RESTAURER LES DISQUES VERTÉBRAUX, C’EST POSSIBLE, MAIS IL FAUDRA VOUS DÉBROUILLER TOUT SEUL

Imprimez l'article

alternative santéArticle écrit pas Jean Marc Dupuis Le nombre de personnes qui souffrent de discopathies vertébrales chroniques est considérable ; et cela n’atteint pas forcément que les travailleurs de force. Je reçois régulièrement des mails de personnes souffrant le martyr et qui ne savent plus que faire en dépit des séances de kiné ou d’ostéopathie. Les manipulations remettent en place mais ne régénèrent pas les disques, bien au contraire….

Il y a 4 phases dans le processus de dégradation :

  1. phase de contraction et raccourcissement des muscles de soutien
  2. phase inflammatoire (ite) : tentative organique de brûler les toxines accumulées
  3. phase éventuelle de déboitement par tension asymétrique (pouvant aller jusqu’à la hernie discale)
  4. phase d’installation définitive (éventuelle) par le pourrissement (ose) : arthrose

Sur le plan des somatisations du clavier vertébral, il est bon de savoir que :

  • les lombaires enregistrent l’insécurité matérielle ou affective (le plus courant)
  • les dorsales enregistrent les blessures sentimentales (souvent entre les omoplates)
  • les cervicales enregistrent les conflits décisionnaires (torticolis)

On entend souvent parler de disques usés ; c’est ce que l’on croit en observant les clichés radio.

En fait un disque ne s’use pas mais se dessèche. Il convient donc de trouver le moyen de le réhydrater. Le problème est que pour cet effet, l’organisme ne peut utiliser l’eau pure ; seule l’eau de mer est biocompatible pour la restauration.

Bien sûr cette eau de mer doit être stérilisée, mais pas par le chauffage car elle contient des micro-organismes vivants indispensables à son efficacité. Cette stérilisation consiste seulement à éliminer les gros pyrogènes (agents de putréfaction) par une micro filtration à 0,22 microns (sic Vidal 1975).

Ensuite cette eau est diluée à l’eau distillée à raison de 1/5 (comme pour  le pastis : 1 volume pour 5 volumes d’eau), ceci pour mettre le produit en isotonie avec le sang (même concentration minérale).

Nous obtenons là le fameux sérum de Quinton qui a servi pour les transfusions sanguines depuis la guerre de 14-18 jusqu’en 1982, là où l’injection a été interdite pour des raisons inavouées de concurrence avec le « trafic » mondial du sang….

En tout état de cause, il s’avère que seule l’eau de mer, berceau de l’origine de la vie, injectée par voie sous-cutanée est capable de réhydrater quasi spontanément les disques vertébraux qui se regonflent lentement tels des éponges, décoinçant du même coup les nerfs collatéraux générateurs des douleurs.

Ce processus de résorption concerne même la pathologie des hernies discales. Il faut généralement 7 séances, mais quelquefois plus pour remettre tout en ordre. La sédation de la douleur commence souvent après la deuxième séance.

Mon expérience personnelle

Vers la quarantaine, j’ai commencé à être atteint de lombalgies récurrentes plus ou moins violentes. En 1991, j’ai « amélioré » mon syndrome en expérimentant  ce qu’est une crise de sciatique monstre de 40 jours avec douleurs insoutenables aboutissant à une insensibilité dermique de la jambe et à la perte de contrôle partielle de motricité pendant plusieurs semaines. La source du mal était bien sûr au niveau L4-L5.

En 1997, j’ai changé de registre avec cette fois les disques L1-L2, par une crise de cruralgie plus violente encore qui m’a cloué, pour ne pas dire vissé, au lit pendant plus de 8 jours avec des douleurs atroces. Depuis, les sensations de coups de couteau dans les reins allaient et venaient au gré de mes activités. J’avais de plus en plus d’appréhension à soulever des choses un peu pesantes telle une bouteille de gaz.

Et puis en 1998, j’ai découvert l’hydrothérapie percutanée au Quinton… C’est ma femme (inexpérimentée) qui m’a fait les injections – il s’agit seulement de sous-cutanées que pratiquent en outre tous les camés (sans formation préalable). Depuis 15 ans, j’ai dû faire deux petits rappels de 2 ou 3 séances, mais je n’en fais plus et j’expliquerai plus loin pourquoi.

Comment cela marche-t-il ?

Si un disque est séché, c’est que le réseau capillaire qui doit le nourrir est tari. Le Quinton isotonique crée un véritable « Wash out », c’est-à-dire un grand lavage lésionnel. De plus, l’eau de mer, par sa biodisponibilité, se comporte tel un réservoir de micronutriments cellulaires, véritable manne de régénération pour les tissus environnants qui se trouvent littéralement noyés dans ce mini-bain primordial de la vie. Des réseaux entiers de capillaires se gorgent immédiatement et se réveillent.

