Archives de catégorie : Pédopolis

Une vidéo qui vaut milles mots, Schippa, El Khomri et Bachelot font l’apologie du viol d’une jeune fille de 12 ans dans le monologue du vagin

Ahh Schiappa et la pédophilie: Elle a joué avec MYriam El Khomri et Roselyne bachelot dans le monologue du vagin au théâtre, tiré du livre du même nom qui raconte le viol d’une fille de12 ans par une adulte https://www.youtube.com/watch?v=K5YZOv6D7t0 et ce lien aussi https://pedopolis.com/category/les-affaires/2018-affaire-de-la-loi-schiappa/ et permet de mettre en place à l’école primaire l’éducation sexuelle!!! Odieux personnages que vous êtes, les enfants ne demandent pas de parler de sexualité avant l’âge d’au moins 13 et 14 ans et encore normalement, c’est pour parler 1er baisé, et non fellation, cunnilingus etc.. Lire la suite

Imprimez l'article

Réseaux Pédophilie et mafieux en France et dans le monde

Bonjour à tous;
Savez-vous que je tiens mon site internet depuis 2012 exactement, au moment de mon réveil sur cette société malade j’ai pris une claque…😠
Mon site était dédié à l’information et cela n’a pas changé mais j’avais mis l’accent sur la pédophilie pour exposer à la vue de toutes les horreurs de cette fausse justice qui condamne des personnes qui ont volé de la nourriture à 15 mois de prison et relâche les pédophiles et enterre les affaires de pédophilie.
J’ai suivi pendant quelques années le site pédopolis et croyez-moi, ce site si vous voulez comprendre ce qui se passe est impressionnant par le travail fourni et le courage. Car il en faut du courage pour tenir un site comme celui-ci.
Ils ont été menacé et leur site à fermé à plusieurs reprises, ils ont perdu des données mais ils ont rouvert. Et moi pareil, j’ai été piraté, perdu des données, bref j’ai fini par arrêté de mettre des informations sur ce sujet car j’avais peur. 😨
Mais maintenant, je m’en fous, ils m’ont déjà fermé mon compte Facebook 2-3 fois je crois.
Et bien maintenant, je vais recommencer à faire suivre ces affaires pour que tout le monde se rend compte que la vérité est dérangeante mais que tant que l’on ne les mettra pas au-devant de tous, cela continuera.
À quand des manifestations contre la violence faites aux enfants, tout le monde se bat pour des acquis mais pas pour les enfants… Lire la suite

Imprimez l'article

Age of consent should be lowered to 13 to stop persecution of old men, says top barrister/-L’âge du consentement devrait être abaissé à 13 ans en Grande-Bretagne, selon une avocate

http://www.express.co.uk/news/uk/398218/Age-of-consent-should-be-lowered-to-13-to-stop-persecution-of-old-men-says-top-barrister    Propos choquants de l’avocate Barbara Hewson ont été condamnés par les organismes de bienfaisance pour enfants après avoir rejeté les crimes d’abus sexuels d’enfants comme de simples «délits de bas niveau », qui ne seraient normalement pas être poursuivis. Décrivant les récentes arrestations de plusieurs célébrités comme Stuart Hall cadre de l’opération Yewtree comme un «spectacle grotesque, » Hewson bizarrement comparé ce qu’elle considérait comme la post-Jimmy Savile « la chasse aux sorcières » à l’époque soviétique en Russie. Le mois dernier, la BBC vétéran salle admis 14 attentat à la pudeur à filles dès l’âge de neuf ans, alors que l’Opération Yewtree de Scotland Yard, lancé après la réclamation contre Savile, a arrêté Rolf Harris, Gary Glitter, DJ Dave Lee Travis, comédien Jim Davidson et PR gourou Max Clifford . Tous nier tout méfait. Ainsi que l’appel de l’âge du consentement à être abaissé à 13, Mme Hewson a également suscité la colère en disant garantie de l’anonymat des plaignants d’abus sexuels doit être retiré, et le délai de prescription réformé pour éviter les allégations historiques sont poursuivis. Les délits de bas niveau avec lequel Stuart Hall a été accusé ne ressemblent en rien crime grave Barbara Hewson Mme Hewson, avocat au Hardwicke chambres, sensationnel ladite opération Yewtree et ses «fanatiques de l’affaire » posent plus de menace pour la société que rien ne Savile, accusant les forces de l’ordre de «la victimisation fétichisation». «Les délits de bas niveau avec lequel Stuart Hall a été accusé sont rien comme crime grave», qu’elle a écrit pour le magazine en ligne à pointes. « D’ordinaire, les délits de Hall ne seraient pas poursuivis, et certainement pas des décennies après l’événement. « Ce que nous avons ici, c’est la manipulation du système de justice pénale britannique pour produire des boucs émissaires sur demande. C’est un spectacle grotesque. » Elle a poursuivi en disant que «toucher la poitrine de 17 ans, embrasser un enfant de 13 ans, ou de mettre de la main une jupe de 16-year-old » étaient pas comparables aux viols collectifs ou des meurtres. Fondation pour les enfants de la Société nationale pour la prévention de la cruauté envers les enfants (NSPCC) a dit à entendre de telles vues « obsolètes et simplement mal informés» d’un avocat hautement expérimentés « défie l’entendement. » « Stuart Hall a plaidé coupable à maltraiter les enfants dès l’âge de neuf ans, nous pensons que la plupart des gens seraient d’accord que les crimes de cette nature sont extrêmement graves », a déclaré Peter Watt, directeur du service d’assistance téléphonique NSPCC. «Heureusement, la loi, la plupart des gens, sont très clairs à ce sujet. « Afin de minimiser et banaliser l’impact de ces infractions pour les victimes de cette manière est tout sauf nier qu’ils ont en fait subi des mauvais traitements à tous. «Toute suggestion d’abaisser l’âge du consentement pourrait mettre davantage de jeunes à risque de ceux qui s’en prennent à des jeunes vulnérables. » « Beaucoup de ceux qui sont maltraités sont victimes d’intimidation, chantage et fait honte en restant silencieux, souvent à l’âge adulte. Nous devons toujours être prêts à agir, peu importe depuis combien de temps l’abus s’est produit. « Les actions de ceux qui s’expriment aussi protéger les autres contre la violence et donner confiance à d’autres victimes de se manifester. Mme Hewson est régulièrement classée comme un junior conduisant par la Legal 500 dans les domaines du droit public et administratif droits de l’homme et des libertés civiles, et de la discipline professionnelle et du droit réglementaire, selon le site de son cabinet. Elle a obtenu gain de cause devant la Cour européenne des droits de l’homme, la Cour suprême et Haute Cour de la République d’Irlande. Lire la suite

Imprimez l'article

Réseau pédophile du CRIES (dans les locaux de l’UNICEF) : que sont-ils devenus ?

