Surpris par une caméra – des hommes armés terrorisent des Indiens Guarani du Brésil

Imprimez l'article

Une bande d’hommes armés qui terrorisait une communauté d’Indiens du Brésil après la réoccupation de son territoire ancestral a été filmée en pleine action. Ces hommes sont vraisemblablement à la solde de l’éleveur qui occupait le territoire des Indiens guarani depuis les années 1970 et qu’il avait déboisé pour faire place à son bétail.

Lundi dernier, l’un des membres de la communauté de Pyelito Kuê a réussi à filmer les hommes armés qui passaient devant leur village en tirant sur eux en plein jour.

En mars dernier, les Guarani de Pyelito Kuê avaient réussi à reconquérir une petite parcelle de leur territoire ancestral, expulsant l’éleveur qui s’était emparé de leurs terres et avait bloqué l’accès à leurs maisons.

Depuis lors, cependant, ils sont encerclés par des hommes de main armés qui les intimident en leur tirant des coups de feu et barrant la route au personnel médical qui leur rend visite. Lors de l’une des dernières attaques, une femme a été blessée et de nombreux Indiens ont dû s’enfuir.

La police brésilienne a récemment démantelé Gaspem, une compagnie de sécurité de triste notoriété, accusée d’avoir assassiné deux leaders guarani et d’en avoir brutalement agressé des centaines d’autres. Plusieurs compagnies de ce type, qui fournissent des services de ‘sécurité’ aux éleveurs, sont toujours en activité et les politiciens appartenant au puissant lobby agricole anti-indien ont encouragé les éleveurs à expulser les Indiens de leurs terres.

Les Guarani ont déclaré : ‘Devons-nous résister avec plus de force? Devons-nous tuer ou mourir pour que les gens considèrent, respectent et garantissent nos droits? Nous ne pouvons plus subir tout cela’.

Les éleveurs engagent des agents de sécurité pour intimider et expulser les communautés guarani de leur territoire ancestral.

Les éleveurs engagent des agents de sécurité pour intimider et expulser les communautés guarani de leur territoire ancestral.

© Gaspem

Nixiwaka Yawanawá, un Indien yawanawá du Brésil, a déclaré : ‘Je suis horrifié d’apprendre que mes frères, les Guarani, sont confrontés à de telles épreuves. Après tant de souffrances, ils ont le droit de vivre en paix sur leur terre. Ils ont besoin du soutien du plus grand nombre pour faire cesser les exactions de ces éleveurs et faire pression sur le gouvernement afin de protéger leurs territoires’.

Dans tout le Brésil, des milliers d’Indiens ont manifesté leur opposition à un projet d’amendement constitutionnel qui offrirait au Congrès brésilien – fortement influencé par le lobby agricole anti-indien – une voix dans le processus de démarcation des territoires indigènes. Des ONG brésiliennes, ainsi que des organisations indigènes, ont publié la semaine dernière une lettre appelant le gouvernement à renoncer à ce projet et à se consacrer à la démarcation et à la protection des territoires indigènes, comme le prévoit la Constitution.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘Cette vidéo donne un aperçu des épreuves que subissent jour après jour les Guarani – harcèlement, intimidation, persécutions pouvant aller jusqu’à l’assassinat, simplement parce qu’ils tentent de vivre en paix sur les petites parcelles de leur territoire ancestral qui leur a été spolié. Est-ce trop demander aux autorités brésiliennes, compte tenu des milliards qu’elles dépensent pour la Coupe du monde, de résoudre ce problème une fois pour toutes, plutôt que de laisser les Indiens dans le dénuement le plus complet?’

Note aux rédactions :

– Survival a lancé une nouvelle campagne, ‘La face cachée du Brésil’, pour dénoncer la situation des Guarani et autres tribus persécutées dans la perspective de la Coupe du monde de la FIFA.

http://www.survivalfrance.org/actu/10178

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.