Plantes et remèdes

Imprimez l'article

Le LAPACHO

A savoir si vous êtes hémophile vous ne pouvez pas en prendre il fluidifie le sang.

 

Le Lapacho ce lien là c’était le livre que j’ai lu, vous le trouverez en format PDF plus bas. Je vous mets le lien de ce livre là sachant qu’il est plus récent, mais je reste quand même sur mon premier avis sur celui du haut que vous trouverez qu’en PDF, parce que celui du bas  parle  du TABEBUIA AVELLANEDAE » qui lutte efficacement contre le diabète, mais il est bien moins efficace que le TABEBUIA IMPETIGINOSA qui lutte efficacement contre le cancer sachant que c’est celui là que j’ai utilisé. Plus bas vous pouvez le trouver dans votre magasin bio ou en commande sur internet. En comprimé en bas de l’article

Se soigner avec le Lapacho : Toutes les propriétés curatives de l'écorce du Lapacho -Tabebuia avellanedae et de ses infusions et préparations

Salut à tous, je vais vous parler du Lapacho ou Pau d’Arco au portugal.

Je m’aide de wikipédia et du livre qui a été écrit .

Le Lapacho ou arbre sacré des Incas (Tabebuia impetiginosa) est un arbre important de l’Amérique du Sud appartenant à la famille des Bignoniaceae. Il pousse bien entre le Mexique et le Nord de l’Argentine, donc aux régions tropicales et subtropicales.

Sa taille maximale est de 35 m.

Sa floraison dure de mai à août. Ses nombreuses fleurs sont roses et en forme de cloche.

Son bois est précieux car il possède des vertus médicinales connues des Incas, qui le consommaient en décoction tout comme les Indiens du Pérou, de la Bolivie et du Paraguay qui les ont imités par la suite. Aujourd’hui son écorce intérieure sert à la préparation de décoction et est utilisée en phytothérapie. Le lapacho contient du potassium, du calcium, du fer, du baryum, du strontium et de l’iode, mais pas de caféine. Il contient aussi un puissant antibiotique, le lapachon.

La tisane (en décoction) de lapacho à un goût boisé avec une touche de vanille et une légère amertume en fin de bouche, il ressemble un peu à celui du thé rouge (rooibos); ce qui le rend agréable à consommer et peut être sucré avec du miel.

 dans Santé Humaine et Animale

Le Tabebuia Impetignosa ne serait pas le Lapacho original. Ce dernier serait produit par une autre ssp. (sous-espèce), genre Tabebuia ssp. avellanedae.

Le Lapacho des Incas et des Callawayas du Brésil ainsi que d’autres peuples sud-américains était considéré comme un remède universel; l’écorce secondaire nommée cambium, partie active la plus connue de nos contemporains est extraite du Tabebuia avellanedae. Le lapacho n’est pas cultivé : son écorce est récoltée toute l’année sur des arbres sauvages, en pleine forêt.

Autres principaux constituants: Quinone, flavonoïdes, lapachol, carnosol, indoles, coenzymes Q, alcaloïdes (técomine) et des saponines stéroïdiennes.

Autres principaux effets: Antibiotique, antifongique, stimulant immunitaire, anti-inflammatoire, antiseptique, tonifiant et aussi antitumoral reconnu

Parties utilisées
Ecorces (qui proviennent de l’arbre de lapacho)

Effets du lapacho
Fortifiant du système immunitaire (immunostimulant), fongicide, antibactérien, astringent, etc

Indicationsdu lapacho
Refroidissement, grippe, mycoses, candidoses, cancer (en prévention, cet effet est toutefois soumis à des controverses), petites plaies (blessures).

Effets secondaires du lapacho
Aucun connu

Contre-indications du lapacho
Grossesse, personnes sous traitement anti-coagulant,  personnes hémophile.

Préparations à base de lapacho
– « Tisane » de lapacho ou plutôt décoction de lapacho (terme plus précis, car on porte à ébullition le mélange)

– Gélule de lapacho

– Teinture de lapacho

Remarques intéressantes
– Le lapacho est comme son nom l’indique un peu (lapacho fait penser à un terme espagnol) une plante médicinale d’origine sud-américaine, en particulier dans la zone ouest de l’Amérique latine où on parle espagnol, surtout la Cordillière des Andes.
Depuis des centaines d’années les chamans de ces régions l’utilisent à des fins thérapeutiques, mais c’est seulement depuis quelques décennies que les scientifiques essayent d’expliquer de façon plus rationnelle les vertus de cette plantes médicinale.

– En Amérique du Sud, certains médecins recommandent à leurs patients de faire une cure de thé (décoction) de lapacho pour les personnes atteintes d’un cancer, évidemment en complément d’autres traitements. Car ils estiment que le lapacho stimule le système immunitaire et pourrait avoir un effet positif sur les effets secondaires d’une chimiothérapie. Cela dit l’indication du lapacho contre le cancer fait toujours un peu polémique et varie selon les sources.

Si vous faite une cure pendant plusieurs semaines de thé de lapacho (=décoction de lapacho) la concentration en globules rouges et globules blancs va augmenter. Le fait d’avoir davantage de globules rouges améliorera l’oxygénation générale (davantage de souffle, etc).

Au niveau du goût la tisane ou décoction de lapacho ressemble un peu à celui du thé rouge (rooibos), et a goût terreux avec une touche de vanille

Mon commentaire:

Maintenant, j’ai reçu mon lapacho en tisane il y a 2 semaine maintenant je bois 3 tasses par jour ce qui me fait une théière entière soit un litre. En règle général je n’y crois pas tant que je n’ai pas vu les effets sur moi.

Je dois dire que j’ai récupéré une véritable tension, elle n’oscille plus trop je suis entre 11.5 et 12 maintenant.

Je vais bien mieux maintenant, que j’ai tout changer.

Après il me faudrait de nouveau une prise de sang mais je ne pense pas que j’en aurais une autre avant quelques mois donc il faut juste vous fier à mon ressentit.

Ah si un truc non négligeable, j’ai beaucoup moins de douleur, même si j’ai un seuil de tolérance élevé, depuis que je prend le Lapacho, j’ai quasiment plus mal.

Suite

Maintenant cela fait 6 mois que j’utilise du Lapacho, j’en prend quasiment tout les jours. Et c’est vraiment efficace. Plus de cancer, prise de sang impeccable, meilleurs retour sanguins moins les membres froids en hiver, efficace aussi lors des maux de tête dues aux règles.

Vraiment je suis pleinement satisfaite de cette plante qui m’a vraiment aidé.