Donde Vamos mer., 06 fév. 2013 03:58 CST Imprimer
Pour aborder la question de ces réseaux pédophiles qui n’existent pas, on a déjà vu rapidement l’affaire Dutroux, celle du Var, celles de Zandvoort, du réseau pédophile anglais, d’Outreau… On va aujourd’hui parler un peu en profondeur du CRIES (pour « Centre de Recherche et d’Information sur l’Enfance et la Sexualité »), un groupuscule de pédophiles qui s’amusait à tourner des films pédophiles, notamment dans les locaux de l’UNICEF à Bruxelles. Les peines ont été a minima, et bien sur un bon paquet des inculpés ont récidivé. Les CRIES, c’est quoi ? Le centre a été fondé par Philippe Carpentier, ancien traducteur au parquet de Bruxelles, au début des années 80. A cette époque pas si lointaine où les pédophiles revendiquaient, comme les homos, la « liberté sexuelle », oubliant que leurs partenaires sont des mineurs. D’ailleurs, ces mouvements de pédos veulent aussi abaisser la majorité sexuelle, mais bref. Carpentier était un vieil amant du pasteur Doucé, ce pédo qui a disparu entre les mains des RG français en juin 1990, probablement parce qu’il connaissait quasiment tout le monde dans les circuits pédocriminels de l’époque. Le CRIES était donc un centre destiné à faire du lobbying pour la cause des pédos, par exemple en banalisant l’acte sexuel avec les enfants qui, selon eux, s’épanouissent dans les rapports sexuels avec de vieux pervers. Dans leur langue ça donne ça:
« une relation amoureuse faite de tendresse et de sensualité épanouie peut être pour les jeunes, quel que soit leur âge ou leur sexe, une expérience éminemment positive, si elle est vécue dans la liberté, à l’abri de toute forme de contrainte, mais aussi à l’abri des interdits et de la culpabilité que notre société attache encore trop souvent à la sexualité ».
Ces types prennent leurs fantasmes pour des réalités, et ils sont complètement dingues : « Si les enfants aujourd’hui nous fascinent, c’est que nous désirons retrouver à leur contact toute la richesse du vécu de l’enfance, par-delà notre propre jeunesse ». Bien sûr, ils vous diront qu’ils ne font que répondre aux avances des gamins, et que si les choses se passent mal (pour eux ou pour l’enfant ?), c’est parce que l’entourage des enfants ne comprend rien à cet « amour ». Toutes ces théories fumeuses se retrouvaient dans la revue du CRIES intitulé « l’espoir ». Mais le CRIES, c’est surtout un réseau de distribution et de tournage de films pédopornos, de photos, et de prostitution de mineurs. On a retrouvé 4.000 photos pédopornos lors de diverses perquisitions, mais seulement 25 victimes âgées de 5 à 16 ans. La plupart étaient là avec le consentement de leurs parents, mais pas tous. Et quand bien même, il fallait condamner les parents au lieu, comme on va le voir, de les acquitter systématiquement. L’affaire a été jugée en correctionnelle en mars 1988, c’est-à-dire comme s’il s’agissait de simples délits, au lieu d’être jugée aux assises puisque les viols d’enfants sont des crimes. On a aussi retrouvé 800 noms de clients, certains comme le suisse Beat Meyer, ou Jean-Marc Houdmont ont été interrogés mais beaucoup n’ont jamais été dérangés, comme Jean-François Makhlouf, qui a tenu une maison pour enfants des rues à Katmandou. 17 personnes ont finalement comparu en 1988, devant le tribunal correctionnel, car on a estimé qu’il ne s’agissait « que » d’attentats à la pudeur et d’outrages aux mœurs sur les enfants. Autrement dit, aucun de la douzaine de pédophiles impliqués n’aurait jamais touché aucun enfant, bien que certains étaient déjà des récidivistes. L’affaire médiatique 17 personnes ont été jugées en première instance. Une douzaine de pédophiles qui s’échangeaient enfants et photos, et quelques parents. Des parents qui ont prêté leurs enfants à des pédos avec une rare complaisance, qu’ils soient débiles ou appartenant aux catégories aisées. Et qui finalement n’ont pas eu de condamnations. En première instance Carpentier avait pris 9 ans fermes, Weber 10 ans, Drieghe et Felu 8 ans, Delporte 6 ans, Mesureur 4 ans, mais Verbeek le patron de l’UNICEF n’avait pris que 2 ans de sursis, ce qui n’a pas empêché le quotidien Le Soir de qualifier cette peine de « lourde ». En appel, Verbeek a été carrément acquitté. Carpentier n’a pas eu de chance, il a ramassé un an de plus et est mort en prison. Drieghe et Felu ont pris deux ans de plus, Jacque et Decré aussi. D’après André Rogge, un détective embauché par le commissaire bruxellois Yves Zimmer pour enquêter sur le CRIES, l’affaire du CRIES ne devait pas aboutir, car Zimmer lui a dit que certains clients sont très haut placés. D’ailleurs, il semble que Jean-Paul Dumont, pédophile impliqué dans le réseau pédophile d’élite belge, et qui a à son actif plusieurs meurtres d’enfants, était l’avocat de certains des accusés parmi lesquels Georges Dessy, qui n’a finalement pas été envoyé au tribunal. Claude Drieghe, présenté comme un producteur de films, est un récidiviste. Selon l’acte d’accusation du procès en première instance en 1988, et l’accusation se fait toujours a minima, on lui reprochait des attentats à la pudeur (avec violences ou menaces) sur deux mineurs de moins de 16 ans et d’outrage aux mœurs sur 3 autres. Il a pris huit ans en première instance, 10 en appel, et est sorti au bout de cinq ans. Olivier Ralet a pris un an de sursis et n’a fait que deux mois de préventive. Il est passé entre les mailles du filet parce que les seuls jeunes avec lesquels on a pu prouver une relation avaient 18 ans lors des relations qui ont été prouvées. Donc il n’a pris son sursis que pour incitation à la débauche, pour les photos. Jean Claude Weber a pris 10 ans en première instance pour attentats à la pudeur avec violences ou menaces sur mineur de moins de 16 ans et de plus de 16 ans (7 victimes officielles). Au moment du procès, il était déjà en prison à Montpellier, où il avait pris 6 ans. Il a été extradé et a pris 9 ans en 1991 pour l’affaire du CRIES. Lui aussi était récidiviste : il avait déjà été condamné en mars 1982 par la cour d’appel de Bruxelles, à quatre ans de prison pour attentats à la pudeur avec violences. Toutefois, le tribunal l’avait qualifié en 1988 de « pervers » et de « danger social ». C’est Weber – qui était membre du Mouvement pour la libération des pédophiles- qui avait soufflé à Carpentier l’idée de créer la revue Espoir, et il a laissé le CRIES s’en occuper puisqu’il était en prison. Ensuite, il est passé pour le « directeur artistique » du CRIES.
Marc Van den Bossche profitait de ses activités de scoutisme pour avoir des relations sexuelles avec deux frères de 14 et 16 ans que leur père lui confiait régulièrement. Mais bizarrement, le tribunal a estimé qu’ils étaient « capables de manifester leur consentement ». Du coup, on a considéré qu’il ne s’agissait pas de viols. Et vanden Bossche a même obtenu une réhabilitation en 1993, ce qui l’a probablement aidé à pouvoir devenir infirmier. Et ce qui interdisait à la justice t’en tenir compte pour des dossiers ultérieurs qui, on va le voir, ne manqueront pas de survenir. Christian Jacque, qualifié de pédophile « sadique », a « incité » son fils « à la débauche », ainsi que d’autres enfants. On a retrouvé chez lui des images le montrant en train de violer des gosses, mais bizarrement, on n’a retenu contre lui aucun viol. Il était le « bras droit » de Carpentier au CRIES, et avait déjà été condamné en 1985 pour pédophilie, par le tribunal correctionnel. Il a pris six ans de prison en première instance et 8 en appel. Michel Felu a pris 8 puis 10 ans en appel – le maximum en correctionnelle- et était récidiviste (il avait été interné sans procès puis libéré). D’après l’acte d’accusation, « la cheville ouvrière des échanges d’enfants paraît en l’espèce être Michel Felu qui est de toutes les parties, de tous les voyages, principalement en compagnie du prévenu Michel Decré ». Pourquoi n’a-t-on retenu contre lui que des attouchements ? Les magistrats ajoutent « Le CRIES apparaît à la lumière des éléments de la procédure être en fait une couverture pour un circuit de prostitution de jeunes enfants ». Pourquoi n’a-t-on pas retenu la prévention de proxénétisme contre les prévenus ? Quoi qu’il en soit, Felu réalisait au minimum des albums photos des enfants, diffusés via le réseau CRIES, mais aussi le réseau Spartacus ou encore celui du pasteur Doucé qui disait appartenir à la Grande Loge de France (mais en aurait été radié en 1982), tous en interconnexions. Les pédos n’avaient plus qu’à choisir leur victime, et il semble qu’on pouvait les fournir puisqu’il est question de voyages de Felu. Pierre Delporte a pris 6 puis 8 ans, il était aussi en récidive. Mais après sa libération, il a continué à ramener des garçons au domicile familial, afin de les violer. Il a été qualifié d’intelligent, violent et pervers. Jacques Delbouille, fossoyeur d’un cimetière communal qui se faisait passer pour écrivain public et père de famille, a pris un an mais n’a fait que cinq jours de préventive. En fait, il a seulement été condamné pour rébellion et détention d’arme non déclarée. Ce qui est quand-même très peu. Michel Decré, juriste et traducteur qui a travaillé au ministère de la justice, avait pris sept ans en appel. Il faut dire qu’on lui reprochait d’avoir organisé des partouzes, au cours desquelles des enfants n’étaient donc pas violés puisque la justice a estimé que là encore, il ne s’agissait que d’attouchements et d’attentats à la pudeur avec violences, y compris sur mineurs de moins de 10 ans. Le routier Bernard Vanmeerbeek a pris trois ans de sursis. On a considéré qu’il ne faisait pas partie de la clique du CRIES. Pourtant, comme la plupart des inculpés dans cette affaire, il a recommencé ses saletés. La mère d’une des victimes, Viviane H., a été acquittée car « les faits reprochés à la prévenue H. doivent être considérés sous l’angle du souci qui habite certains milieux aisés de paraître ‘branchés’ ». Elle a pourtant loué ses deux enfants aux tarés de ce réseau. Marie Paule H., mère d’un jeune qu’elle a laissé se faire violer par Mesureur (qui vivait chez elle) pendant dans années, parce qu’elle était amoureuse de Mesureur et ne voulait rien voir, n’a pris que trois ans de sursis puis un acquittement. Pourtant, dès les 11 ans de son fils en 1983, elle le confiait chaque week-end à Mesureur, alors qu’elle savait très bien ce qu’il se passait. Elle a même fait placer son fils aîné quand Mesureur est revenu vivre au domicile en 1985, car elle estimait que les problèmes venaient de lui. En fait, il semble que la base du réseau soit constituée d’un quatuor : Carpentier, fondateur du CRIES, Jozef Verbeek le patron de l’UNICEF Belgique, Felu qui fournissait les enfants et Weber, qui avait un bon carnet d’adresses. Verbeek a failli se faire coincer (2 ans de sursis en première instance, acquitté en appel) parce qu’il a eu la mauvaise idée d’embaucher un certain Michel Felu, pédophile déjà condamné, comme homme à tout faire. La version qu’a donné la justice est que Felu, qui squattait le sous-sol des locaux de l’UNICEF, avait carrément aménagé un studio de pédopornographie, et que les gamins allaient et venaient dans ce studio pendant des années, sans que Verbeek ne soit au courant de rien. Les soirs et les week-ends entre 1982 et 1986, des enfants allaient et venaient dans cette cave de l’UNICEF qui sentait le fauve. D’ailleurs, des employés avaient demandé des explications : pourquoi Felu restait-il 24 heures sur 24 h dans ces sous-sols, pourquoi personne ne nettoyait jamais alors qu’en principe c’était sa mission (à tel point qu’une seconde personne a été embauchée pour faire le travail que Felu ne faisait pas), etc. Verbeek n’a jamais donné de réponse. Il « était sourd à toute remarque qui aurait pu remettre en question la présence de Felu au sein de l’UNICEF », lit-on encore. Pourtant, Felu était bien embauché en réinsertion, par pur humanisme, a déclaré Verbeek aux enquêteurs. Verbeek n’a cessé de se contredire et de donner de fausses explications sur ses liens avec Felu et donc avec tous les autres. La stratégie a payé puisqu’il a donc été acquitté en appel. Lors des perquisitions au siège de l’UNICEF, des données avaient effacées des ordinateurs qui servaient au CRIES. Il existait en effet un programme qui donnait accès à une base de données reprenant tous les enfants victimes du réseau, à laquelle Felu avait accès d’après l’une des victimes. Felu a confirmé qu’un tel fichier existait, mais Carpentier a quant à lui affirmé qu’il n’existait pas de listing d’enfants. On sait aussi que Verbeek a ordonné un grand nettoyage de la cave après une perquisition qui était censée avoir permis de tout embarquer. Quant aux témoins, ils ont été victimes de pressions de la part de leurs employeurs, y compris les nouveaux chefs de l’UNICEF Belgique, si bien que le tribunal, au lieu de pousser les recherches sur les collusions entre les prévenus et ceux qui font ces pressions, a simplement décidé de cesser de les interroger. L’enquête aurait du continuer en France, puisque les investigations côté belge ont permis d’établir que Maurice Balland[1], qui dirigeait l’antenne française du CRIES, tenait à jour la liste des enfants victimes du réseau. On sait aussi qu’un certain nombre de clients français étaient dans les listings du CRIES, et même que certains se déplaçaient jusqu’à Bruxelles pour violer des enfants proposés par les pédos liés au studio de l’UNICEF. Ainsi,