On peut dire que c’est une façon géniale et sans danger de « noyer le problème ». Avec cette réhydratation massive, la dégénérescence s’arrête et le processus morbide s’inverse.

F1010020Je vous conseille ce KIt Pieuvre http://boutique.csbs.fr/eau-de-mer/113-bio-aquacell-isotonique-injectable-250ml.html  et ce livre là qui en parle très bien que j’ai à la maison:Quinton : Le sérum de la vie   Je préférerais utiliser du quinton en pieuvre plutôt que de me faire opérer.

Modus operandi

– En urgence (pour soulager au plus vite).
Se procurer :

  • 1 boite de Quinton isotonique (du vrai qui vient d’Espagne et surtout pas du produit « méthode Quinton » qui a été chauffé) – que vous vous procurerez soit dans les boutiques bio soit chez Source Claire.
  • Quelques seringues de 10 ml avec aiguilles pour sous cutanées (en pharmacie).

Faire 4 injections en carré à 2 doigts à G et à D du disque névralgique : pincer largement la peau – poser la pointe de l’aiguille – donner un petit coup sec – normalement, c’est pratiquement  indolore.

Renouveler l’opération tous les 2 jours.

– Traitement intégral
Commander :
– 7 à 10 pieuvres à 8 branches chez Mésalyse (03 44 74 19 95) .
– 7 à 10 bocaux stériles de Quinton isotonique de 250 ml (usage vétérinaire).
– 1 potence et un socket pour suspendre le bocal de Quinton. On en trouve dans les boutiques de matériel médical.
– 1 saladier pour purger les tuyaux de la pieuvre.

La procédure s’effectue facilement chez soi. Aucun médecin n’acceptera de le faire (interdiction depuis 1982) et d’autant plus que la plupart ne savent même pas que cela existe. Idem pour les infirmières sauf quelques unes de l’ancienne génération.

Procédure

  • Placer la bouteille dans le socket spécial et la pendre à la potence.
  • Piquer la plume d’alimentation de la pieuvre dans le caoutchouc de la bouteille.
  • Mettre les sorties des 8 tuyaux dans le saladier et vérifier le serrage des vis de couplage des petites aiguilles.
  • Ouvrir le robinet en haut (sortie de la bouteille) et ouvrir la prise d’air – le liquide descend et sort dans le saladier par les aiguilles… sauf s’il y a des bulles – donner alors des pichenettes comme font les infirmières pour évacuer les bulles –  faire vite pour ne pas perdre trop de Quinton – il faut compter 50 ml de perte normale – il reste encore 200 ml ce qui est encore suffisant.
  • Fermer le robinet.
  • Passer le site à traiter à l’alcool à 90 ou à la teinture de calendula avec un tampon de ouate.
  • Piquer une à une les aiguilles à 2 doigts de part et d’autre de la zone vertébrale sensible. Il y en aura 4 de chaque côté à 2 doigts aussi l’une de l’autre.
  • Ouvrir le robinet et régler la mollette pour obtenir 3 gouttes à la seconde
  • Rester présent pour surveiller l’opération qui devrait durer 25 min – A noter qu’il faudra ouvrir de plus en plus la mollette pour garder le débit de 3 gouttes/ seconde au fur et à mesure que le niveau baisse dans le flacon, sinon la séance risque de s’éterniser…
  • Quand le flacon est vide, enlever les aiguilles – le kit ne peut servir qu’une fois.

Les 4 premières séances se font 2 fois par semaine – puis 3 séances à 1 fois par semaine – puis le reste tous les 15 jours. C’est la procédure standard, mais elle peut être adaptée selon le cas particulier.

Attention :
Il peut quelquefois se produire une réaction de type petit œdème inflammatoire local pendant 1 ou 2 jours. Ce n’est pas grave : ce sont des toxines accumulées sur le site qui se libèrent.
Au bout de la 2 ou 3ème séance, on peut ressentir localement des petites douleurs fulgurantes qui témoignent de la libération des petits nerfs qui étaient coincés.

Entretien au long cours

Avec le temps, il est possible que le processus de stagnation de la circulation capillaire dorsale se réinstalle petit à petit, entraînant un nouveau dessèchement discal (le naturel revient au galop !). Pour ne pas avoir à réitérer cette aventure un peu compliquée et un peu coûteuse (environ 250 €), il convient de pratiquer, si vous avez une baignoire, au moins une fois par semaine un bain Salmanov jaune + blanc (voir sur mon site www.micheldogna.fr ).