Maintenant voici quelques passage du livre sur le lapacho:

« le résultat d’une mauvaise alimentation, que font les hôpitaux, ou le médecin chirurgien qui a opéré le malade? Donne-t’on à celui-ci une diète ou des conseils pour une alimentation post-opératoire? Non! On lui dit simplement qu’il pourra manger n’importe quoi. »

« Le tabagisme se développe également chez les jeunes gens et surtout les jeunes filles vivant en état de stress causé par les transports, les études, les examens, etc … La nourriture consiste en un sandwich vite avalé si ce n’est pas le traditionnel hamburger, coca-cola. Voilà donc comment nous allons avancer plus rapidement vers le cancer.
Les conceptions du cancer reposent sur une multitude de facteurs biologiques et sociaux qui impliquent notamment nos habitudes alimentaires, l’environnement dans lequel nous vivons, notre équilibre psychologique ainsi que notre propre état génétique qui nous prédispose à cette maladie. Nous allons voir qu’il faut souvent trois générations pour faire un cancer ou une cancérogénèse. Pour le moment les conceptions scientifiques du cancer sont merveilleuses mais elles ne mènent nulle part, ni quant à la recherche ni même quant à la pratique. »

« Le savant n’a rien inventé en dehors du règne végétal et minéral qui puisse être utile à la santé. La fabrication synthétique en laboratoire ne pourra jamais remplacer ou substituer ce que la nature offre à l’Homme, pour la bonne raison que dans cette chaîne biologique de la nature il existe une harmonie et des nécessités biologiques. Les molécules du corps humains n’absorbent pas les molécules des substances chimiques. Il y a incompatibilité. Depuis que la chimie a essayé, pour le profit de la médecine, de fabriquer des remèdes chimiques et des vitamines synthétiques, nous connaissons les résultats. Nous avons, entre autres, créé d’autres maladies dites « iatrogéniques » et préparé le terrain pour les maladies de civilisation »

« Il faut bien avouer tout de même que les milliers de médicaments anticancéreux inis sur le marché ces dernières années n’ont apporté que peu de résultats, sinon aucun. Ces médicaments sont souvent toxiques, provoquent de nombreux symptômes et, malgré tout, ils sont approuvés par les Ministères de la Santé. Et, lorsque l’on veut présenter une plante pour soigner le cancer, voilà que les critiques pleuvent et avant même de la considérer et de l’expérimenter, on l’affiche comme étant toxique et néfaste, c’est curieux, non? »

« Mais, seules trois d’entre elles possèdent des propriétés curatives pour le cancer. C’est un facteur important à considérer car, si quelques espèces possèdent certaines propriétés, telles que l’anti-diabétique, elles ne donnent aucun résultat contre le cancer.
Les trois espèces à pouvoirs curatifs, sont:

TABEBUIA IMPETIGINOSA lutte éficacement contre le cancer
T ABEBUIA HEPTAPHYLLA lutte efficacement contre le cancer
T ABEBUIA AVELLANEDAE » lutte efficacement contre le diabète

Et enfin avant de vous laissez lire le livre à vous de voir. Mais n’oubliez pas que si vous voulez vraiment guérir il faut vraiment vouloir changer ses habitudes, alimentaires et autres,  ne pas avoir peur et se remettre en question ainsi que le monde qui nous entoure.

(PS:  je ne fais partit d’aucunes sectes, je ne dis pas que nous n’avons pas besoin de la médecine occidental mais dans mon cas précis à par la chirurgie je n’en voie pas l’utilité. Et encore maintenant je sais que j’aurais pu m’en passer.)

Malgré tout cela, la vérité profonde se trouvait dans les coulisses. Le pharmacien Benedito de Castro n’a pas voulu, ou n’a pas pu, répéter ce que tout Santo André savait qu’il avait dit: « Je n’ai aucun doute sur les propriétés curatives du lapacho. 90% des cas que j’ai suivis ont guéri. Chez les diabétiques la guérison est totale.

En tant qu’analgésique je peux le garantir ». Et, enfin, ce que nous avons dit dans le premier reportage: « Quand on aura déterminé son principe actif, nous aurons le lapacho sous forme d’injection avec un pouvoir de guérison absolu », paroles textuelles de José Benedito de Castro lui-même. José Benedito de Castro a en sa possession un vaste dossier, avec des milliers de cas catalogués, qui sera (si ce n’est déjà fait) envoyé à un Institut Médical de Paris. Pour ceux qui auraient encore des doutes, nous pouvons citer deux cas, au sein de la Mairie de Santo André. Le premier est celui de l’huissier de mairie, Aparecido Messena: sa belle-mère avait un cancer diagnostiqué et opéré par le Dr. Rudolph Kruase, de Sao Caetano, qui lui donnait 3 mois de vie et qui a discuté avec Aparecido – « Je n’ai jamais dit qu’il s’agissait d’un cancer », et qui n’a été convaincu de la guérison, après 7 mois de lapacho, que quand il a découvert la fiche médicale où étaient mentionnés l’examen et le diagnostic de la maladie. L’autre cas, est celui d’un haut fonctionnaire de la Mairie (à sa demande nous ne citerons pas son nom), dont le cas est bien connu de tous ceux qui travaillent dans la Maison. Son histoire nous a été racontée de vive voix: « Mon épouse à été soumise pendant un an à la radiothérapie et à des séances de cobalt. Les douleurs persistaient, elle perdait du poid et du sang.

Le cancer, de l’utérus, menaçait de s’étendre au rectum. Alors, j’ai décidé de tout interrompre et de lui donner du lapacho sous forme de tisane. Tout s’est arrêté. Elle a repris du poids, passant de 60 à 70 kilos. Elle était robuste, elle avait bonne mine, elle travaillait comme trois. Et il y a mieux: elle était diabétique et prenait de l’insuline. Elle a guéri. Cela s’est passé il y a maintenant
un an ». Un détail: il refuse de soumettre sa femme à une biopsie en objectant: « c’est ma philosophie. Je ne veux pas revivre l’enfer que j’ai vécu », et il ajoute « mon cas n’est pas unique ».

LE LIVRE/http://www.pdfarchive.info/Ju/

Produit La Vie Naturelle le Lapacho en comprimé (Lien cliquable)

Vous pouvez trouver  la première tisane TABEBUIA IMPETIGINOSA sur le site:

http://www.jardinsdegaia.com/the/la-magie-du-the/les-jardins-de-gaia-nos-engagements.html

Voici le mail que j’ai reçu du site:

Le nom latin du lapacho que nous commercialisons est Tabebuia impetiginosa.

Ces arbres (localisables par GPS) se trouvent éparpillés en plein cœur de la forêt amazonienne au Brésil. Ce sont les habitants vivant le long du fleuve Amazone qui s’occupent de la récolte et de la transformation de l’écorce. Ce projet fait partie d’un programme de sauvegarde de la forêt amazonienne nommé « Hiléa », qui a pour but de racheter des parcelles boisées afin d’en assurer leur sauvegarde.

Parallèlement, nous avons le soutien de l’IDS-Maués (Instituto de Desenvolvimento Sustentável de Maués) qui contribue à un développement durable avec les indigènes vivant le long du fleuve (éducation des enfants avec construction d’écoles, création d’un centre de documentation et surtout formation au développement de technologies nouvelles agricoles écologiques sans détérioration des terres et de la forêt).

En espérant avoir répondu à vos attentes, je vous remercie de l’intérêt que vous manifestez à l’égard de nos produits.

Bien cordialement,

Patricia SOUVAIS

Responsable Assurance Qualité

* Les Jardins de Gaïa – ZA 6 rue de l’écluse – 67 820 WITTISHEIM

A VOUS DE DÉCIDER.

 

———————————————————————————–

La meilleure épice anticancer

La Curcumine

Produit La Vie Naturelle le Curcuplex (Lien cliquable)

La curcumine est, parmi tous les nutriments, celui dont les effets sur le cancer sont les mieux documentés dans la littérature scientifique.

La curcumine est un dérivé du curcuma, le pigment qui donne au curry sa couleur jaune-orangé.

C’est un composé qui a été l’objet de nombreuses études, et dont les effets sur la santé sont multiples. La conséquence est que le curcuma connaît un succès croissant en tant que complément alimentaire. 100 grammes de curcuma contiennent 3 à 5 grammes de curcumine.

Les médecines traditionnelles chinoise et indienne exploitent les vertus thérapeutiques de la curcumine depuis des milliers d’années. Elle est particulièrement connue pour ses puissantes propriétés anti-inflammatoires. Or, comme vous le savez sans doute, l’inflammation chronique est un facteur sous-jacent de nombreuses maladies chroniques, si ce n’est pas de toutes. Il a été démontré que la curcumine influence l’expression de plus de 700 gènes, ce qui pourrait expliquer en partie ses nombreux bienfaits sur la santé.

Ses effets sur le cancer ne sont donc pas, et de loin, son seul intérêt. Toutefois, c’est de son potentiel en tant qu’agent anti-cancer dont je vais vous parler aujourd’hui. A la fin de cet article, vous trouverez également une liste de mesures préventives contre le cancer à appliquer dans la vie de tous les jours.

La curcumine efficace chez les souris contre une tumeur du cerveau mortelle

Dans un article publié dans le Journal of Nutritional Biochemistry du mois de juillet 2011, des chercheurs expliquent que la curcumine pourrait être la solution pour stopper un type mortel de cancer du cerveau appelé glioblastome. L’étude, réalisée sur des souris, vient appuyer des observations qui avaient déjà été faites auparavant. Les scientifiques y ont montré qu’elle réduisait la tumeur chez 9 des 11 animaux étudiés (81 %), sans montrer de signe de toxicité. (1)

Mieux encore, la curcumine n’affectait pas les cellules en bonne santé, suggérant qu’elle cible sélectivement les cellules cancéreuses. Ils ont aussi constaté qu’elle agissait en synergie avec deux médicaments utilisés en chimiothérapie, augmentant l’élimination des cellules cancéreuses.

Les auteurs déclarent :

« En résumé, les données présentées ici suggèrent que la curcumine est un agent potentiel pour les thérapies des glioblastomes. »

Un des MEILLEURS compléments pour beaucoup de cancers

Mais les médecins connaissaient depuis de nombreuses années ce potentiel anticancer de la curcumine. Parmi tous les nutriments, c’est elle qui a fait l’objet du plus grand nombre d’articles scientifiques sur ses vertus anti-cancer.

Une étude publiée en 2008 dans la revue scientifique Cancer Prevention Research a observé que la curcumine inhibe la motilité (leur capacité à se déplacer) des cellules du cancer du sein et leur propagation en inhibant le fonctionnement du l’alpha-6-bêta-4 intégrine, ce qui implique qu’elle pourrait servir comme agent thérapeutique efficace dans les tumeurs qui surexpriment l’alpha-6-bêta-4. (L’alpha-6-bêta-4 est associé au développement du cancer en contribuant à la résistance des cellules à l’apoptose et aux métastases. L’apoptose signifie la mort cellulaire programmée : les cellules cancéreuses ont la particularité de ne pas mourir quand elles le devraient, ce qui contribue au développement des tumeurs). (2)

En 2009, une étude publiée dans la revue scientifique Molecular Pharmacology a observé que la curcumine inhibe la croissance des cellules cancéreuses du pancréas, et accroît la sensibilité des cellules à la chimiothérapie. (3)

Une étude de 2009 a constaté que la curcumine favorise la mort cellulaire des cellules du cancer du poumon. (4)

Une étude de 2010 a conclu que la curcumine a la capacité de cibler les cellules souches cancéreuses. (5)

Comment la curcumine combat-elle le cancer ?

En Inde, où le curcuma est très répandu dans la cuisine, la prévalence, c’est-à-dire la fréquence, de quatre cancers très répandus chez nous – cancer du côlon, du sein, de la prostate, du poumon – est dix fois plus faible. En fait, le cancer de la prostate, qui est le plus souvent diagnostiqué chez les hommes européens, est rare en Inde, et ce phénomène est attribué, en partie, à la consommation de curcuma. Il apparaît que la curcumine agit contre le cancer de plusieurs façons :

  • Inhibe la prolifération des cellules des tumeurs ;
  • Aide votre corps à détruire les cellules mutantes, afin de les empêcher de se répandre dans votre corps ;
  • Inhibe la transformation de cellules normales en cellules de tumeur ;
  • Diminue l’inflammation ;
  • Empêche le développement des vaisseaux sanguins nourrissant la tumeur ;
  • Inhibe la synthèse d’une protéine considérée comme essentielle pour la formation des tumeurs.

Quel est le meilleur type de curcuma ?

Pour bénéficier de toute la puissance de la curcumine, choisissez un complément alimentaire à 100 % de curcumine, extrait de curcuma certifié biologique, contenant au moins 95 % de curcuminoïdes. La formulation ne doit contenir aucun additif ni excipient (la substance ajoutée au complément pour faciliter la fabrication ou la conservation), et le fabricant doit apporter une garantie de qualité sur toute la chaîne de production : non-pollution des sols, plantation, culture, récolte sélective, production et conditionnement du produit final.

Pour la cuisine, choisissez une poudre de curcuma pure plutôt que du « curry ». Biologique de préférence. Une étude scientifique a montré que la poudre de curry tend à contenir très peu de curcumine en comparaison avec le curcuma.

Conseils pour l’usage de la curcumine

Actuellement, il n’existe pas de formulation disponible dans le commerce pour être utilisée contre le cancer, et il faut que vous sachiez que de hautes doses sont nécessaires, la curcumine n’étant pas très bien absorbée par l’organisme. La dose anti-cancer typique peut atteindre 3 grammes d’un bon extrait biodisponible de curcumine, trois à quatre fois par jour.

Pour contourner ce problème, vous pouvez faire une micro-émulsion de poudre de curcumine. Mélangez une cuillère à soupe de curcumine avec 1 ou 2 jaunes d’œufs, avec une cuillère à café ou deux d’huile de noix de coco fondue. Utilisez ensuite un mixer pour émulsifier le mélange.

Une autre stratégie qui peut aider à augmenter l’absorption de la curcumine est de mettre une cuillère à soupe de poudre de curcumine dans 12,5 cl d’eau bouillante (elle doit bouillir au moment où vous ajoutez la poudre, l’efficacité est réduite si l’eau est tiède). Après l’avoir fait bouillir 10 minutes, vous aurez créé une solution à 12 %, que vous pouvez boire une fois rafraîchie. Vous y trouverez un goût boisé. Notez bien que la concentration en curcumine va diminuer progressivement. Au bout de six heures, la solution ne sera plus qu’à 6 %, donc il est préférable de la boire dans les quatre heures.

Attention aux tâches : la curcumine est un pigment jaune très puissant. Ce liquide peut tâcher de façon indélébile non seulement les tissus, mais également certains plastiques (matériel de cuisine). A manipuler, donc, avec précaution.

Prévenir le cancer : 11 conseils pour diminuer votre risque d’être frappé

Ces trente dernières années, le cancer a doublé dans le monde, et les estimations indiquent qu’il pourrait tripler d’ici 2030. Clairement, nous devons commencer à nous occuper sérieusement de prévention du cancer.

L’impressionnant potentiel de la curcumine pour combattre le cancer ne doit pas faire oublier qu’un mode de vie sain – et non l’absorption de quelconques quantités de compléments alimentaires – est la MEILLEURE façon d’éviter de devenir une nouvelle statistique des ravages du cancer. Ma conviction est que vous pouvez potentiellement éliminer votre risque de cancer et d’autres maladies chroniques, et améliorer radicalement vos chances d’en guérir si vous êtes actuellement touché, en suivant les stratégies suivantes de réduction du risque :

  • diminuez fortement votre consommation de sucres et de féculents (aliments contenant une grande quantité d’amidon). Cela vous permettra de normaliser votre niveau d’insuline dans votre sang, une hormone qui stimule la croissance des cellules cancéreuses. C’est l’une des plus efficaces mesures que vous puissiez prendre pour diminuer votre risque de cancer, et pour ce faire, réduire votre consommation de sucre, céréales et pommes de terre est la priorité. L’élimination des aliments à index glycémiques élevés est particulièrement importante car ce sont eux qui stimulent le plus votre insuline.
  • Optimisez votre niveau de vitamine D, pour le maintenir entre 50 et 70 ng/mL. Les preuves scientifiques qui témoignent du fait qu’une déficience de vitamine D joue un rôle crucial dans le développement du cancer sont écrasantes. Les chercheurs dans ce domaine ont estimé qu’environ 30 % des décès par cancer pourraient être évités chaque année en optimisant les niveaux de vitamine D de la population générale. (6) A votre niveau personnel, vous pouvez diminuer votre risque de cancer de moitié ou plus, simplement en vous exposant assez au soleil toute l’année, mais cela est rarement suffisant dans nos pays à faible niveau d’ensoleillement. L’utilisation d’un complément oral de vitamine D s’avère souvent indispensable. Si vous êtes traité pour un cancer, il est probable qu’un niveau sup&eacut e;rieur de vitamine D (de 80 à 90 ng/ml) vous soit bénéfique.
  • Faites régulièrement de l’exercice physique : il existe des signes probants que l’exercice physique diminue fortement votre risque de cancer, principalement en réduisant les niveaux d’insuline et en normalisant les hormones anabolisantes. Par exemple, les femmes qui font régulièrement de l’exercice peuvent diminuer leur risque de cancer du sein de 20 à 30 % par rapport aux inactives. L’exercice n’a pas besoin d’être intensif, au contraire, mais il doit être fréquent et varié.
  • Augmentez vos apports d’acides gras oméga-3 d’origine animale (EPA et DHA). De nombreuses recherches suggèrent qu’ils jouent un rôle dans le contrôle de l’inflammation et dans l’efficacité du système immunitaire à combattre les cellules cancéreuses (7) ;
  • Mangez beaucoup de légumes, idéalement frais et bios, en privilégiant les légumes colorés et en particulier les légumes verts à feuilles ainsi que les crucifères, c’est-à-dire toutes les sortes de chou mais aussi les radis et le cresson, qui ont des propriétés anti-cancer intéressantes.
  • Dotez-vous d’une technique personnelle pour diminuer vos émotions négatives qui risquent d’activer vos gènes de cancer. Le yoga, la prière, la méditation, la sophrologie font partie des moyens de rétablir un équilibre intérieur propice. Si vous êtes déjà touché par la maladie ces techniques peuvent vous aider à mieux combattre la maladie.
  • Conservez votre poids idéal ;
  • Dormez assez, et d’un sommeil de bonne qualité ;
  • Réduisez votre exposition aux toxines environnementales, comme les pesticides, les produits chimiques ménagers, les désodorisants d’ambiance, la pollution atmosphérique et les toxines des plastiques comme le bisphénol A.
  • Cuisinez en privilégiant les modes de cuisson doux : pochage, cuisson à la vapeur, ébullition, plutôt que friture. Evitez absolument la cuisson au barbecue.

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

 

——————————————————————————-

Une petite graine banale, un grand pas en prévention

La graine de lin est un aliment immémorial. C’est une plante aux milles usages, d’où son nom Linum usitatissimum, qui signifie « lin le plus utilisé » ou le plus utilitaire ou le plus courant. 8000 ans avant notre ère, on trouve des traces archéologiques de son utilisation en Chine. Le lin est utilisé pour sa fibre (les égyptiens en faisait un tissu très prisé), pour son huile (qui protège les meubles en bois) ainsi que pour sa graine (comme aliment). Son histoire est bien racontée sur le site grain de lin : http://graindelin.wordpress.com/2013/03/25/creation/ et http://graindelin.wordpress.com/info-lin/. Par Jean Yves Dionne http://www.jydionne.com/une-petite-graine-banale-un-grand-pas-en-prevention/

Source de phytoestrogènes

Dès qu’on parle de cancer ou d’effet hormonal, la consommation de graine de lin (entière ou moulue, cuite ou crue, ou son huile) demeure controversée. En effet, la graine de lin est une source de phytoestrogènes, notamment les précurseurs des lignanes endogènes des récepteurs hormonaux. En bon français, la graine contient une série de molécules qui, une fois transformées par les bactéries de l’intestin, génèrent des molécules identiques à celles que nous produisons en métabolisant l’estrogène. Les molécules produites lors du métabolisme des hormones peuvent avoir un effet protecteur contre les cancers hormonaux ou un effet pro-cancer. La consommation de graine de lin semble nous pousser à produire plus de molécules anticancers.

Revue systématique

Une nouvelle revue systématique (compilation de plusieurs études publiées sur le sujet) montre que la consommation d’environ 25g de graines de lin par jour confère les bénéfices suivants :

  • Diminue légèrement les symptômes de ménopause.
  • Restaure l’apoptose (mort naturelle programmée) des cellules des tumeurs (les cellules cancéreuses deviennent presque éternelles parce qu’elles perdent cette programmation).
  • Inhibe la prolifération (multiplication) des cellules cancéreuses du sein.
  • Diminue l’expression de la protéine HER2 par les cellules cancéreuses. Plus cette protéine est présente, plus le cancer est agressif (malin).

Elle pourrait en plus :

  • Améliorer les cytologies atypiques.
  • Améliorer les densités anormales aux mammographies.
  • Avoir un effet anti-angiogenèse. L’angiogenèse est la capacité des tumeurs de créer de nouveaux vaisseaux sanguins pour répondre à leurs besoins. Ainsi, la consommation de graines de lin pourrait réduire la capacité invasive des tumeurs.

Finalement, le risque de cancer du sein pourrait être réduit de 18% et la mortalité due à ce cancer de 32%. Qui plus est, l’état de bien-être (santé mentale) est amélioré de 76%. (1,2)

Et chez l’homme ?

Les publications concernant la graine de lin sont moins complètes chez l’homme que chez la femme, mais plusieurs études montrent que la consommation de graines de lin :

  • Réduit la prolifération des cellules du cancer de la prostate.(3)
  • Réduit les lipides sanguins et la glycémie après les repas.(4)
  • Réduit le mauvais cholestérol et les facteurs de risque des maladies du foie.(5)
  • Réduit l’inflammation et les marqueurs de la maladie cardiovasculaire.(6)

Bref, l’humble graine de lin mérite d’être redécouverte et incluse dans nombre de recettes. Et surtout, il faut arrêter d’affirmer que la consommation de phytoestrogènes (comme les lignanes de la graine de lin) est nocive chez les personnes qui ont un antécédent de cancer hormonodépendant! Cette « fable » s’est répandue parce que certaines personnes, voyant le mot « estrogène » dans phytoestrogène, ont immédiatement supposé que ces molécules avaient les mêmes effets. Et pourtant, tout le monde sait que l’habit ne fait pas le moine. 🙂

Pour plus d’information sur le cancer et sa prévention, lisez aussi:

Les mammographies sauvent-elles des vies?

La vraie prévention du cancer du sein

Des cosmétiques, causes du cancer du sein?

Pour hommes seulement (6e partie)

Santé!

Produit La Vie Naturelle Lin Germé (Lien cliquable)

Article http://neptunya.fr/lhuile-de-lin-miraculeuse-apres-avoir-ete-dangereuse/

Riche en acides gras Oméga 3 et Oméga 6, la poudre de lin germé améliore le flux sanguin, l’oxygénation des tissus, la résistance et de l’endurance. S’il n’y a donc plus aucun doute scientifique sur la richesse nutritionnelle du lin, on ne dit pas toujours qu’il est très difficile à digérer.
Le procédé de fabrication de cette poudre de lin germé permet de stabiliser les acides gras essentiels dans le lin.
L’étude sur la durée de conservation sur quatre ans et à température ambiante de notre produit n’a révélé aucun signe de rancidité. Les études organoleptiques n’ont montré aucune odeur anormale. Une grande première par rapport à l’huile de lin ou les graines de lin.
Le processus de germination a aussi montré une augmentation des enzymes, des vitamines et des minéraux. Tous ces éléments sont conservés pendant notre processus de séchage ou de mouture.

Références :

  1. Flower G, Fritz H, Balneaves LG, Verma S, Skidmore B, Fernandes R, Kennedy D,  Cooley K, Wong R, Sagar S, Fergusson D, Seely D. Flax and Breast Cancer: A Systematic Review. Integr Cancer Ther. 2013 Sep 8. [Epub ahead of print] PubMed PMID: 24013641.
  2. Sayer Ji, Flaxseed Can Prevent And Kill Breast Cancer, Meta-Analysis Revealssur http://www.greenmedinfo.com/
  3. Demark-Wahnefried W, Polascik TJ, George SL, Switzer BR, Madden JF, Ruffin MT  4th, Snyder DC, Owzar K, Hars V, Albala DM, Walther PJ, Robertson CN, Moul JW, Dunn BK, Brenner D, Minasian L, Stella P, Vollmer RT. Flaxseed supplementation (not dietary fat restriction) reduces prostate cancer proliferation rates in men  presurgery. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. 2008 Dec;17(12):3577-87. doi: 10.1158/1055-9965.EPI-08-0008. PubMed PMID: 19064574; PubMed Central PMCID: PMC2703189.
  4. Kristensen M, Savorani F, Christensen S, Engelsen SB, Bügel S, Toubro S, Tetens I, Astrup A. Flaxseed dietary fibers suppress postprandial lipemia and appetite sensation in young men. Nutr Metab Cardiovasc Dis. 2013 Feb;23(2):136-43. doi: 10.1016/j.numecd.2011.03.004. Epub 2011 Jul 29. PubMed PMID: 21802266.
  5. Fukumitsu S, Aida K, Shimizu H, Toyoda K. Flaxseed lignan lowers blood cholesterol and decreases liver disease risk factors in moderately hypercholesterolemic men. Nutr Res. 2010 Jul;30(7):441-6. doi: 10.1016/j.nutres.2010.06.004. PubMed PMID: 20797475.
  6. Prasad K. Flaxseed and cardiovascular health. J Cardiovasc Pharmacol. 2009 Nov;54(5):369-77. doi: 10.1097/FJC.0b013e3181af04e5. Review. PubMed PMID: 19568181.

Photo : Sanjay Acharya

——————————————————————————-

Les vertus du citron congelé pour lutter contre le cancer!! et oui!!

Un grand merci à Jean Marc pour cette trouvaille.Incroyable. À vous d’en déterminer l’efficacité ! De nombreux professionnels de restaurants et brasseries utilisent ou consomment le citron entier et rien n’est gaspillé. Comment pouvez-vous utiliser le citron entier sans pertes ? C’est simple… placer le citron dans le congélateur. Une fois que le citron est congelé, utiliser votre râpe et râper le citron entier (pas besoin de l’éplucher) et le saupoudrer sur le dessus de vos aliments. Saupoudrez-le sur votre whisky, salades, crème glacée, soupe, nouilles, sauce à spaghetti, riz, sushi, plats de poisson, etc. Le goût de tous les aliments sera rehaussé de façon inattendue. Très probablement, vous ne pensez au citron que pour sa vitamine C.

Pas plus. Quel est l’avantage majeur de l’utilisation du citron entier autre que pour prévenir les déchets et ajouter un nouveau goût à vos plats? Eh bien, les zestes de citron contiennent jusqu’à 5 à 10 fois plus de vitamines que le jus de citron lui-même. Et oui, c’est ce que vous auriez gaspillé. Mais à partir de maintenant, en suivant cette procédure simple de congeler le citron en entier, puis le râper sur le dessus de vos plats, vous pouvez consommer tous ses nutriments. Il est également bon à savoir que les zestes de citron sont régénérateurs de santé dans l’éradication des éléments toxiques dans le corps.

Donc, placez votre citron dans votre congélateur, puis râpez- le sur votre repas à tous les jours. C’est un élément clé pour rendre vos aliments plus savoureux qui vous aidera à vivre plus sainement et plus longtemps! C’est le secret de citron! Mieux vaut tard que jamais! Le citron est un produit miraculeux pour tuer les cellules cancéreuses. Il est 10,000 fois plus puissant que la chimiothérapie.