« les mérites d’un des garçonnets avaient, grâce aux rencontres réalisées au sein des activités du CRIES, dépassé la frontière et décidé un pédophile de nationalité française à venir à deux reprises en Belgique pour faire sa connaissance et enfin, passer une nuit en sa compagnie au domicile et avec l’assentiment intéressé des parents de l’enfant »
, est-il écrit dans l’acte d’accusation du procès du CRIES. Cet enfant et sa sœur étaient voisins de Michel Felu et celui-ci les louait à qui voulait, cela pendant des années. Mais, la Belgique n’a jamais jugé utile de transmettre le dossier aux autres pays concernés. Ils ont refait parler d’eux Michel Mesureur, ancien membre du CRIES, médecin « psychiatre » et pédophile, ami de Carpentier, s’est fait attraper en 1997 pour détention d’images pédopornographiques (il a pris un an de sursis), puis il s’est à nouveau retrouvé sur le banc des accusés en 2008, 20 ans plus tard. Mesureur bénéficie d’une grande clémence de la justice : l’époque du CRIES déjà, il n’avait fait que deux ans de prison, la moitié de sa peine, et a même obtenu sa réhabilitation par la suite. En 2006, le FBI avait découvert un site appelé « little boy », sur lequel des belges faisaient marcher leur carte de crédit. Parmi eux, Mesureur, placé sous mandat d’arrêt en juin 2006 il a pris… 1 an ferme ! Claude Drieghe passe pour une victime de la cause sur Boywiki (et dans L’Espoir), un portail pédophile « soft » qui vise surtout à faire de la propagande. Il avait déjà été condamné en 1982 pour des faits similaires et libéré en conditionnelle en avril 1985. Directement à sa sortie, il a commencé à recruter des ados pour faire des films, et organisait des répétitions qui finissaient en orgies. Condamné à 10 ans pour l’affaire du CRIES, il a fui en Thaïlande dès sa libération conditionnelle après cinq ans de taule, en 1987[2]. Et il est allé directement à Pattaya chez son ami Michel Rosoor. Pattaya c’est une ville qui ressemble à un bordel géant pour vieux amateurs de chair fraiche, le paradis des pédophiles. En 2009, il était défendu par deux ténors du barreau belge quand il a été accusé d’avoir tenu des bordels avec des mineurs en Thaïlande. Une quarantaine de victimes étaient recensées. Il tenait ces bordels avec son ami pédo Michel Rosoor, et avait été expulsé en 2002 quand les autorités Thaïlandaises ont découvert cette activité et le dossier a été transmis à la justice belge. Drieghe a lui aussi bénéficié d’une grande bienveillance de la justice : en 2011, il avait été condamné à six ans fermes pour avoir prostitué des dizaines d’enfants dans ses bordels thaïlandais, mais n’avait pris que cinq ans en appel et a été acquitté en cassation ! Au final, il n’a presque jamais été en prison, malgré trois procédures pour les mêmes faits. Le dénommé Michel Rosoor est très intéressant. Il a été cité dans le dossier du CRIES par Weber qui disait lui envoyer des vidéos, mais n’a jamais été inquiété dans cette affaire. Il a pris la fuite avant d’être arrêté pour comparaitre pour les bordels à Bruxelles. Avant cela, lors de l’affaire CRIES, les flics apprennent que Rosoor tenait un commerce de poissons exotiques[3]qui permettait de faire transiter des quantités de cassettes pédophiles. Dans les années 70 et 80, Rosoor était probablement protégé, puisque c’est lui qui fournissait les enfants pour les partouzes de la région bruxelloise. En 1997 il est cité devant le tribunal de Draguignan pour un réseau de trafic d’enfants asiatiques et roumains et diffusion de pédopornographie avec six autres accusés. Des documents trouvés trois ans plus tôt chez un curé du Var portaient sur la création d’un orphelinat en Roumanie, ainsi que des cassettes avec des actes de torture et de barbarie sur des enfants, sur lesquelles on identifie Rosoor. Le principal inculpé, un certain Chabanne va déclarer connaître Michel Rosoor comme étant « un riche pédophile belge, résidant à Pattaya en Thailande, qui informe régulièrement les amateurs d’enfants sur les possibilités de tourisme pédo-sexuel en Asie et envoie des photos de mineurs ». En outre, un proche de Rosoor a déclaré que le pédo se vantait de bien connaître Dutroux. De fait, selon un témoin interrogé en février 1997 dans le cadre de l’affaire Dutroux, Rosoor était alors un « pédophile notoirement connu en Thaïlande », et était en relation avec Dutroux. D’après ce témoin, Rosoor envoyait des enfants en Norvège sous prétexte d’adoption. En outre, d’après le PV, Rosoor « dit qu’il ne craint rien en Belgique car il a des appuis ». Etrangement, dans le sommaire de tous les PV, l’agent Pourbaix qui a interrogé le témoin a mis « pas de lien avec Marc Dutroux ». Mais il n’est pas à son procès. Olivier Ralet a été condamné à un an de sursis pour le CRIES puis a été acquitté. Lors de l’enquête sur Dutroux, une perquisition a été effectuée chez lui à Bruxelles. On y a trouve de « nombreuses photos artistiques d’enfants nus » de 8 à 16 ans, dont la plupart fréquentaient l’école Decroly et pour lesquelles les parents étaient d’accord, du moins la plupart du temps. Ralet s’est fait connaitre dans cette école parce qu’il y faisait les photos de classe. Entendu en août 1996, il a expliqué être totalement innocent dans l’affaire du CRIES. Il explique : « un certain Philippe Carpentier qui avait créé le CRIES m’avait demandé de recevoir chez moi en 1983 un certain Michel Decré qui voulait voir des photos de mon exposition [de nus d’enfants] à l’ULB en 1978. Comme il s’agissait d’un personnage malsain que j’avais mis à la porte de chez moi, lorsqu’il a été arrêté dans le cadre de l’affaire du CRIES, il a fait une déclaration selon laquelle il pensait que j’étais pédophile ». Les photos saisies lors de l’affaire du CRIES ont à nouveau été saisies en 1998, tout simplement parce que la justice les lui avait rendues ! Jean-Claude Weber, qui avait prévenu en 1991 qu’il recommencerait s’il n’était pas « soigné », a en effet recommencé : en 2007 il a été condamné à Bruxelles à 10 ans de prison, ainsi que 10 ans de mise à disposition du gouvernement (= internement) pour « viols sur un mineur de 15 ans et d’attentats à la pudeur avec violences et menaces sur 10 hommes, tout juste majeurs » Marc Vanden Bossche, devenu entre temps infirmier, n’avait pris que du sursis dans le dossier du CRIES. En 1998, on a retrouvé sur ses ordinateurs 10 millions de fichiers pédopornographiques. Encore une fois, ce n’est pas à la justice belge qu’on le doit, évidemment. C’est la police brésilienne qui a demandé son extradition en 2010 (refusée) pour des viols sur 13 garçons, et cela de 2002 à 2006. Vanden Bossche avait aussi violé cinq mineurs en Pologne après 2006, et encore cinq en Belgique dans les années 80 et 90 : Vanden Bossche a été sous le coup d’une enquête pour pédopornographie car, avec un autre pédophile il avait gagné la confiance de parents du voisinage et en profitait pour faire des images. Pour cela, il n’a eu que deux ans de sursis car là encore, on a évité de parler de viols. La clémence envers lui vient très certainement qu’il possède des listes de pédophiles actifs. Jacques Delbouille, le fossoyeur, a refait parler de lui en 2001 quand il s’est fait avoir pour un trafic d’images pédopornos avec Michel Decré, aussi condamné dans l’affaire CRIES, et deux comparses, Jacques Becker et Dany Deversenne. On a trouvé chez Delbouille et ses copains 15 mètres cubes de matériel pédoporno, bien qu’il ait eu le temps d’en évacuer une partie. D’ailleurs, il avait aménagé des caches pour y mettre les images les plus « hard ». De toute manière, la justice a dit qu’elle n’avait Pourtant, lui et Decré ont été libérés en préventive. A cette époque, Delbouille était entré en politique, et avait été candidat Ecolo aux communales. Delbouille était aussi un proche de Bernard Weinstein, cet ami de Dutroux qui en savait beaucoup sur les enlèvements mais qui a fini assassiné grâce à des tartines de Rohypnol beurrées par Michelle Martin. Mais, Delbouille est passé chez Ecolo après avoir démarré à la Ligue Chrétienne Belge, un groupe de fachos cathos créé en 1992 et auto dissous en 2000 pour lequel Delbouille se disait « conseiller juridique ». Delbouille gardien de l’ordre moral, on rêve ! Delbouille se revendique aussi d’une petite église dissidente du mouvement Hinschiste, un groupe sectaire basé dans le sud de la France, pour lequel il a demandé des privilèges fiscaux confessionnels. Bernard Vanmeerbeek avait pris 3 ans de sursis dans l’affaire du CRIES. Et voilà qu’en 1999, il prend 10 ans fermes cette fois, pour viols sur quatre garçons de 10 et 11 ans. Comme Felu, il se liait d’amitié avec les parents pour emmener les enfants le week-end, puis pendant les vacances. Il els violait et prenait des photos sado maso. Il a un moment été soupçonné de la disparition de Nathalie Geijsbregts en février 1991. On a aussi parlé de Jean-Marc Houdmont, ce « cinéaste » recyclé dans le commerce de poissons exotiques, qui avait été interrogé dans le cadre de l’enquête sur le CRIES car son nom figurait dans le carnet d’adresses du réseau. Il a aussi été mêlé à l’affaire de la disparition d’Elisabeth Brichet[4], car il vivait à côté de chez elle et était déjà connu pour ses activités pédophiles. Houdmont fait partie de ces nombreux témoins qui ont eu la bonne idée de mourir avant de témoigner dans l’affaire Dutroux, en l’occurrence d’un accident de voiture en février 1997. Alors que justement, il avait téléphoné aux flics la veille pour faire des révélations. Comme il n’y avait pas de trace de freinage, on a conclu au suicide. Le père d’Houdmont et celui de Dutroux ont vécu à la même époque dans le même village du Congo. On soupçonnait Houdmont de trafic d’images pédo pornos, comme celles qui se trouvaient dans son chalet, incendié en 1990. Le suisse Beat Meier était aussi sur la liste des clients du CRIES, et pour cela il est arrêté à Douvres en 1987. C’est un pédophile anglais qui a beaucoup de relations, comme Warwik Spinks, un autre pédo anglais qui a trafiqué des gosses en Angleterre, aux Pays-Bas, puis en République Tchèque, et qui en aurait même tué quelques uns. Meier s’est fait attraper pour avoir amené un petit anglais de 12 ans en Suisse, afin de le violer et de le torturer. La scène a été filmée, et les flics sont tombés dessus. ————————— En conclusion, on observe que huit des inculpés pour le CRIES ont récidivé, et aussi qu’une bonne partie avait déjà des antécédents. On note aussi que le réseau du CRIES était manifestement connecté avec d’autres réseaux tout aussi néfastes, comme celui de Doucé par exemple. L’impunité règne, et ces types une fois en liberté continuent leurs activités, rencontres d’autres pédos reliés à d’autres réseaux, également protégés, etc. D’où la nébuleuse de réseaux qui s’entrecroisent pour le plus grand malheur des enfants qui servent de matière première à cette industrie des plus florissantes. Notes : [1] Curé pédophile, devenu militant, nous dit Boy Wiki. Il fut le brad droit du pasteur doucé (http://ruedesgarcons.fpc.li/magazine/textes/03/media/ELU03102.pdf), au Centre du Christ Libérateur. Il a accompagné des groupes de jeunes à l’étranger, tout en ayant une liaison suivie avec un jeune garçon. Lui aussi entre en contact avec les parents pour capter les jeunes qui l’attirent. On peut aussi lire que « De 1976 à 1978, il accepte le rôle de vice-président de l’Association Nationale pour la Création de Républiques d’Enfants, créée par trois éducateurs pédérastes pour favoriser l’établissement de communautés éducatives selon les principes libertaires de Janusz Korczac et de l’école de Summerhill ». Il a été arrêté une première fois en 1981 pour détention d’images pédopornos, et pour avoir violé de plusieurs mineurs. Boys Wiki ajoute que le juge qui s’est occupé de l’affaire « n’a pas voulu l’accabler », et de fait il remet Balland en liberté directement, sous conditions paraît-il. [2] Et pas question de lui faire faire ses 10 ans pour avoir rompu sa conditionnelle : il y a prescription ! [3] Un autre pédophile, Jean-Marc Houdmont, faisait aussi dans le commerce de poissons exotiques. Quant à Nihoul, il a eu une boite de grossiste en poissons qui permettait de faire les trajets entre Anvers et Bruxelles. [4] Finalement, c’est à Fourniret qu’on a imputé le meurtre d’Elisabeth Brichet. Alors qu’un autre grand ami de Dutroux, un certain Diakostavrianos, trafiquant de voitures, vivait aussi juste à côté de chez elle. http://fr.sott.net/article/13188-Reseau-pedophile-du-CRIES-dans-les-locaux-de-l-UNICEF-que-sont-ils-devenus Email Lire la suite