Que de souffrances et que d’opérations au résultat incertain pourraient être évitées… si l’information n’était pas bloquée ! Mais là, il faut se prendre en main et s’organiser avec quelqu’un de son entourage (conjoint, parent, ami, belle mère…). Alors, c’est vous qui voyez… !

18 réflexions sur “ RESTAURER LES DISQUES VERTÉBRAUX, C’EST POSSIBLE, MAIS IL FAUDRA VOUS DÉBROUILLER TOUT SEUL ”

  1. Bonjour,
    connaissez-vous un praticien à Paris pour me faire ces injections d’eau de Quinton ?
    je ne trouve que des mésothérapeutes qui visiblement injectent des produits différents avec plus ou moins le même objectif. Je ne comprends pas vraiment la différence.
    merci beaucoup,
    cordialement
    nicolas

    1. Bonjour, a l’heure actuel, je n’ai aucune connaissance en ce qui concerne un praticien dans votre secteur.
      Cependant, les mésothérapeutes injecte en générale un antalgique ou anti douleur du style de la xylocaine dans un sérum physiologique.
      Plusieurs produits peuvent être injecter suivant les pathologies:
      — Soluvit (complexe B : vitamines B1, B2, B3, B6, B9, B12, Vitamine C, acide folique)intervient dans le cycle de KREBS. Régénération cellulaire, activateur des coenzymes, action
      sur la respiration cellulaire (mitochondries) et dans les réactions d’oxydoréductions essentielles [5].
      – Maginjectable : recharge énergétique membranaire et enzymatique [5].
      – EDTA (acide éthyl-diamino-tétra-acétique, sel de sodium), chélateur des métaux lourds et du calcium. Ionisation des ions calcium. Il déplace le calcium du squelette osseux
      périphérique. Intérêt dans l’osteocondensation marginale exubérante et l’osteophytose (ex : canal lombaire étroit et discopathie). Réduction des contacts osseux directs [6][7].
      – Décan : oligothérapie injectable utilisée en médecine parentérale : Mn, Zn, Cu, Fe, Co, I, sel
      – Pentoxifylline : vasodilatateur anti-ischémique, accélère le turn over cellulaire, action antiradicalaire, améliore la déformabilité des hématies.
      – Kétoprofène : AINS mais en grande dilution action anti-agrégant plaquettaire, fluidifiant sanguin. Action « aspirine like ». Action synergique avec la Pentoxifylline sur la
      microcirculation.
      Ainsi, les différents protocoles vont agir sur le plan structurel et fondamental en activant les unités de compétence de la peau:
      – Unité fondamentale : hydratation, détoxication, recharge énergétique de la matrice extracellulaire, du liquide interstitiel et du tissu conjonctif.
      – Unité circulatoire : micro artérioles, veinules, lit capillaire et lymphe (effet de drainage).
      – Unité neurologique : action anti-neuropathique, analgésique, anticalcique.
      – Unité immunologique : piqures sèches dans le coussin d’hydrotomie, activation des mécanismes de défense naturels de la peau.
      Cette pharmacopée par son action globale et répétée va pouvoir améliorer la plasticité rachidienne par l’hydratation ainsi que la compliance ostéo-articulaire dans sa fonction (intérêt dans les séquelles d’arthrodèse et de fibrose post-opératoires).

      Voilà, le mieux est pour vous de dire à votre mésothérapeute ce que vous voulez avoir ou pas comme produit. Je sais que je ne suis pas vraiment pour les médicaments, vous le savez si vous parcourez mon site internet. Cependant, parfois il est nécessaire sur de courte durée d’avoir recours à ce style de produit pour un bénéfice plus important sur du long termes.

      Dans ce cas là rapprochez-vous d’un naturopathe, en allant dans un magasin bio vous pourrez avoir de bonnes adresses. Et en attendant si vous décidez de vous mancer dans la mésothérapie, prenez avec vous du Desmodium, qui protégera votre foie des effets délétère de la xylocaine et autres molécules.

      J’espère avoir pu vous aider au mieux. Bonne journée. Véronique

  2. pour l’injection, il est faux de dire que seul le plasma marin de marque Quinton serait bon. C’est une rumeur propagée par Michel Dogna, que je respecte énormément mais qui en l’occurrence travaille pour sa paroisse car sa fille est directrice de source claire distributeur exclusif de Quinton en France. Le plasma marin de CSBS (www.csbs.fr), ou de Orimer (www.plasma-marin.com) sont aussi bons et moins chers, sans aucun risque.

