Pour Sergi Tudela, responsable du service pêche au WWF, cela marque une inflexion alors que les stocks diminuaient constamment pour cause de surpêche. Pour conforter cette tendance nouvelle, les scientifiques préconisent un maintien des quotas de pêche, à 12.900 tonnes (le niveau actuel) ou 13.500 t par an pour l’Atlantique nord ouest et la Méditerranée, selon M. Tudela. Le WWF appelle les délégués de la Cicta à suivre, à Agadir, les recommandations des scientifiques et à maintenir les mesures actuelles de gestion, y compris les quotas, au moins lors des trois prochaines années.

 

Pour le Pew, une organisation basée à Washington, pour que cette légère augmentation (des populations) puisse aboutir au rétablissement effectif de la population de thons rouges de l’Atlantique, il est crucial que la Cicta continue à suivre les recommandations scientifiques de prudence.

La Cicta, qui rassemble 48 pays, gère 30 espèces de poissons. Elle est censée s’appuyer sur les évaluations des populations pour déterminer les saisons et les volumes de captures autorisées. Quatre-vingt pour cent des thons rouges pêchés dans le monde sont consommés au Japon, notamment sous forme de sushi.

AFP

Encore un grand merci à JF pour toute ces infos( planète attitude)

De toute façon on ne comprend rien, on s’imagine que tout est éternel mais c’est faux, on a dit ne mangeais plus de thon , donc on a diminué la consommation, elle s’est reportée vers le hareng qui est maintenant lui aussi en voie d’extinction.

Il est pas difficile de ne pas manger de poisson.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.