Imprimez l'article

Pédophilie: l’enquête ouverte après les accusations de Luc Ferry, classée

 
L’enquête ouverte en juin 2011 à Paris après des accusations d’actes de pédophilie lancées par Luc Ferry contre un ex-ministre, non cité, a été classée sans suite, a-t-on appris mercredi de source judiciaire, confirmant une information d’Europe 1. En mai 2011, l’ancien ministre avait affirmé, sans donner de nom, qu’un « ancien ministre » s’était « fait poisser (attraper, ndlr) à Marrakech dans une partouze avec des petits garçons », assurant tenir cela des « plus hautes autorités de l’Etat » et notamment d’un Premier ministre. L’enquête a été classée sans suite fin novembre, a-t-on précisé de source judiciaire. Luc Ferry et l’ancien patron des Renseignements généraux Yves Bertrand avaient notamment été auditionnés en juin 2011 par la brigade de protection des mineurs de la police judiciaire parisienne chargée de l’enquête. Ni l’ancien ministre de l’Education Nationale (2002-2004), ni l’ancien patron des RG (1994-2002), dont le nom avait été « évoqué » par Luc Ferry lors de son audition du 3 juin, n’avaient donné le nom de cet « ex-ministre » aux enquêteurs. Les rumeurs n’ont par conséquent jamais été étayées. Le gouvernement marocain avait également ordonné l’ouverture d’une enquête après les propos de l’ancien ministre.
© 2012 AFP Lire la suite

Imprimez l'article

Enorme scandale en Belgique : Les Anonymous publient une liste de personnalités impliquées dans le réseau de l’affaire Dutroux.