  3. Bonjour,
    Je ne suis pas d’accord avec l’auteur de l’article pour dire que « personne n’acceptera de le faire ».
    En effet, j’ai un cabinet d’hydrotomie percutanée et je réalise les injections sans aucun problème depuis près de 2 ans.
    Il faut savoir que la technique a été améliorée par le Dr Guez de Nice qui partant de son expérience en mésothérapie a ajouté certains éléments pour favoriser la micro circulation, la nourriture du cartilage abîmé, ainsi que la chélation de l’arthrose. Il a donc rendu le protocole encore plus efficace et c’est ce que j’utilise le plus personnellement.
    En tous cas, il est évident que c’est la seule technique qui permet de réhydrater les disques et de régler le problème de façon curative et non paliative à coups de calmants et d’anti inflammatoires, voire d’opérations ou d’infiltrations.
    Il y a peu de thérapeutes, innégallement répartis sur le territoire, mais je conseille à tous ceux qui souffrent de discopathies, sciatiques d’essayer cette méthode.
    L’hydrotomie percutanée a aussi d’excellents résultats pour les autres articulations, genous, épaules, cervicales, pieds, mains, tendinites, périarthites., etc…
    Merci à l’auteur de contribuer à faire connaître cette technique trop peu connue.

  4. Bonjour,
    J’ai un problème de sciatique( prb lombaire L4-L5) et j’aimerais expérimenter la thérapie. j’ai consommé via csbs.fr l’eau de quinton par voie orale.
    J’aimerais maintenant trouver un thérapeute proche de paris qui pratique ces injections sinon ma copine est infirmière il me faudrait savoir comment elle peut s’y prendre. vous avez un document ou une vidéo.
    Merci à vous d’avance

  5. Bonjour,

    J’ai une hernie L4 L5 S1 et cette méthode m’intéresse.
    Mais je ne comprends pas bien quel eau de mer isotonique vous conseillée.
    Celle des laboratoires Quinton ou celle de Bio-Aquacell ?
    L’une étant beaucoup plus chère que l’autre, il y a-t’il une différence ? Est-ce seulement dans le cadre de l’injection ?

    Merci

    1. J’ai pu tester les deux, je ne voie pas de différence particulière sauf le prix. Maintenant je conseille celle ci: http://boutique.csbs.fr/eau-de-mer/112-bio-aquacell-isotonique-injectable-100ml.html
      Elle correspond au protocole de renée quinton original non chauffé contrairement à celle vendu en magasin bio.
      Et non j’en prends en cure dès que je ressens un grand coup de fatigue. Elle se présente sous forme hypertonique, donc vous devez la ramener à l’isotonie en la diluant dans de l’eau. regarder les vidéos suivante pour en savoir plus:http://www.csbs.fr/video-interview
      Ensuite bien suivre cette lettre écrite par Michel Dogna si vous voulez vous lancer. son site http://www.micheldogna.fr
      je vous remets les liens pour ne pas chercher.
      Ces bouteilles ces CSBS sont de très bonne qualité, ce laboratoire les propose a ce prix là car il pense que la santé devrait être accessible au plus grand nombre d’entre nous sans être trop excessif. Et je les en remercie. Il n’est pas forcément obligé de payer cher pour un produit de qualité. A bientôt

      1. Bonjour,

        vous pouvez vous mettre en rapport avec cette liste de praticien qui utilise l’eau de mer pour soigner Thérapeutes au Québec utilisant le Plasma marin, http://oceanplasma.org/documents/therapiesf.html#Th%C3%A9rapeutes, cette page est intéressante. Sinon dans la liste beaucoup sont naturopathe ou kiné peut être qu’ils pourront vous aider. et sinon voici un autre site pour commander la pieuvre, n’hésitez pas à leur demander ils sauront quoi aider: http://boutique.csbs.fr/142-injectable

        Bonne santé. véronique

        Alma
        Darleine Fortin, Naturopath
        (418) 662-5100

        Québec
        Pierre Lejeune, Naturopath- Kinesiologist
        (418) 845-3145

        St-Georges de Beauce
        Carmen Fortin, Naturopath
        (418) 228-9735

        Westmount
        Lucie Courchêsnes, Naturopath-Colon Hygienist
        (514) 935-7500

        Mitra di Javanmardi ND
        (514) 369-8000

        Montreal
        Diane Langlois, Naturopath-Kinesiologist
        (514) 270-7516

        Ste-Thérèse
        Johanne Béliveau, Naturopathe-Colon Hygienist
        (450) 435-1023

        Vaudreuil-Dorion
        Marjolaine Durand, Naturopath
        (450) 455-0353

        Sherbrooke
        Denise Boulanger, Naturopath
        (819) 562-9973

        Terrebonne
        Sonia Bourgeois, N.D.
        (450) 471-2423

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *