Linky : L’évaluation sanitaire de l’ANSES contredite par les mesures faites par l’ANFR

La fraude sur les mesures en images
Le problème, c’est que se basant sur une intensité à 6.000 fois sous la norme réglementaire soit 0,001 µT – l’Agence s’est faite dupée par des mesures réalisées par le CSTB (qui a utilisé des câbles torsadés au lieu de câbles normaux, ce qui annule presque entièrement les champs magnétiques mesurés). Ce que semble oublier l’Agence lorsqu’elle révise son avis, c’est qu’en 2015 des niveaux 260 fois plus forts (0,260 µT) avaient été mesurés… par ENEDIS sur son propre Linky.
Les niveaux ont-il baissés définitivement ? Non, les niveaux n’ont baissé… que le jour de l’évaluation sanitaire. Ils ont en effet remonté d’abord de 170 fois (l’ANFR rapporte ainsi 0,170 µT en septembre 2019). Mais depuis un an, les niveaux réellement mesurés par l’ANFR remontent en réalité jusqu’à 0,270 µT, soit 270 fois le niveau mesuré le jour de l’évaluation sanitaire.
En images. Voyez comment ce graphique illustre à quel point l’évaluation sanitaire de l’ANSES était fondée sur des données erronées. L’évaluation sanitaire est basée sur l’intensité représentée par la petite barre (tout en bas), à comparer aux niveaux réels sur l’image plus haut. En savoir plus:
Linky :
L’évaluation sanitaire de l’ANSES
contredite par les mesures faites par l’ANFR
Lire la suite

Imprimez l'article