Enorme scandale en Belgique : Les Anonymous publient une liste de personnalités impliquées dans le réseau de l'affaire Dutroux.  dans Contre la pédophilie et les viols pedo Sachez que le blog de cette homme à été éliminé  rapidement. Le député Laurent Louis a relayé un mail que le collectif anonymous a adressé à l’ensemble des parlementaires de Belgique. Il contient la liste de tous les politiciens, hommes d’affaires et magistrats impliqués de prés ou de loin dans le réseau pédophile et criminel de l’affaire Dutroux, même des membres de la famille royale y sont explicitement mentionnés. Bien entendu, Laurent Louis s’est fait traité de fou, on parle de lever son immunité parlementaire et de le poursuivre en justice, ce qui n’a rien d’étonnant quand on sait qu’en Belgique l’activiste Marcel Vervloesem a été jeté en prison pour avoir exposé le réseau pédophile Belge. Cette affaire illustre parfaitement comment une élite corrompue jusqu’à la moelle parvient à se maintenir au pouvoir en profitant de la faiblesse de la population. Sans sursaut populaire, toute initiative individuelle est vouée à l’échec. A monsieur Flahaut, Président de la Chambre A messieurs les Députés de la Chambre Aux membres du Sénat A tous les honnêtes hommes responsables d’un pays qui se veut un Etat de Droit, devenu dictature. Tous les citoyens belges souhaitent porter à votre connaissance les faits suivants, relevés dans les 1235 pages du Dossier Bis Dutroux, récupérés dans divers médias, journaux, livres et informations télévisées. Les faits énumérés sont simplement notés, les magistrats, la sureté de l’Etat ont les preuves mais les occultent et ce, depuis 1996. Nous accusons ces personnages, qui de pédocriminalité, qui de faux, usage de faux, vols, qui de délits d’initié, tous faits passibles de condamnations. Nous refusons que des hommes responsables d’un Etat se cachent derrière leur immunité pour perpétrer des fautes lourdes de conséquences puisqu’elles font vaciller le pays le menant au bord de la ruine, appauvrissant les citoyens au moyen de décisions gouvernementales honteuses et anti sociales, volant nos enfants pour satisfaire des besoins sexuels, de chantages et de commerces. Depuis l’affaire Dutroux nous voyons s’amplifier la criminalité, cela suffit ! Cette liste, par ses dénonciations de faits, n’est que la partie visible de l’iceberg de la pédocriminalité de notre pays, noblesse, clergé, magistrature et politique sont largement impliqués. Nous demandons la réouverture du Dossier Bis Dutroux, la démission de toutes les personnes y incriminées ainsi que les membres de leur famille, estimant à juste titre qu’ils ne sont pas dignes de se trouver, ni en politique, ni à la Justice, ni aux postes d’administration d’institutions publiques. Le système criminel actuel est composé de pédocriminels, de personnages à hautes fonctions mais menacés, sinon grassement payés et/ou manipulés. Nous demandons qu’une Commission spéciale soit instaurée afin de combattre les réseaux pédophiles de terrain préférablement aux réseaux du net, tant est qu’il semble évident qu’un seul réseau au niveau de l’Etat existe, doté de nombreuses ramifications et dont les membres (entre autres de la Communauté Française) sont connus de quelques initiés. Nous demandons un contrôle particulièrement sévère de toutes les Institutions pour enfants dont certaines sont le creuset de pratiques pédophiles ainsi que des associations subsidiées de la protection de l’enfance qui servent d’informateurs. Nous dénonçons ici les membres du conseil d’administration et membre d’honneur de l’Institut Irsa, école de sourds-muets-aveugles, chaussée de Waterloo, lesquels sont les responsables du réseau pédocriminel belge. Ainsi que la direction et quelques membres du personnels de l’internat, nécessairement impliqués. Nous exigeons la liberté immédiate et sans condition de Marcel Vervloesem, prisonnier politique, privé de liberté alors qu’il dénonçait les réseaux pédocriminels bien avant l’affaire Dutroux. Nous demandons aux membres du Parlement de régler ces problèmes en urgence, toutes affaires cessantes. Etant bien évident que toutes les mesures sont prises pour une diffusion générale aux citoyens, un appel au référendum. Ne nous sous-estimez pas, nous sommes légions. Anonymous Agnessens juge de Mons, impliqué dans des affaires de mœurs ne condamne pas les pédophiles ou les libère très rapidement. Condamne Dutroux, Martin et Van Peteghem pour simples délits alors qu’il s’agit de viols avec récidive – février 1986 – Ce magistrat est apparu dans l’affaire des ballets roses aux côtés du prince Albert, et de fournisseurs d’enfants. Albert II roi fréquentait le Dolo, alias club des Atrébates. Dénoncé par Nihoul lui-même à Antonino Costa. Délit d’initié pour Fortis. Protégé par Albert Raes ex directeur de la sureté d’Etat, récemment inquiété. Très probablement impliqué dans un réseau pédophile avec des fillettes d’un home où travaille Antonini, père des enfants Milla et Fiona elles-mêmes dans ce réseau (fillettes habillées en mariées) Reconnu par X3 comme participant aux soirées. Sollicité avec l’Opération Kipofor, lors de laquelle il lui a été confié sept CD-ROMS de Zandvoort. L’enquête a été classée pour cause de « coupables inconnus », suite à quoi les CD-ROMS ont été volés. Le Roi a répondu ne pouvoir intervenir sur le vol des CD-ROMS qui lui ont été confiés en raison de la « séparation des pouvoirs ». Il n’a pas plus concédé à une grâce royale pour une condamnation – de Marcel Vervloesem – sur base d’un dossier incomplet. Impliqué dans certaines faillites, dont, avec certitude, Fortis, il détenait des actions qui ont été vendues par Maurice Lippens (en plus des siennes propres). De là, son achat d’une villa avec ponton sur la mer pour son yacht et dont on donne une valeur de 25 millions d’euros, et au Congo Belge (ancien) où il aurait racheté la villa de Mobutu. Sa liste de nomination de ministres d’Etats et autres titres nobiliaires comprend une majorité de pédocriminels. Alexandre prince, fils du roi Léopold III et de Liliane de Réthy, château d’Argenteuil. X2 y allait pour tenir compagnie à Levy, juif connu à Eindhoven, X2 dit qu’il ne s’est jamais rien passé là (?) Cependant sa femme, la princesse de Paris, stipule dans une interview qu’il avait des mœurs bizarres. S’est suicidé laissant une note avec 29 noms de pédophiles, entre autres Dejemeppe, ses deux substituts, Alain Lemasson, colonel commandant de la gendarmerie de Charleroi, lui-même et la princesse autrichienne Stéphanie de Windisch-Graetz. Il avait été condamné pour le viol de 2 jeunes garçons. Château vendu par l’Etat belge en 2002 à un particulier, Jean Marie Delwart. Anselme Bernard, homme politique  impliqué dans l’affaire Inusop et Sotegec, faux et usage de faux. Bourgmestre de Namur. Antoine Joseph. Directeur de l’Instruction Publique et des Beaux Arts paraît en 1989 dans une plainte pour pédophilie à l’école des Eburons, sur des enfants de 6 à 12 ans. C’est lui qui organisait ces parties … avec Thielemans, actuel bourgmestre de Bruxelles… Il ne sera entendu que le 25/5/1992. Fait chanter les autres : Hurtmans, Monens …. Antonini Roberto grand père pédophile des enfants Milla et Fiona, lequel jouit de hautes protections de la région de Mons borinage. Trafiquant de faux tableaux, et autres. A réussi à faire condamner la maman des petites et à l’en séparer (Maria Pia Maoloni) A mis ses petites-filles dans un réseau pédophile classé secret d’Etat. Antonini Rocco père des enfants Milla et Fiona, assistant social dans une maison d’enfants attardés mentaux dont certains sont dans ce même réseau. D’autres membres de cette même famille sont dans ce trafic, dont une femme directrice d’une association de placements d’enfants des juges … Aquino Michael, lieutenant-colonel, rôle important au niveau militaire pour guerre psychologique, pédophile, lavage de cerveau, satanisme, nazisme, homo et meurtrier. Inventeur du programme « Monarch » dont la base est l’utilisation des sujets par utilisation de sexe à outrance, satanisme, meurtres, ce qui provoquait des identités multiples. Conseiller d’Europe Occidentale pour les chefs d’état major américain. Assurance Royale Belge impliquée dans les affaires Dutroux et Dohy pour les trafics de voitures dont ils récupéraient grosso modo plus de 50.000 € l’an. Ils couvraient donc les pédophiles en permettant d’étouffer ces faits au profit de leurs magouilles en assurance. Baert procureur du Roi, pédophile, protecteur de Van Den Bossche, en échange de mineures…. Bats René né en 30 pédophile, général d’armée. – Regina Louf – ami de Dumont JP, deux dossiers à charge à l’auditorat militaire. Bayens Christian magistrat à Nivelles, né en 28, pédophile, ami de Castiaux, participe aux partouzes avec mineures chez le notaire Nassaux à Waterloo. Baert Vincent, procureur du roi, condamne Biefnot à seulement 10 mois avec sursis pour détention et divulgation de k7 pédophiles ! Protectionnisme ! Beaupain juge qui plaçait des enfants au Home « les enfants de mamy » – pédophilie Beaurir général de la gendarmerie impliqué affaire Pinon (Ballets Roses) Fortunato Israël et Eurosystèmre Hospitalier. Opus Dei. Impliqué Tueurs du Brabant Wallon. Et des noms moins connus, impliqués de même : Poncelet, Marbaix, Depaus, Gombert, Miévis, Maquet, Pattyn, Trotsaert, Galetta, Fiévez, Fastrez, Gérard Lhost ancien ancien colonel de gendarmerie, Tchang et Grigniez. A notre connaissance, un dossier important est déposé auprès du président Londers (démissionnaire) puis de son successeur, par De Jonghe d’Ardoye pour cette affaire et d’autres y jouxtant. Beneux Philippe, commissaire de police, fausse les pv d’auditions de la famille qui a vu Nihoul à la piscine de Bertrix et qui ne s’est jamais désistée. Menacée. Berghmans Jean Pierre baron, Lhoist Group de Limelette. Membre de la Commission Tripartie. (voir quand anobli ?  Cercle de Lorraine ? Front National ? Bilderberg ?) Beroudiaux Dominique, né en 54 habite au château de Valmont qui se trouve à 2 kms 5 du domicile de Michelle Martin ! Cérémonies sataniques au château fréquenté par Di Rupo et Jean Pierre Grafe ex- ministre wallon entre 80/81. Propriétaire Ferbus. Présent, Bosquion David né en 75. Bervoets Bert bourgmestre socialiste de Malines. Etouffe l’affaire de l’anneau épiscopal de Danneels. Pas de suite pour le jeune garçon voleur. Bettens médecin, amant de l’épouse du psychiatre André Pinon, Josiane Jeuniau. C’est le 30/8/1979, par l’aveu de cette femme que l’histoire des Ballets Roses est découverte. Personnalités importantes, dont un haut placé à la sécurité de l’Etat. Billot Jeanine née en 38 dirigeait une maison d’enfants chaussée d’Auderghem 223 « Les enfants de Mamy » Président, Philippe Delleuze. Trois juges y plaçaient les enfants : Kennes, Waeterschoot et Beaupain. Blondeel Paul conseiller auprès la cour d’appel de Bruxelles, impliqué dans l’affaire Fortisgate. Boas Roger affaire eurosystème Hospitalier et Fortunato Israël, trafiquant d’armes (pas certain Pinon) on le retrouve administrateur d’Asco à Zaventem (zoning) endroit reconnu par Régina Louf pour snufmovies filmés. Invités extérieurs filmés, contrats signés avec Boas. Pigeons. Cet homme obtient un contrat de défense pour 24 milliards de blindés, Vanden Boeynants est ministre de la Défense, Xavier Magnée est le « 3ème larron de cette transaction. Il défendra Boas. Boël Jacques associé à toutes les familles liées aux Lippens (voir) En 1968, sa première femme donne le jour à Delphine Boël, fille d’Albert II .  Ce qui permet de comprendre les liens de la royauté avec les pédocriminels. La région wallonne intervient pour « nettoyer » les friches industrielles créées par les Boëls. 150 millions.(à la Louvière) Boël Micky Gotha, paraît en 62-74  impliqué dans la pédocriminalité. Fréquente Opus Dei et le baron Daniel Janssen. Apparenté aux Lippens Boël Framboise administrateur Optimistan Bonmariage Paula épouse de Georis Michel, tous deux pédophiles. Présidente d’un groupement de missionnaires ACRF. (Trafic d’êtres humains ?) Sœur du magistrat pédophile Jean Hubert Bonmariage. Bonmariage Jean Hubert, magistrat pédophile, sœur Paule Bonmariage – Georis Contact avec la France et Protégé. Magistrat de Verviers ou de Herve. Serait le ponte d’un commerce florissant de ventes de cassettes pédophiles et sans doute films. Bonacci Paul néo nazi, pédophile et autre satanisme en rapport avec le programme Monarch Bonvoisin  Marie Cécile épouse du comte d’Ursel pédophile et escroc. Bonvoisin Benoît, baron de, né en 39 Voir affaire Bonvoisin en rapport avec les Tueries du Brabant Il se dressera contre De Baets, enquêteur de Neuchâteau. Nihoul serait son bras droit. Reconnu par Régina Louf, pédophile, bande à Nihoul. Partouzes, meurtres, en chasse surtout (gibier, enfants) – travaille à la Sabena  – fréquente le château d’Eindhoven. Appelé le baron noir. A très bien connu VDB pour avoir été placé par lui à la tête du CEPIC Il s’est dressé contre la Sûreté de l’Etat belge, seul service secret à être indépendant à ce moment géré par Albert Raes ancien magistrat. Connu de X2. Bonvoisin Daniel, de, administrateur de l’Ecole du Merveilleux de Vander Elst, pédophile Bonvoisin Pierre Alexandre Opus Dei et pédocriminalité ? Borchgrave Jacques de, noblesse, baron, époux de  Shéri Heller, Partouzeur. Psychopathe. Château de Trieu à Courrières près de Namur. Bourlée Paul avocat de Nivelles, juge de paix suppléant, né en 29, pédophile, fréquente le château de Eindhoven, était à une soirée avec mineures chez le notaire Nassaux à Waterloo. Possède une résidence secondaire à Faulx les Tombes près du château de Seilles, époux de Delhaye Françoise. Participe aux parties de chasse du côté de Profondeville . Habite à Gesves. Brabant Jean Marie, lieutenant colonel de la BSR, patron de De Baets, le freine et lui met des bâtons dans les roues lors de son enquête sur Dutroux. Ment à tous. Au moment de l’affaire Dutroux, commandant remplaçant de le la BSR. Responsable de la disparition de 5.000 pilules d’ectasy retrouvées aux mains de Nihoul puis Lelièvre, Dutroux. Qui représentent un demi million cédés le jour qui a suivi l’enlèvement de Laetitia Delhez… Braecq dit baron Braecq ancien juge de la jeunesse de Bruges, responsable du « Home Carolientje » et responsable de la collecte des fonds de la Protection de l’Enfance. Broqueville de, Thierry, comte, faux et usage de faux (épouse = Alcantara) Brose Raymond Chef de la police judiciaire de Liège, responsable de la cellule Cools manoeuvrait contre Connerotte chargé des enquêtes sur les Titres volés et l’assassinat du ministre André Cools. Deux de ses inspecteurs accompagneront Connerotte en Sicile pour interroger deux témoins qui demandent de préserver leur identité. De retour en Belgique ces deux inspecteurs donneront directement leurs noms dans les médias. Bruynooghe Annie Avocat puis magistrat, protège toujours et libère les pédophiles. Bulthé Bruno, procureur du roi de Bruxelles Impliqué dans l’affaire Tueche et Dutroux. Burstin Francis, directeur de cabinet au Parlement européen invité par Serge Moureaux à des partouzes pédophiles au château de Faulx les Tombes Busquin Philippe, ministre (6 fois) commissaire européen, arrêté dans le cadre de l’affaire Inusop Cambier Vincent, procureur du roi a requis un non lieu du dossier bis Dutroux. Pédophile ou manipulé, car ce dossier est une bombe au niveau des notables et nobles impliqués par les témoins.  Le procureur Bourlet parlait d’un réseau protectionnel ; idée non suivie par Jacques Langlois, juge d’instruction aux manigances plus ou moins troubles. Cardon de Lichtbuer Daniel, baron, dans le comité d’honneur de l’Irsa, institut de sourd muets et aveugles. L’institut a acheté  le château attenant. Il semble que c’est lui qui a constitué Child Focus, il en est le président. Sa belle fille s’occupait d’enfants dont on a trouvé qu’ils subissaient de mauvais traitements (traces de tortures). Il a ensuite passé la main de Child Focus à Jean Louis Lejeune, comme directeur. Est actuellement président de l’ARDH qui rachète des châteaux à connotations pédocriminelles (voir) Carlier Richard C’est 500.000 fb qu’il a touché de la Smap (alias Ethias) pour intervenir dans un procès en 2004. Carpentier Philippe ancien traducteur juré au parquet de Bruxelles, fondateur de CRIES, dépendant de l’UNICEF, réseau international pédophile qui concerne 18 pays ex-amant du pasteur Doucé assassiné. Castiaux Olivier né en 53, avocat de Nivelles, pédophile, amant de X2 ; organise des soirées dans une grosse villa près du Woluwe, avec piscine, membre du Rotary Club. Rencontre Wilfried Martens. Entretient sa secrétaire et la fille de celle-ci. En 88 il va à Lyon, USA, Singapour, se disait sociologue au CRNS. Aussi en Australie. Caters de, famille issue du célèbre aviateur belge, dont l’un des membres habite le château de Schilde, toute la famille serait membre de cette bande pédocriminelle reconnue par Régina Louf et Somers. Sont au Cercle de Lorraine ! Il est dit Huissier de Justice Caters Philippe de, propriétaire du château de Kattenhof Caters Patrick de, baron de, château de Kattenhof, pédophile, membre, vice président du cercle de Lorraine, copain de Davignon, Philippe de Chimay, Prince, Jean Pierre de Launoit, Elio Di Rupo et Aldo Vastapane. Cerexhe Etienne professeur, docteur en droit né en 31, fait baron par le roi en 2009, siège à la cour d’arbitrage et juge émérite puis sénateur. Chef de cabinet PS. Consul honoraire à Namur. Père de Benoît Cerexhe, actuel ministre, lequel est l’ami de Charles Picqué. Dans le système dit pédocriminel. Charles prince de Belgique pédophile, participe aux soirées, reconnu par X3 Charlier Kamiel, directeur du  CIPAL, « Centre Informatique des provinces d’Anvers et du Limbourg », organisme gouvernemental en charge des services publics via internet. Organisait avec Saca, proxénète, la livraison de prostituées pour 2 à 3.000 € chacune, puis des jeunes enfants. Chastel Olivier, ministre, implique la juge Martine Michel et Taminiaux puis se désiste. Menaces, manipulations ? Si c’est le cas, Michel est dans le réseau. Chargée de l’affaire De Paepe Jimmy impliqué dans un trafic de stupéfiants et assassiné. Chevallerie (de la) Amaury né en 33, substitut à Nivelles, pédophile ami de Castiaux, connu de X2 Chimay Philippe de, comte et comtesse, pédophiles, participent aux soirées de Castiaux à Woluwé St Lambert. Chasses à gibier humain (enfants) dans leur propriété. Chomé avocat marron, probablement dans le système. Sa femme est Nicole Galand, juge au tribunal de Mons, du cabinet Galand ( ?) Claes Willy ministre, né en 38 de Hasselt, secrétaire de mutualité, pédophile, politique, reconnu par X3 comme participant aux soirées. Musicien et chef d’orchestre au départ, politique, membre du parti socialiste flamand ministre d’état en 1983, Ministre des affaires économiques, secrétaire général de l’Otan en 94 et 95, démissionne lors de l’affaire de corruption Agusta ou il sera condamné à 3 ans avec sursis. En 2007 ministre consulté par le roi pour sortir de la crise. Cleeren procureur du roi met sans suite des dossier d’accusation de pédophilie, entre autres, Palms président du tribunal de Hasselt, accusé de pédophilie Cléthy de, Clément avocat véreux, fort en Cour, son oncle est Van Ypersele, chef du Cabinet du Roi. Coëme Guy ministre de la Défense impliqué dans l’affaire Agusta, tous ceux qui sont impliqués sont des pédocriminels. Pas de trace de cette pratique chez Coëme, curieusement. A approfondir. Collignon Guy membre de la PJ de Bruxelles, fréquentait le club d’échangiste  Le Dolo, présence d’enfants. Voiture Alfa Roméo. S’occupait de l’affaire de Christine Van Hees, meurtre de la Champignonnière calme les parents et est rapidement promu. Colson Pierre inspecteur de police de Bruxelles, était au courant pour les caches et Dutroux, accuse la juge Doutrew de négligence. Quid ? Commissaire adjoint de Knokke en 83  pédophile. Cools André, ministre assassiné. Impliqué dans l’affaire Agusta, Connerotte et Bourlet ont instruit l’affaire puis ont été écartés. (1994) Dans l’affaire du réseau Nihoul . Plusieurs personnes de son cabinet ont été soupçonnées d’avoir commandité son meurtre, dont Van Der Biest qui s’est (ou a été) suicidé. Cools Arthur médecin pédopsy qui voulait ignorer les problèmes des enfants traités dans sa clinique « Good Engels » et qui se retrouvaient dans des bordels en Hollande. Cools Bob, bourgmestre d’Anvers qui interdit les informations et autres pamphlets à Anvers lorsqu’éclate l’affaire de la clinique « Good Engels » Coppieters’t Wallant Roland Juge d’Instruction, né en 36 trafique avec Raemaekers, avoue être pédophile. Membre de « La compagnie du Libiki » asbl qui aurait ses activités au Zaïre et le Ghana. Connais  Bats. Membre du PS et du Cercle des Nations, membre du Rotary et du Lion’s  Club. Fréquente de Meeus d’Argenteuil Patrick, associé à une société rue Montoyer 35. Courard Philippe, membre de la chambre des représentants, secrétaire d’Etat aux affaires sociales, cabinet d’André Flahaut et Willy Taminiau, impliqué dans l’affaire de la Carolorégienne, proche de Di Rupo. Cosyns Paul Médecin psy de la clinique Good Engels dénoncé par Marcel Vervloesem pour avoir nié les maltraitances à la clinique. Crêteur Philippe ami de Nihoul, journaliste de la Dernière Heure, ami de Eric Van de Weghe.  A fait x mois de prison ferme avec cet ami. Si ami de Nihoul, pédophile, du moins dans le Système. Crokaert médecin de Waterloo dénoncé par la femme de Pinon pour sa participation aux Ballets Roses. Sa femme se suicide, Christine Doret précise que c’est un meurtre. Croÿ, princesse. Accuse les honnêtes activistes comme Glatz, (CIDE) Lavachery (Dignaction) et bien d’autres, prétend ouvertement et publiquement que certaines personnes possèdent les K7 Zandvoort afin de les discréditer et de les mettre en danger. Protège la noblesse et la royauté, en effet, jamais un mot au sujet de ce secteur pédophile. A réussi a écarter Marcel Vervloessem et possède tous les dossiers de ce dernier. En contact avec les pédophiles, dans le Système. Cudell Guy voir Dossier Bis. Reçu par Karawizan au château de Leignon, lequel partage le château avec Defosset – Pédophile et F.M. Décédé. Dalons juge, protecteur de la famille Tagliafferro (ferrailleurs, trafics avec Dutroux) Daniel Cardon de Lichtbuer Baron, banquier BBL, chef de cabinet de la Communauté économique, et autres titres, Child Focus, administrateur en 1999 déjà. Fait baron en 1998. Ordre de Léopold II . Epoux de Marina Solvay. Danneels Cardinal, évèque. Des perquisitions sont faites à son domicile et à l’église ; Joue à l’innocent, néanmoins le résultat des autopsies de Julie et Mélissa et l’affaire Dutroux étaient entre ses mains ! Semble copain avec Lichtbuer ! Administrateur de l’Institut IRSA (avec Davignon) En  septembre 1996 primat du royaume, il fait les excuses aux victimes des prêtres pédophiles et ce, à la télévision. On sait qu’il est lui-même impliqué, semble-t-il, dans la mort des petites Julie et Mélissa et que des plaintes pour pédophilie ont été diligentées contre lui. Blanchi. Ce que l’on sait moins : en 1990 il perd son anneau épiscopal. Un jeune homme essaie de le revendre dans une bijouterie de Malines, la police le choppe. Il aurait trouvé l’anneau dans les appartements privés de Danneels. Affaire étouffée, aucune poursuite. Bert Bervoets est bourgmestre de Malines ( ?) Danneels demandera à ce que Baudouin Ier roi des belges soit élevé à la sainteté (?) Tous deux sont Opus Dei. Accusé par Mahieu – député – d’avoir assisté à la mort des petites Julie et Mélissa. Mahieu fait partie d’une Loge de Gand qui voulait empêcher que Danneels se mette sur les rangs pour être pape. Si toute cette histoire n’est pas vraie, pourquoi Mahieu est-il allé à Rome pour rencontrer Ratzinger ? Le baron de Bonvoisin l’a accompagné pour mieux le surveiller et contrer ses déclarations contre Danneels. L’une des douze personnes qui assistaient à la mort des petites Julie et Mélissa. Danze Marcel magistrat pédophile Daras José ministre wallon des transports, protecteur de Vincent Georis pour qui il intervient au tribunal.( Contre l’épouse Ronite Bitton) . Davignon Etienne Vicomte, anobli par le roi. Opus Dei, Cercle de Lorraine, Bilderberg, administrateur (avec Danneels, de Launoit et autres) de IRSA, chaussée de Waterloo à Uccle. Apparaît dans le dossier bis, sans doute rue Grey, prostitution clandestine. En rapport avec Genevois avocat qui apparaît dans l’affaire Benaïssa. Aussi présent dans partouzes avec mineurs à l’hôtel Cromwel à Knokke, avec Delvoie, Karel de Gucht, Lippens, Van Geluwe ( cour d’appel de Bruxelles). Vice président de la communauté européenne, administrateur de la Générale de Banque, représentant de la Belgique en communauté européenne, immunité diplomatique. A été directeur de Kissinger Associates et ami de Henry Kissinger. Présent lors de partouzes hôtel Cromwel à Knokke. Aussi à l’hôtel Memling de knokke avec les 2 Lippens, Karel. Fréquente le château de Eindhoven. 2.000fb par personne. Sans doute le château des Amerois qui appartient aux Solvay. Crée Ert Société des 49 plus importantes entreprises commerciales belges. Extrême droite. Membre de la Commission Tripartie, à la direction de Suez Electrabel (Sté qui ne paie pas d’impôts ainsi que de Bruxelles Airligne qui menace d’expatrier son siège social s’il faut continuer à payer des impôts. De Clerck Stefaan ministre de la Justice couvre l’affaire Cindy, enlevée et abusée durant un mois. En 1998 il reçoit Rainer Wolf, beauf de Manuel Schadewald disparu en Allemagne – Wold est, depuis, propriétaire d’un bordel sado-maso à Berlin – A protégé Dutroux. A démissionné lors de sa fuite. Déni de réseaux. De Clerck Willy ministre d’état reconnu par X 2 et X 3, comte anobli en 2006 par Albert II. Réunion entre lui et Bouhouche, Gol, Moureaux Philippe, Martens Wilfried, Vanden Boeynants, Jean Michel Nihoul, Delvoye et Karel. De Cockère femme de Nihoul, pédophile, paraît déjà à l’époque de la pédophilie dans l’école des Eburons, avec Nihoul et Deleuze Philippe, avocat. A été secrétaire chez Roxanne. (Transexuel) De Coster Patrick juge d’instruction pour des problèmes de pédophilie dans certaines écoles de Bruxelles refuse tout contrôle malgré les plaintes. De Crem Peter ministre de la défense nationale dénoncé par Louis de Jonghe De Croo Herman ministre d’Etat impliqué Inusop. Dans le Système. Dedoncker Pierre, notaire, pédophile, échevin PS de Bruxelles, couvre les faits de pédophilie de l’école des Eburons. Ami de VDB. De Donnea François Xavier Ministre d’Etat, bourgmestre, étouffe le scandale de pédophilie dans l’école des Eburons. La femme de Bultot travaillait dans son cabinet. Dénoncé par Nihoul dans l’affaire de Julie et Mélissa. Pédophile, assistait aux partouzes du château de Faulx les Tombes. Dans son cabinet travaillait aussi la femme de Pinon, ballets bleus, avec des enfants amenés par un juge de la jeunesse de Nivelles. Defosset Léon, ministre co-propriétaire du château de Leignon, appartenant présentement à Karaziwan. Il est aussi bourgmestre de la commune d’Etterbeek et gère le château de Faulx-les-Tombes …Création d’une SPRL dirigée par Michel Timmermans frère de l’échevin de l’action sociale. Serge Moureaux administrateur avant l’SPRL 1973 à 1986, ballets roses au château. son neveu, Jonaert Didier possède la Radio Activité qui occupe Nihoul. Invité par Serge Moureaux à des partouzes à connotations pédophiles Reconnu par Nathalie W.  