Pourquoi ne sommes-nous pas au courant de cela ? Parce qu’il existe des laboratoires intéressés à faire une version synthétique qui leur apportera d’énormes profits.

Vous pouvez désormais aider un ami dans le besoin en lui laissant / lui faire savoir que le jus de citron et le citron lui-même tel qu’expliqué ci-dessus, est bénéfique dans la prévention de la maladie. Son goût est agréable et il ne produit pas les effets horribles de la chimiothérapie.

Combien de personnes vont mourir alors que ce secret bien gardé est maintenu, afin de ne pas compromettre les multimillionnaires bénéfiques des grandes entreprises. Comme vous le savez, le citronnier est connu pour ses variétés de citrons et limes. Il est crédité de nombreuses vertus, mais la plus intéressante est l’effet qu’il produit sur les kystes et les tumeurs. Cette plante est un remède prouvé contre les cancers de tous types. Certains disent qu’il est très utile dans toutes les variantes de cancer.

Il est également considéré comme un spectre antimicrobien contre les infections bactériennes et les champignons, efficace contre les parasites internes et les vers, il régule la tension artérielle trop élevée et est un antidépresseur, tout en combattant le stress et les troubles nerveux. La source de cette information est fascinante : il s’agit de l’un des plus grands fabricants de médicaments au monde, qui dit que, après plus de 20 ans d’essais en laboratoire depuis 1970, les extraits ont révélé qu’il détruit les cellules malignes dans 12 cancers, notammentdu côlon, du sein, de la prostate, du poumon et du pancréas.

Les composés de cet arbre se sont avérés 10,000 fois plus efficace que le produit adriamycine, un médicament chimio-thérapeutique normalement utilisé dans le monde, pour ralentir la croissance des cellules cancéreuses. Et ce qui est encore plus étonnant : ce type
de thérapie avec l’extrait de citron détruit seulement les cellules cancéreuses malignes et elle n’affecte pas les cellules saines.

————————————————————————————

Du cannabis pour soigner le cancer

—————————————————————————————

Homéopathie contre le cancer et oui cela fonctionne

 

http://www.virtualtrials.com/pdf/ruta6.pdf

Vous n’en entendrez pas parler dans les journaux mais le fait est qu’en Inde, l’homéopathie soigne des milliers de cas de cancer.

Et en effet, même si les grands médias maintiennent un silence assourdissant à ce sujet, des études financées par le gouvernement américain montrent que l’homéopathie pourrait être notre meilleure défense contre le cancer. D’après des essais cliniques, plusieurs remèdes homéopathiques sont aussi efficaces qu’une chimiothérapie et des milliers de cas de cancer sont soignés grâce au recours exclusif de l’homéopathie. (voir ci-dessous)

Le succès extraordinaire des remèdes homéopathiques (qui sont dilués des centaines de fois) contre la plus redoutable des maladies est, en particulier, démontré chaque jour dans plusieurs cliniques homéopathiques de Calcutta en Inde.

Dans un rapport sur le travail de la Prasanta Banerji Homeopathic Research Foundation, 21 888 patients atteints d’une tumeur maligne ont été traités uniquement par homéopathie, sans chimiothérapie ni radiothérapie, entre 1990 et 2005.

D’après les comptes rendus cliniques, on a constaté une régression complète de la tumeur dans 19 % des cas (4 158 patients) et une stabilisation ou une amélioration dans 21 % des cas (4 596 patients). Ceux dont la tumeur n’évoluait pas ont été suivis ensuite pendant deux à dix ans afin de surveiller l’amélioration (1).

Cela tend à montrer que l’homéopathie est capable à elle seule de guérir ou, du moins, de stabiliser 40 % de tous les cancers, un taux de réussite qui équivaut aux meilleurs résultats obtenus avec des traitements conventionnels, et ce sans subir les effets invalidants de la chimiothérapie et de la radiothérapie.
Résultats confirmés par des laboratoires indépendants

Des laboratoires indépendants ont étudié la thérapie homéopathique de cette Banerji Foundation, ou protocole Banerji. Deux des remèdes utilisés, Carcinosin (ou Carcinosinum) et Phytolacca decandra, se sont avérés aussi efficaces contre le cancer du sein que le Taxolâ prescrit en chimiothérapie. (2)

Etonnamment, tous les traitements employés par la Banerji Foundation sont disponibles en pharmacie et Ruta 6 (Ruta graveolens) est l’un des quelques remèdes régulièrement prescrits. (3)

Pour l’élaboration de ce protocole, la Banerji Foundation n’a pas hésité à utiliser une combinaison de plusieurs remèdes homéopathiques et à s’appuyer sur des équipements de dépistage de haute technologie. Ces deux pratiques sont contraires à l’homéopathie classique, uniciste, c’est-à-dire qui recherche le remède unique – et non une combinaison de remèdes –adapté à un profil individuel corps/esprit.

Une autre clinique à Kolkata, le Advanced Homeopathic Healthcare Centre, se targue d’un taux similaire de succès chez des patients atteints d’un cancer. Quoique bien documentés, leurs résultats n’ont pas été soumis au même degré de validation scientifique que la Prasanta Banerji Foundation.
Un début de reconnaissance

Le travail à la Banerji Foundation a commencé à attirer l’attention des Occidentaux dès 1995 lorsque le docteur Prasanta Banerji et son fils, le docteur Pratip Banerji, ont présenté lors de la 5e Conférence internationale de recherche contre le cancer une étude de seize cas de tumeur du cerveau ayant régressé en utilisant uniquement des traitements homéopathiques. À l’époque, ils testaient dans leur fondation depuis 1992 ce type de remède sur des patients atteints de cancer. Ils déclarèrent traiter actuellement une moyenne de 120 patients par jour.

Le docteur Sen Pathak, professeur en biologie cellulaire et en génétique au centre contre le cancer MD Anderson de l’université du Texas (MDACC) à Houston, est entré en contact avec les Banerji. Ensemble, ils ont mis au point un essai visant à tester deux remèdes homéopathiques, Ruta 6 et Calcarea Phosphorica 3X sur 15 patients atteints d’une tumeur au cerveau. Six d’entre eux qui souffraient d’un gliome (un type de cancer du cerveau) ont vu leur tumeur complètement régresser. Dans une étude in vitro parallèle, des scientifiques ont constaté que les remèdes induisaient des voies de signalisation de la mort des cellules cancéreuses. (4)

Les résultats sont stupéfiants. On considère en effet qu’un gliome est incurable. Sur 10 000 personnes diagnostiquées chaque année d’un gliome malin rien qu’aux États-Unis, seule la moitié d’entre elles étaient encore en vie un an plus tard et juste 25 % au bout de deux ans. (5)

Au MDACC, les scientifiques ont été si impressionnés par ces résultats qu’ils ont commencé à proposer des remèdes homéopathiques contre le cancer.

En 1999, l’Institut National Contre le Cancer (NCI) américain a évalué les effets du protocole Banerji sur dix patients atteints de différents types de cancers. Dans quatre cas de cancer du poumon et de l’œsophage, les chercheurs du NCI ont confirmé l’existence de réponses partielles aux remèdes homéopathiques. Aucun des patients n’avaient reçu au préalable de traitement conventionnel anticancéreux.