Décédé. De Galan Magda ministère de la Justice De Gavre avocat et bâtonnier, dans le circuit pédophile, défendait Van der Elst dans le procès Haemers avec Jean Paul Dumont (aussi pédophile) De Haan juge, libère Nihoul dans le scandale SOS Sahel. Dehaene  Jean Luc Ministre, trafics, détournement de fonds. Responsable de la faillite de Dexia dont il était administrateur, il part avec la modeste somme de six cent mille euros. Dehalu Sandrine substitut du roi à Mons a refusé que les grands parents Maoloni voient leurs petits enfants, Fiona et Milla. Suivie en cela par le juge Harvengt. Protectionnisme. Dehousse Jean Maurice C’est 500.000 fb qu’il a touché de la Smap (alias Ethias) pour intervenir dans un procès en 2004. Dehoux Véronique avocat à Nivelles née en 51 pédophile, épouse du notaire Nassaux. De Waterloo, organise des parties avec mineures dans sa maison. De Graeve Felip collaborateur direct du ministre de l’intérieur Patrick Dewaele commandait et réservait des enfants moldaves à 1.000 € la nuit, du bureau. Le ministre a été déplacé mais est monté en grade et a remplacé Van Rompuy lorsque celui-ci a été nommé à l’UE. De Gryse Claire magistrat dans l’affaire du Mirano, consommation de drogue, décès d’un gendre de magistrat pour surdose, déclare qu’il n’y a rien sur les vidéo saisies, alors que le patron de la boîte filmait ses clients avec des enfants dans le but de les faire chanter. Condamnés pour drogue, pas pour pédophilie. De Gucht Karel, (préférablement à Van Miert) magistrat pédophile, actuellement à la Communauté Européenne avec problèmes au niveau finances. Vu tout au long du Dossier bis Dutroux. Vu au Hilton avec Bouhouche, Gol, Moureaux Philippe, Martens Wilfried, Vanden Boeynants, Willy de Clerck, Jean Michel Nihoul. Delchevalerie Eric, directeur de prison de Namur pédophile. C’est lorsqu’il était directeur à la prison d’Andenne que Alexandre Varga s’est suicidé (?) (Il avait attaqué un fourgon d’argent, butin qui n’a pas été retrouvé. Puis a tué son rival.) Coïncidence ? Il refuse qu’on remette Loriaux en cellule avec Marc Dutroux. Delvoie Guy magistrat de Bruxelles, pédophile reçu par le pédophile Karel de Gucht, magistrat.. Impiqué dans l’affaire Fortis, protégé par son immunité diplomatique. Ex beau frère de Patrick Dewael. C’est lui qui  a autorité sur Salmon Mireille, Schurmans Christine et Blondeel Paul, magistrats et conseillers pour l’affaire Fortis. Dejemeppe Benoît juge et/ou procureur impliqué dans l’Institut Bazaar, bordel de la bande à Haemers. Etouffe l’affaire. Reprend un moment l’affaire Van Hees. Déni. Puis l’affaire Benaïssa Loubna victime de Derochette. Cet Institut Bazaar recevait des coups de téléphone de la Fédération des scouts catholiques, de l’ONE, d’une association de parents pour les enfants autistes, d’un Centre pédagogique de sourds muets, probablement d’ Irsa, du secrétariat de l’administration de l’éducation physique, des sports et de la vie en plein air, (association qui se trouve au château Karaziwan) un certain nombre de médecins et une série d’ambassades. Filière pédophile. Ami du juge consulaire pédophile Desmet Raymond. Tous deux dans l’asbl SAJ « Autrement » aussi pédophilie. Procureur du roi pour l’affaire Inusop qu’il confie au premier substitut Cambier. Marc Verwilghen, nouveau ministre de la Justice, Dejemeppe et son substitut ont rencontré l’enquêteur de Baets en 1996, au sujet du meurtre de la Champignonnière et lui laissant entendre qu’il ne devait pas mettre son nez dans cette affaire. Affaire aussi du suicide du comte Yann de Meeus d’Argenteuil en 1999 qui laissa une liste de 29 noms de pédophiles, dont sept personnalités qui seront citées lors de l’affaire Dutroux. Dejemeppe et ses deux substituts, un avocat, le commandant de gendarmerie Lemasson Alain,  le prince Alexandre de Belgique et la princesse autrichienne Stéphanie de Windisch-Graetz. De Jonghe d’Ardoye Baudouin frère de Louis, Ballets Roses De Jonghe d’Ardoye Bruno administrateur Optimistan. Secte. De la Brassine Marc avocat général, dans le Système. Delcourt Pierre magistrat de la jeunesse à Bruxelles, sabote le dossier  de J.M. Kaninda au sujet de sa fille placée d’office par le SPJ Delplace Thomas, administrateur de l’Ecole du Merveilleux de Vander Elst Delplanche Renaud avocat à Mons, époux de Paula Trybou, avocat, substitut du procureur du roi honoraire près du tribunal de première instance de Mons, juge de la jeunesse de Mons, président du Rotary de Mons, officier de l’ordre de la couronne, de l’Ordre de Léopold, officier de réserve.  Il a été dit qu’il était pédocriminel. Remet systématiquement tous les prédateurs en liberté. Deleuze Philippe avocat, avoue s’être laissé entraîner à accepter certains avantages du système, époque de l’école des Eburons. Beauf de Van Espen, travaillait dans le cabinet d’avocat de Bouty compagne de Nihoul. Nihoul a financé sa campagne électorale, PSC. Penchants pédophiles. Arrêté  pour détournement de fonds et escroqueries à la Caisse Publique des Prêts. Le portrait robot de l’agresseur de Marie France Botte lui ressemble. Président du Mont de Piété, malversations, rayé du barreau suite affaire Lefort.. A comme stagiaire Ferri, pédophile. Découverte matériel sado-maso chez lui. Deleuze Olivier, secrétaire d’Etat à l’environnement protecteur de Vincent Georis ( pédophilie satanique) qui aurait été son conseiller.  Dans le Système. De Ligne Anne, vice présidente de Optimisan – épouse de Olivier de Mortgat de Boulogne Billancourt, fille de Antoine et de Alix de Bourbon Luxembourg Delvaux Bruno, Doyen d’ingénierie biologique UCL, membre d’honneur de l’Irsa. Dans le Système Delvoie Guy, conseiller à la cour d’Appel de Bruxelles, président qui commandait les juges impliqué dans Fortisgate, né en 47, pédophile  dénoncé par X2, fréquente Leroy, Karel de Gucht, Dumont Jean Paul. Devenu juge auprès de la cour pénale internationale de la Haye. Pédophile. Demanet Georges procureur à Mons, couvre Dutroux et consort. Dans le Système. Demaret Michel, ancien bourgmestre de Bruxelles école des Eburons en 1988/1989 participe à des faits de pédophilie – Nihoul finance sa campagne électorale. Cité dans des affaires de détournement de fonds. Décédé. Pédophile. Demolin Maurice premier échevin de Grâce Hollogne, né en 42, pédophile, inconnu à la gendarmerie. De Mérode Alexandre, prince, pédophile, messes noires, sacrifices humains, mange de la chair humaine. De Mérode Simon, prince, fondateur de la Sté Optimistan, secte. Demeyer Christophe achète le château de Faulx la Tombe en juillet 1990, 27 millions et une maison de retraite pour 25 millions ! Une dénonciation le dit pédophile . Il trafiquerait avec la Thaïlande – à vérif.- Denayer,  patron de la PJ de Namur au courant des viols d’enfants d’un home de Verviers via un château appartenant à une association. (aussi sur Verviers) Dans le Système. Denis Patrick, police pj depuis 1986, fréquente le château d’Eindhoven, un de ses amis est un travesti, nom Roxanne. Pédophilie, trafic. Son amie s’appelle Carine (X2 ?) en 84. En même temps C’est lui qui avait dû surveiller le château de Dongelberg (Opus Dei) et qui avait la liste de tous les membres. Menaces de mort. De Pauw Charly promoteur immobilier, impliqué dans l’affaire Pinon, les tueurs du brabant, Cercle des Nations et Cercle de Lorraine. Rachète la cassette Pinon pour 140 millions. Villa près d’Overijse. Né en 20, décédé en 84, surnommé Charly. Pédophilie et trafics. Ami de VDB, magouilles à la construction. De Pauw fils du précédent, magouilles et détournement. A organisé son propre enlèvement en réclamant à son père une rançon : son propre poids en or. C’est lui qui reçoit la légion d’honneur de l’ambassadeur de France ? De Pauw Charles petit-fils de Charly De Pauw. Promotteur immobilier mais trafic à la TVA et mise en examen. De Pauw Heidi, même famille, après avoir été directrice d’un organisme de défense des prostituées (traite des êtres humains) directrice de Child Focus. Très controversée. Depauw studio réseau TEMSE, studio à Utrecht, films d’enfants. Tourne encore. De Pauw Catherine administrateur Optimistan  rapport avec les précédents ? De Penne, neurologue signe avec De Vlaeminck le certificat de Véronique D. assassinée par le réseau mais officiellement morte du cancer. Couvre les réseaux, mais surtout en fait partie. Pédophile. De Prelle de la Nieppe Yves, magistrat à Nivelles, pédophile, fréquente le château de Eindhoven, né en 51 connu de X2 Depretre Jean procureur du roi, pédophile. Au départ il semblerait recevoir des ordres  avec menaces de débrancher les appareils qui maintenaient sa fille Anne Marie en vie à Bordet ; elle était étudiante à LLN. Intervient souvent pour étouffer des affaires de personnes pédophiles impliquées dans les réseaux. Fait partie de l’Opus Dei. S’occupe des dossiers à occulter, dont le dossier Colruyt. Deridder général de gendarmerie préconise, lors de la disparition de Julie et Mélissa, et le fax donnant Dutroux comme suspect, de laisser courir pour « remonter plus haut ». Protectionnisme Dernicourt Baudouin de la BSR envoie un rapport sur les finances de Dutroux et prétend que rien ne permet de démontrer qu’il ait rentré de l’argent dû à ce trafic. C’est aussi lui qui détruira le dossier d’enquête du témoin X1 ! Protectionnisme. De Saeger Joseph ministre d’Etat de Mechelen, pas d’audition ni poursuite, à cause de son immunité . Ministre. Impliqué pédophilie De Schrijver Luc né en 46 médecin pédophile, faux certificat de décès pour Dubrulle Véronique hôpital St Vincent de Gent Désir Georges ministre pédophile dénoncé par X2, 25 ans mayeur de Woluwé St Lambert, ami d’Olivier Maingain qui dit de lui,  « il sait sonder les reins et les cœurs » Sera promu à Interpol à Lyon pour créer une police européenne. Desmedt Marc, Premier président ( ?) Desmet Raymond né en 34 ex juge consulaire au tribunal de commerce de Bruxelles, grand ami de JP Dumont, pédophile – Il a rendu visite à Raemaekers en prison pour lui demander de se taire moyennant une peine réduite….Grand ami de Dejemeppe Benoît. Ils sont tous deux dans l’asbl SAJ « Autrement » (pédophilie) Desmette juge au tribunal de Bruxelles a innocenté Zicot du faux qui a libéré son informateur Dohy. De Visscher Bernard juge de paix à Forest, décédé,  invité de Serge Moureaux aux parties du château de Faulx les Tombes. Pédophile. Client assidu des Atrébates et du Dolo. Avait été chef de cabinet Damseaux. Très lié à Nihoul. De Vlaeminck neuropsy qui signe le décès de Véronique D. du réseau Nihoul, décédée soi disant d’un cancer, mais assassinée. De Penner neuro signe avec lui. Dans le réseau qu’ils couvrent. Pédophile. Devodder Monique, chef de police à ridiculise publiquement dans « Au nom de la loi » Dubois que parle de réseaux parlant elle, de rumeurs…Dans le système. Devoegelaer régisseur du château des Amerois. Pédophile. De Vos Délégué aux Droits des enfants, ancien éducateur, ulb islamiste, passé dans certains endroits (Centres de Jeunes) où des problèmes de pédophilie ont été perpétrés. A travaillé deux ans pour « Médecins sans frontière » fondé par Kouchner (dans le Système) A refusé à plusieurs reprises de s’occuper des petites Milla et Fiona Antonini-Maoloni. Mets des photos d’enfants sur ses pages. Dans le système. De Vroede Nadia substitut du procureur général de la Cour d’Appel, spécialiste des Rapts d’enfants. Totalement partiale dans l’affaire Bitton/Georis. Prends le parti de Vincent Georis avec qui elle avait travaillé. Le fait rentrer au service de Melchior Wathelet. A manigancé dans l’affaire Dutroux en niant les réseaux pédophiles. Dans le Système. Nommée au Conseil Supérieur de la Justice. De Waele Luc né en 45 médecin pédophile, faux certificat du décès de Dubrulle Véronique, pédophile. Dewaele Patrick ex ministre de l’intérieur couvre le sabotage de l’affaire Zandvoort. Il libère les criminels du réseau Geel-Cipal  relatif à la commande d’un enfant moldave à 1.000 € la nuit. Démissionne puis atteint la plus haute fonction du royaume après le roi, en tant que Président de la Fait partie de la Commission d’enquête parlementaire Dutroux/Nihoul Chambre. Pédophile et/ou dans le Système. Nommé ministre d’Etat, époux de Marleen Van Doren. Di Rupo Elio ministre de l’Education nationale sous Guy Spitaels en 1992, actuellement Premier ministre, amateur de petits garçons, pris en flagrant délit avec de jeunes garçons dans sa voiture en août 1989.  Cité en 1996 dénoncé comme présumé agresseur d’enfants, dossier classé « secret » En fait affaire montée par Marneffe pour déstabiliser le dossier Dutroux et ses enquêteurs. ( ?) Plusieurs lieux fréquentés par Di Rupo avec des gamins, dont à Liège avec Grafé. Plainte déposée à la cour de Cassation, le conseiller Fischer déclare qu’il ne sera pas donné suite au dossier… Dénoncé aussi par Rulens Jean Michel. Payait entre 3 et 5.000 fb pour fellations. A abusé de Rulens, Serge Pasquet, David Maugnée, Didier Geuens dcd, Michael Vaillant et d’autres mineurs. Il allait chez ekers Roger (pédophile notoire et trafic) accompagné d’un jeune. Ou des jeunes repartaient avec Di Rupo. Dénoncé par Dehogne. Un moment il avait comme amant, Rubens Nicolas de Limelette. Protège Guy Focant pédophile notoire. Lequel l’avait dénoncé un bon mois avant que Marnette le mette en cause publiquement. En 1992, client régulier des soirées homosexuelles au Vaudeville le dimanche soir, accompagné de jeunes de 16 à 18 ans. Il payait en cocaïne et resto. Aurait fréquenté l’hôtel de Spa avec des jeunes fournis par Guy Focant. Il fréquentait le château de Valmont situé à 3 kms du domicile de chez Michèle Martin où il eut d’ailleurs un accident de voiture lors d’un trajet. Fréquentait le château de Forchies la Marche. Spitaels Guy ancien ministre belge, sera impliqué avec Di Rupo pour des faits de pédophilie vers 90/91, dénonciation anonyme. Récemment problème avec un enfant de 4 ans dans un restaurant. Di Rupo Neveu (nom ?) assidu du château mafieux de Forchies La Marche Dénoncé par un ancien pédophile qui implique Di Rupo, Spitaels, l’ancien secrétaire Michel Lebrun. Des fillettes sont amenées au bureau de Di Rupo par une femme en voiture sport. Dondelinger Jean Paul Commission européenne invité par Serge Moureaux à des partouzes à connotations pédophiles. Sa « pute » Josette Collignon du comité R.( ?) Doutrewe Martine juge d’instruction pour Julie et Mélissa part en vacances et ne sera pas remplacée lorsqu’elle fut malade. Son mari était accusé en 1995 pour avoir détourné des millions d’€ . Pas de renseignements PDC. Probablement protectionnisme. Dumont Jean Paul pédophile, né en 52, avocat avec Nihoul et Philippe Deleuze, agresseur d’enfants, membre du Cepic, membre de l’Opus Dei , copain de Wolf Michel et Sala Philippe. A défendu Nihoul pour l’affaire SOS Sahel et le fait libérer. Pédophile, partouzes – Régina Louf – meurtres d’enfants, copain avec De Raemackers – fréquente le château d’Eindhoven – provient du Lycée Molière, fourmilière pédophiles, enseignants et certains élèves pédophiles. Décédé, (lors d’une partouze avec son ami De Cléty) Il était président d’Uccle, conseiller d’agglomération, conseiller communal, député régional du PSC. X2 le connaissait aussi d’Eindhoven.  S’est occupé des dossiers Bande de Nivelles, des Borains, Bouhouche, Dessy,  Front de la Jeunesse, Paul Latinus et WNP, Haemers, Nihoul, Raemackers, Boas, scandales des affaires militaires, accusés de CRIES. Conseiller juridique du baron de Bonvoisin. Sa femme est Isabelle Dierxsens. Grand copain de l’avocat Clément de Cléty. Duquesne Antoine ministre de l’Intérieur, nommé ministre d’Etat. Est cité dans beaucoup d’affaires qu’il aurait cotoyé, employés mis en cause et/où protection comme pour Taveirne. Pas clean. Possibilité pédophilie. Dussaussix juge de Charleroi octroie des libérations en échange de matériel Hi Fi  Protecteur de Dutroux, en échange de ? Duterme Jean Luc chef de la gendarmerie de Wavre qui arrête ses enquêteurs travaillant sur les affaires sensibles, extrême droite, Tueurs du Brabant et Ballets Roses et ce, sur injonction de Jean Deprêtre, magistrat. Si pas pédophile, menacé. Dutroux libéré en 1992 par arrêté ministériel de Melchior Wathelet A voyagé en Thaïlande (Rosoor y trafique) Lorsque domicilié à Goutroux, rue Ferrer recevait des enfants en maison d’accueil chez lui. A été vu deux fois par une enfant abusée – cercle sataniste, à Valence sinon à Tournai, pas très clair dans la déposition. 4 dossiers ouverts à sa charge entre 1981 et 1996. Près de 12.000 K7 trouvées au terme de ce dossier (bis compris) et aucune ne sort au procès ! Lire la suite

Imprimez l'article

Anonymous: #OpAngel, Phase II.

ChannelZeroYT1 Le 16 janvier 2013 – l’Ange d’Opération, a commencé par Anonyme en réponse à la mort d’Aaron Swartz, la phase avec succès accomplie un de cela est la mission en empêchant Westboro des membres d’Église Baptistes de mettre un piquet de grève devant les obsèques de Swartz. Anonyme prépare maintenant pour une bataille plus longtemps et plus vaste dans le système légal américain. Aaron Swartz était essentiel pour la progression d’Internet. Il était renommé pour son rôle dans le développement de RSS, la Bibliothèque Ouverte et la création de Reddit. Au lieu d’exploiter ses talents seulement pour le gain personnel, Aaron a voulu consacrer sa vie à la défense de liberté Internet et la conservation de libertés civiques. À la fois quand le système éducatif de l’Amérique est classé 17ème dans le monde, il a cru que la connaissance devrait être faite librement disponible pour tout qui le cherchent. Avant la prise de sa propre vie, Aaron ne faisait face à 35 ans en prison pour agir sur cette croyance. Les charges contre Swartz sont seulement un exemple de poursuite(d’accusation) malveillante par les États-Unis. D’avoué dans une histoire de méchanceté inégale contre ceux accusé de crimes cybers. Il est clair que la punition Swartz confronté n’était pas proportionnelle à dont les crimes il a été accusé. Nous ne pouvons pas feindre que notre système est juste quand les criminels de violence sont eus affaire avec des phrases(sentences) plus légères que ceux dont les crimes présumés sont essentiellement sans victimes. C’est notre conclusion que des lois douteuses comme la Fraude informatique et l’Acte(la Loi) d’Abus servent seulement pour fournir aux procureurs les moyens pour sélectivement cibler(viser) et pour punir injustement des activistes en ligne. Anonyme a l’intention de continuer l’Ange d’Opération avec le but de reformer ces lois. Il y a plusieurs actions a planifié d’augmenter(de lever) la conscience de cette question(publication) et ils sont inscrits ci-dessous : 1) Dans la semaine prochaine(suivante) nous approuverons publiquement des changements(monnaies) spécifiques à la Fraude informatique et Abuserons de l’Acte(la Loi). Tandis que l’introduction de Membre du Congrès Zoe Lofgren « la Loi d’Aaron » est un pas(une étape) dans la bonne direction, il ne peut pas aller assez loin. 2) Plusieurs démonstrations(manifestations) en ligne auront lieu pendant la semaine menant jusqu’aux protestations vivantes. Des groupes Anonymes multiples ont promis à en bas ou barbouillent le site Web d’officiels(de fonctionnaires) appartenant au Massachussetts Institute of Technology (MIT) et le Ministère de la Justice, spécifiquement les sites Web officiels de procureurs dans le cas(la caisse) d’Aaron Swartz. 3) Le 25 janvier la voix de nos griefs dépassera le World Wide Web et assistera dans les rues du D.C. et Boston. Des protestations anonymes auront lieu au D.C. à 600 Pennsylvanie Ave (et la Constitution Ave.) à 15h EST. Une protestation simultanée aura lieu à John Joseph Moakley le Tribunal à Boston situé à 1 Tribunal la Voie. Le membre du Congrès Lofgren est encouragé à assister à la démonstration(manifestation) du D.C. et nous lui fournirons une plate-forme pour discuter la Loi d’Aaron.  
Lire la suite

Imprimez l'article