Le NCI a conclu qu’il existait une preuve suffisante d’efficacité pour poursuivre les recherches sur ce protocole. Ce fut une décision historique car c’était bien la première fois qu’aux États-Unis un organisme de santé officiel travaillait sur une thérapie alternative pour traiter le cancer. (6)
Résultats probants en laboratoire

Afin de comprendre le mécanisme d’action des traitements homéopathiques sur les cellules cancéreuses, huit scientifiques du MDACC ont testé quatre remèdes sur deux lignées cellulaires de cancer du sein chez la femme : Carcinosin en 30 CH, Conium maculatum en 3 CH, Phytolacca decandra en 200 CH et Thuya occidentalis en 30 CH.

Environ cinq cents cellules ont été exposées à ces produits ainsi qu’à un placebo (le solvant dépourvu des principes actifs des remèdes) durant des périodes de un à quatre jours. Cette expérience a été répétée trois fois.

Avec deux des remèdes, Carcinosin et Phytolacca decandra, on a obtenu jusqu’à 80 % de réponse, preuve de l’apoptose ou mort cellulaire et seulement 30 % avec le solvant-placebo. L’effet était donc presque trois fois supérieur.

En outre, plus les dilutions étaient fortes, plus l’effet sur les cellules était important, ce qui, est conforme aux règles de l’homéopathie. En effet, les remèdes sont paradoxalement plus actifs si la dilution est plus importante et si les périodes d’exposition sont plus longues.

Les remèdes ont provoqué une « cascade apoptotique » qui a interféré avec le cycle de croissance normal des cellules cancéreuses. Pourtant, les chercheurs ont constaté que les cellules saines environnantes n’avaient pas été touchées. En d’autres termes, les remèdes homéopathiques n’avaient ciblé que les cellules cancéreuses alors que les médicaments utilisés en chimiothérapie attaquent toutes les cellules qui se multiplient. D’après eux, les effets de Carcinosin et de Phytolacca étaient aussi puissants que ceux du Taxolâ, le médicament le plus souvent prescrit en chimiothérapie lors d’un cancer du sein. (7)
Le succès de Ruta au stade terminal

Bien que Carcinosin et Phytolacca aient fait leurs preuves en laboratoire, nombre de patients de la Banerji Foundation prennent Ruta 6 qui a eu un succès extraordinaire lors d’une étude portant sur 127 patients américains atteints d’une tumeur au cerveau, la moitié d’entre eux au stade IV, le stade terminal avant le décès.

D’après l’IRM ou Imagerie par Résonance Magnétique, les tumeurs avaient complètement disparu chez 18 des 127 patients qui ne prenaient que Ruta, sans traitement conventionnel complémentaire. Chez neuf autres patients, la tumeur avait régressé de manière significative. Ces tumeurs étaient stables chez environ la moitié des patients, mais avaient augmenté de volume chez 27 patients. En conclusion, l’action de Ruta s’était avérée bénéfique, dans une plus ou moins grande mesure, chez environ 79 % d’entre eux.

Dans une étude antérieure de la Banerji Foundation portant sur des patients à qui l’on avait prescrit Ruta ainsi qu’une chimiothérapie conventionnelle pour une tumeur du cerveau, 72 % avaient tiré un profit plus ou moins grand de cette association, ce qui, comparé à l’étude précédente, suggère que Ruta serait à lui seul plus efficace (ou certainement aussi efficace) qu’un produit de chimiothérapie, et ce sans effets indésirables invalidants. (8)

Dans une autre étude sur des cas de tumeur du cerveau (148 patients atteints d’un gliome malin et 144 d’un méningiome) traités à la Banerji Foundation entre 1996 et 2001, les 91 patients exclusivement sous Ruta et Calcarea Phosphorica ont eu une durée de survie moyenne de 92 mois alors que onze autres patients traités de manière conventionnelle et recevant de l’homéopathie en complément n’ont survécu que 20 mois. En outre, 7 % des patients uniquement sous homéopathie ont connu une rémission totale, 60 % une amélioration, 22 % une stabilisation (la tumeur n’évoluant pas dans un sens ou dans l’autre) et 11 % une aggravation. (9)
Un immense espoir pour les autres cas de cancer

Ces succès de l’homéopathie pour soigner le cancer donnent de l’espoir à tous les chercheurs dont l’esprit est un minimum ouvert aux médecines alternatives.

La Banerji Foundation n’est pas la seule clinique qui a adopté une approche moderne de l’homéopathie, dite « homéopathie avancée ». Au contraire, les exploits de la Banerji Foundation ont même plutôt donné une vaste impulsion pour la création d’autres fondations sur l’homéopathie en Inde. Leurs résultats sont également très prometteurs. Je vous ferai part de mes dernières découvertes sur ce sujet dans la prochaine lettre Santé & Nutrition.

En attendant, force est de constater que les mentalités occidentales peinent à évoluer lorsqu’il s’agit de donner plus de crédit à l’homéopathie et à tester son potentiel à soigner des maladies graves, telles que le cancer.

A noter que je vous ai préparé cet article à partir d’une recherche réalisée par le spécialiste Bryan Hubbard, qui a été publié en version originale dans la revue anglaise WDDTY, en mai 2012. Il est reproduit ici avec autorisation, et grâce à la traduction de Catherine Sobecki.

A votre santé !

********************

Sources :

Banerji, 2008
International Journal of Oncology, 2010 ; 36 : 395-403
Ruta 6 selectively induces cell death in brain cancer – Virtual Trials. www.virtualtrials.com/pdf/ruta6.pdf – Format de fichier: PDF/Adobe Acrobat de SEN PATHAK – 2003
Internal Journal of Oncology, 2003 ; 23 : 975-982
The Washington Post du 20 mai 2008
Oncology Reports, 2008 ; 20 : 69-74
Internal Journal of Oncology, 2010 ; 36 : 395-403
http:/health.groups.yahoo.com/group/Ruta6
Prasanta Banerji Homeopathic Research Foundation, www.pbhrfindia.org
Palliative Medicine, 2002 ; 16 : 227-233
Journal of Alternative and Complementary Medicine, 2005 ; 11 : 21-27
Br Homeopath J., 2000 ; 89 : 8-12
Cancer, 2001 ; 92 : 684-690
Biomedical Therapy, 1998 ; 16 : 261-265
Homeopathy, 2003 ; 92 : 131-134
Homeopathy, 2002 ; 91 : 75-79
BBC News, 20 août 2009 ; http://news.bbc.co.uk/2/hi/8211925.stm

———————————————————————————-

Une cure de Vitamine C sort un mourrant de Leucémie de son lit et le guérit

Tout le monde pensait qu’il allait mourir, atteint d’une leucémie, mais il est revenu à la vie avec une cure de Vitamine C.

Ils ont dû se battre contre les médecins pour faire administrer la vitamine C et il a survécu et se porte bien, cette histoire se passe en 2009.

Mais personne ne vous en parlera et surtout il fait partie des gens qui selon les médecins ont de la chance!
Alors d’accord vive la chance au naturel.
Ce n’est pas la première fois que j’ai entendue parler, ou lu que la vitamine aide voir guérit totalement les cas de cancer, leucémie etc.
Moi-même j’en prends tous les jours depuis ma déclaration de cancer du sein invasif.

 


Je vous propose ici l’Homéopathie pour aider dans le cadre d’un cancer du sein. Un protocole vraiment nécessaire et ne croyais pas que cela ne fonctionne pas car moi aussi j’avais des doute mais plus maintenant. Son livre Cancer & homéopathie : Rester en forme et mieux supporter les traitements

Il est proposé par Le Dr Jean-Lionel Bagot,Médecin homéopathe, soins de support en cancérologie – Strasbourg (dr.jean-lionel.bagot@wanadoo.fr) N’ayant pas choisi les traitements standard chimio et rayon, j’ai préféré l’acupuncture, l’homéopathie et le régime végétarien bio. Ce traitement Homéopathique pour les personnes qui ont eu ou ont un cancer du sein est vraiment indiqué. http://www.smb-fr.com/publications/cahiers/228/support.pdf

9 réflexions sur “ Plantes et remèdes ”

  1. Bonjour,
    Bonjour, Je suis une fan de santé naturelle et de phytothérapie, j’ai entendu parlé de l’oignon comme anti-cancereux, également… ?
    Alors bien sûr être amateur, cela ne fait pas de moi une spécialiste, mais au moins je reste curieuse, et surtout j’élargis mes champs de recherches sans cesse.
    J’essaie modestement de vulgariser sur le ton humoristique des sujets « santé » très sérieux.
    Si le cœur vous en dit, je suis toujours preneuse de lecteurs nouveaux qui pourraient me faire avancer dans mes articles et mes recherches. J’entame des articles axés phyto et bien-être sur cette plateforme journalistique à partager sans modération évidemment :
    http://fr.blastingnews.com/sante/2016/11/une-potion-magique-pour-contrer-les-maladies-hivernales-et-peter-la-forme-001279383.html?utm_source=Sociallymap&utm_medium=Sociallymap&utm_campaign=Sociallymap

  2. Bonjour,
    La feuille de graviola corossol est profitable pour la santé humaine et animal, elle est riche en Acétogénine un agent actif naturel anti-cancer, qui contrairement à la chimio s’attaque au cellules cancéreuse sans abîmer les cellules saines, ou déséquilibrer le système immunitaire, bien au contraire.
    En France vous pouvez en trouver en poudre, en entières ou en gélules sur la boutique bio en ligne http://www.biologiquement.com/
    Au plaisir
    David

  3. bonjour je voudrais savoir quel remedes pour soigner les polyposes nasales stade 4 je fais des allergies au acariens plumes moisissures poussieres on appel en mèdecine la maladie fernand widal je ne supporte pas la courtisone je fais de l’asthme en periode d’humiditè le lapacho conviendrait til cordialement maryvonne

    1. Bonjour, désolé pour ce retard, je pense que cela ne vous fera pas de mal sauf si vous êtes hémophile, car il fluidifie le sang. Maintenant, vous devriez voir un naturopathe ou phytothérapeute pour qu’il vous aide. Je pense que vous devriez éliminer ce qui peut être préjudiciable dans votre alimentation et qui peut créer potentiellement une réaction folle de votre système immunitaire. En gros on en revient toujours à la même chose, tout ce qui est lait et dérivé et gluten(le mieux serait de l’arrêter, mais je sais que c’est très difficile comme pour le lait, donc diminuer vos quantités et passer a un pain de petit épeautre, ou épeautre, et pour le lait, chèvre ou brebis en fromage et 1 tomme pour la semaine.), passé à de la viande blanche 2 fois dans la semaine, le poisson 1 fois par semaine, peu de sucre en gros 50gr par semaine, cuisson douce étouffé ou vapeur ou wok, pas de friture ou de cuisson au four. Le fait de faire ça va permettre à votre corps de limité l’inflammation dont il est victime. ça prend du temps croyez moi et ce n’est pas un remède miracle mais si on s’y tient le corps va commencer à amorcer une détoxination et une détoxication, c’est là que le lapacho et desmodium entre en jeu. Lapacho vous savez, et le desmodium pour aider votre foie. vous pouvez aussi faire une cure de jus de bouleau. voilà le mieux vu que je ne vous connais pas, je vous donne quelques pistes. rapprocher vous d’un magasin bio et demander l’adresse de naturopathe dans votre coin.
      En vous souhaitant bon rétablissement, Bien a vous.
      Véronique.

  4. Mon histoire a à voir avec le pouvoir de guérison de Rick Simpson cannabis huile. «Ma sœur Khloe, 65 ans, a été diagnostiqué avec le cancer de l’os à l’intérieur de sa colonne vertébrale il ya 2 ans, qui avait métastasé du cancer du sein, elle ne savait pas qu’elle eu. J’ai prié pour une guérison totale et sans aucune opération, pas de chimio et aucun rayonnement. pas tout le monde a eu l’expérience de savoir Rick Simpson comme guérisseur … mais ils peuvent! Rick Simpson, père du chanvre naturel.

    Que la grâce de Dieu soient sur Rick pour son bon travail et de courage; et avec son chanvre que nous sommes guéris « .
    Au début de cette année, j’ai voyagé en Europe (Slovaquie) pour visiter un bon ami à moi quand j’ai entendu Rick était autour de sorte que je suis allé à lui et le rencontrer sur une base individuelle et l’achat de l’huile de guérison de lui, maintenant je suis si heureuse et remplie de joie que ma sœur n’est plus un patient atteint de cancer et elle est complètement guérie avec son miracle de guérison huile. Le médecin lui-même nous a confirmé mardi la semaine dernière que ma sœur Khloe est entièrement OK. Aucun signe de cancer dans sa moelle ou du sein à nouveau …. Wow … Am tellement tellement heureux que ma famille et moi avons été remercient Rick pour son bon travail de sauver ce monde avec son huile de cannabis. S’il vous plaît les gens, je ne sais pas comment le remercier assez pour am tomber ses contacts ici *** *** ricksimpsoncannabisoil_phoenixtears@outlook.com +447024078253 ***, je suis la mendicité si vous pouvez harponner 5 minutes de votre temps et s’il vous plaît aidez-moi à le remercier, il est vraiment un héros de ce monde et je prie pour la force et la sagesse de Dieu sur lui.

    1. Si vous voulez le remercier, allez directement sur son site ce sera plus simple.
      Si votre sœur a guérie c’est parce qu’elle pensait qu’elle pouvait guérir, et aussi que le chanvre à une action bénéfique sur le corps. Il y a bon nombre de plante efficace pour soigner un cancer.
      Et dieu n’a rien à voir la dedans.
      L’esprit est capable de tout il faut juste, s’en croire capable sans aucun doute.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *