Archives de catégorie : Santé

Fly Rider (Maxime Nicolle) lance un appel pour aider un docteur en biologie moléculaire pour trouver des traces de cyanures après l’usage de Gazs Lacrymogènes dans votre sang

Bonjour à tous, je vous relais cette demande de Maxime Nicolle alias Fly Rider, c’est du sérieux. En gros lorsque vous inhalez ces gazs lacrymogènes, le composé actif du gaz lacrymogène en tant normal ne doit pas présenter de problème. Cependant inhalé régulièrement sur du long termes, il peut provoquer des problèmes (fatigue intense, perte de cheveux chez les femmes, douleurs abdominale, saignements…) Le composé actif du gaz lacrymogène « le Cyanate » métabolisé par l’organisme fixe le fer de l’hémoglobine, empêchant l’oxygène d’arriver aux organes, si le blocage est complet la mort intervient rapidement. La dose est de 0.65mg/l pour être mortel. Heureusement le corps est bien fait car il produit du souffre qui permet d’empêcher la fixation des cyanates afin de protéger les organes de l’asphyxie. De ce fait, il est rapidement évacué par le corps et on peut tracer cela par les résidus laissé derrière, le THIOCYANATES, THIO=soufre et CYANATES= Cyanure. Mais ATTENTION, il faut faire le dépistage dans les 14 jours après inhalation. Pour faire les analyses, dites que vous êtes fumeur passif et que vous avez besoin de connaître votre taux de THIOCYANATES. Sinon, il y a de grande chance que votre médecin vous refoule. (Par contre vous pouvez aussi payer de votre poche l’analyse, auprès d’un laboratoire indépendant. là, il s’agit de mon avis en tant que naturopathe. A envoyer à sos.onu.giletsjaunes@protonmail.com. Pour ceux qui ne le savent pas, proton mail est une société de service mail sécurisé basé en Suisse. Il propose un vpn de qualité. Je me suis déjà renseignée.) https://www.facebook.com/maxime.nicolle/videos/10218753102075998/UzpfSTEwMDAxMjk5NDAyMDg2MTo2MzIyMjg4ODM4ODY5MDc/ Lire la suite

Imprimez l'article

Le procès en appel des « rebelles » de la maladie de Lyme s’ouvre à Colmar Le Monde.fr

Imprimez l'article

(Je vous propose un livre à la fin dont je me sers souvent et qui propose beaucoup de solution concernant pas mal de maladie, Chikungunya, grippe aviaire, paludisme, maladie de lyme, maladie virales émergentes)

Le procès en appel de deux professionnels de santé, poursuivis pour avoir mis en œuvre des méthodes alternatives pour détecter et soigner la maladie de Lyme, s’est ouvert vendredi 7 octobre à Colmar, sur fond de polémique persistante concernant la prise en charge de cette affection transmise par les tiques.

L’une des deux prévenus, Viviane Schaller, 68 ans, se voit reprocher d’avoir, dans son laboratoire d’analyses biologiques alors sis à Strasbourg – et aujourd’hui fermé, sur décision des autorités sanitaires –, appliqué pendant des années un protocole de dépistage de la maladie non homologué. Selon elle, les protocoles officiels sont inadaptés et ne permettent de détecter qu’une très faible proportion des cas de Lyme.

Son coprévenu, Bernard Christophe, 67 ans, est poursuivi pour avoir fabriqué et commercialisé hors du cadre réglementaire un remède à base d’huiles essentielles contre la maladie de Lyme, baptisé « Tic Tox ».http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2016/10/07/ouverture-a-colmar-du-proces-en-appel-des-rebelles-de-la-maladie-de-lyme_5009710_1653578.html Continuer la lecture de Le procès en appel des « rebelles » de la maladie de Lyme s’ouvre à Colmar Le Monde.fr

Futurasanté- Diabète : un complément alimentaire régénère les cellules qui fabriquent l’insuline

Imprimez l'article

Voici un article paru sur le site de  Futura science, Mon commentaire en bas de l’article.

Des chercheurs de l’Inserm sous la direction de Patrick Collombat au sein de l’Unité 1091 « Institut de biologie Valrose » (Inserm, CNRS, université de Nice-Sophia-Antipolis) démontrent que le Gaba, un neurotransmetteur utilisé parfois en complément alimentaire, pourrait induire la régénération des cellules produisant l’insuline. Cette découverte, réalisée chez la souris et partiellement validée chez l’Homme, apporte un nouvel espoir aux patients atteints de diabète de type 1. Continuer la lecture de Futurasanté- Diabète : un complément alimentaire régénère les cellules qui fabriquent l’insuline

Les Médecines alternatives dans la lutte contre le cancer, ParJacques Dubreuil Omnium des libertés

Imprimez l'article

Les Médecines alternatives dans la lutte contre le cancerDOSSIER OMNIUM N°5 et 6 -25 mars 2011

Plusieurs d’entre-vous, confrontés au problème du cancer pour eux-mêmes ou pour leurs proches, m’ont demandé de consacrer un dossier complet à une information pratique concernant les possibilités des médecines alternatives en matière de lutte contre le cancer en parallèle ou non  des méthodes de la médecine institutionnelle (chimiothérapies diverses, curiethérapie, radiothérapie externe, chirurgie). La plupart des patients font malheureusement appel à ces médecines dites alternatives ou complémentaires à posteriori d’un échec des chimiothérapies et donc dans une situation très aggravée la plupart du temps. Alors que ces médecines sont parfois prioritaires plus que complémentaires, compensent les effets secondaires des chimiothérapies et contribuent souvent au succès des thérapies  institutionnelles surtout à long terme. Il est grand temps de se poser les bonnes questions et de détenir les bonnes clés sur le plan curatif autant que sur le plan préventif. Quoiqu’il en soit le cancer est l’affaire de tous et de chacun dans la prévention comme dans la guérison et non la chasse gardée du corps médical. C’est pourquoi je vais d’abord consacrer la première partie de ce dossier à une information sur le sujet avant de passer à l’information pratique. Continuer la lecture de Les Médecines alternatives dans la lutte contre le cancer, ParJacques Dubreuil Omnium des libertés

Hypersensibilité : comment identifier un hypersensible en 16 points par Amanda L. Chan HuffingtonPost

http://www.huffingtonpost.fr/2014/06/28/hypersensibilite-comment-identifier-hypersensible_n_5539377.html Vous avez l’impression d’être souvent dans l’analyse? De beaucoup vous préoccuper de ce que ressentent les autres? Vous aimez les ambiances calmes, loin de l’agitation? Si c’est le cas, vous êtes peut-être hypersensible. Ce trait de caractère (hypersensibilité) est relativement commun puisqu’il touche près d’une personne sur cinq. La chercheuse Elaine N. Aron, qui s’est penchée sur le sujet au début des années 1990, lui a consacré de nombreuses études et plusieurs ouvrages, dont Ces gens qui ont peur d’avoir peur : mieux comprendre l’hypersensibilité (Les Éditions de l’Homme, 2013). Elle est également l’auteur d’un test d’auto-évaluation (en anglais). Le succès de livres comme La force des discrets de Susan Cain a suscité un regain d’intérêt pour les personnalités introverties, mais Elaine N. Aron remarque que les hypersensibles sont encore considérés comme minoritaires. Ce qui n’est pas un défaut. Bien au contraire, les hypersensibles sont dotés d’une multitude d’atouts. Voici quelques-uns de leurs points communs. 1. Ils vont au fond des choses. La capacité à ressentir les choses plus vivement que les autres est l’une de leurs caractéristiques principales. Comme l’explique Ted Zeff, auteur de The Hypersensible’s Survival Guide, interrogé par Le Huffington Post, « les hypersensibles sont très intuitifs. Ils vont au fond des choses pour tenter de les comprendre ». 2. Ils réagissent plus facilement. Les hypersensibles sont plus touchés par ce qui les entoure. Selon Elaine N. Aron, ils ont plus d’empathie et se soucient davantage des problèmes de leurs amis. Ils sont aussi plus à l’écoute des réactions des autres face à quelque chose de négatif. 3. On leur dit souvent de ne pas être si sensibles et de ne pas prendre les choses pour eux. En fonction des cultures, la sensibilité peut être perçue comme un atout ou un défaut, ajoute Ted Zeff. Au cours de ses recherches, il a remarqué qu’on se moquait rarement, voire jamais, des hommes hypersensibles qu’il avait étudiés dans différents pays — comme la Thaïlande ou l’Inde —, à l’inverse de ce qui se passait en Amérique du Nord. « La culture joue donc un rôle important. Dans certains pays, dire de quelqu’un qu’il est trop sensible est un compliment », souligne-t-il. 4. Ils préfèrent les sports individuels. empty gym Les hypersensibles évitent parfois les sports d’équipe, où chacun est observé en permanence. Ted Zeff a observé que la plupart préféraient les activités physiques individuelles — comme le cyclisme, la course ou la randonnée — aux sports d’équipe. Mais ceux qui avaient grandi dans un environnement sécurisant avaient plus de facilités à pratiquer une activité collective. 5. Ils mettent plus de temps à prendre une décision. Les hypersensibles perçoivent mieux les nuances et les détails, ce qui complique les décisions, ajoute Elaine N. Aron. Même dans les cas où on ne peut pas parler de bon ou de mauvais choix — concernant le parfum d’une glace, par exemple — les hypersensibles mettent plus de temps à se décider parce qu’ils pèsent systématiquement le pour et le contre. Son conseil? « Prenez tout le temps que vous pouvez, mais n’hésitez pas à demander un délai supplémentaire si c’est possible », écrivait-elle récemment dans sa newsletter, Comfort Zone. « Pendant ce temps — une minute, une heure, une journée, voire une semaine — faites comme si vous aviez pris votre décision, et observez ce que cela vous fait. Les choses semblent souvent différentes quand on a fait un choix, et cet exercice mental vous donnera l’occasion d’imaginer que vous avez réussi à vous décider. » À l’inverse, une fois qu’elle aura fait son choix dans une situation donnée, une personne hypersensible se décidera plus vite à l’avenir. 6. Ils sont aussi plus contrariés s’ils ont fait le « mauvais » choix. Cette sensation désagréable qui vous envahit quand vous vous rendez compte que vous vous êtes trompé ? Elle est amplifiée chez les hypersensibles « parce qu’ils sont plus enclins à laisser parler leurs émotions », explique Elaine N. Aron. 7. Ils ont vraiment le sens du détail. details Ils sont les premiers à remarquer la façon dont une pièce est agencée, les nouvelles chaussures que vous portez, ou un changement météorologique. 8. Ils ne sont pas tous introvertis. En fait, environ 30% sont extravertis, poursuit Elaine N. Aron. Elle a constaté que ces derniers avaient grandi dans une communauté très soudée — une petite rue, une petite ville, ou quand l’un de leurs parents était pasteur ou rabbin —, ce qui les avait amenés à être en contact avec un grand nombre de gens. 9. Ils travaillent bien en équipe. Parce qu’ils vont au fond des choses, les hypersensibles sont de bons collaborateurs et s’intègrent bien, explique Elaine N. Aron. Mais ils sont peut-être faits davantage pour des postes où ils n’ont pas à trancher. Quand une personne hypersensible fait partie d’une équipe médicale, elle sait analyser les avantages et les inconvénients d’une intervention chirurgicale, mais quelqu’un d’autre devra prendre la décision d’opérer ou non. 10. Ils sont souvent plus anxieux ou dépressifs (mais uniquement s’ils ont vécu beaucoup de choses difficiles). « Si vous avez eu une vie assez dure, surtout quand vous étiez petit, et que vous ne vous sentez pas à l’aise avec les gens, ni en sécurité chez vous ou à l’école, votre système nerveux est en position ‘inquiet’ », indique Elaine N. Aron. Pourtant, tous les hypersensibles ne sont pas forcément angoissés. Avoir des gens sur lesquels on peut compter aide à prévenir ce genre de problèmes. Les parents de personnes hypersensibles doivent notamment comprendre « qu’il faut juste savoir prendre leurs enfants comme ils sont, sans les surprotéger ni les abandonner à eux-mêmes. Trouver le bon équilibre quand ils sont petits leur donnera confiance en eux et leur permettra de s’épanouir », ajoute-t-elle. 11. Les bruits agaçants les stressent généralement beaucoup plus. Difficile, bien sûr, de trouver des gens qui aiment les bruits stressants, mais les hypersensibles sont dans l’ensemble beaucoup plus, euh… sensibles à la cohue et au bruit. Selon Elaine N. Aron, c’est parce qu’ils se laissent déborder plus facilement par leurs sens. 12. Ils ont horreur de la violence au cinéma. cover eyes at movies Les hypersensibles, qui sont bien plus empathiques que la moyenne et réagissent plus facilement aux stimuli, n’aimeront généralement pas les films violents ou d’horreur, explique la chercheuse. 13. Ils pleurent plus fréquemment. C’est pourquoi ils doivent éviter les situations où ils risquent d’être gênés ou jugés de manière négative s’ils se mettent à pleurer, indique Ted Zeff. Si leur famille et leurs amis savent qu’ils ont la larme facile et qu’ils prennent soin de leur montrent que ça ne les dérange pas, « pleurer comme une madeleine » ne provoquera pas de sentiment de honte. 14. Ils sont plus attentionnés que la moyenne. Les hypersensibles sont très consciencieux, ajoute Elaine N. Aron. Ils ont donc tendance à faire davantage cas des autres et à se montrer plus polis (ils remarquent aussi plus souvent quand les autres ne font pas d’efforts): ils savent par exemple où se trouve leur chariot quand ils font des courses. Non par peur qu’on le leur vole, mais parce qu’ils ont fait attention à ne pas gêner le passage. 15. Ils sont plus sensibles aux critiques. Parce qu’ils réagissent de façon plus intense, les hypersensibles utilisent parfois certaines techniques pour éviter les remarques. Ils s’efforcent notamment de tout faire pour plaire (afin que les autres ne trouvent rien à redire à leur comportement) ou se critiquent eux-mêmes de manière préventive, selon Elaine N. Aron. Ted Zeff explique de son côté: « Un hypersensible réagira de façon exacerbée à une critique qui ne vous aurait fait ni chaud ni froid. » 16. Oui aux bureaux fermés, non aux open spaces. cubicles Les hypersensibles préfèrent généralement travailler au calme. Ted Zeff indique que beaucoup choisissent de travailler de chez eux ou de créer leur entreprise afin de mieux contrôler les aléas de leur environnement professionnel. À l’inverse, ceux qui n’ont pas la possibilité de s’organiser comme ils le souhaitent optent souvent pour des bureaux fermés, où ils ont plus d’intimité et souffrent moins du bruit ambiant que dans un open space. Lire la suite

Imprimez l'article

Des plantes qui luttent contre les pertes de mémoire Par Graine et plantes.com

Imprimez l'article

Basilic BIO feuilleJe reprend un article de graine et plantes.com, que je trouve très simple, et que l’on peut facilement mettre en place. Et j’y rajoute les site internet ou vous pouvez les trouver, en feuilles, poudres ou gélules et bio bien sûr. Je vous conseille aussi vivement de faire sur leur site via le lien en dessous, pour échanger des graines et autres. http://www.graines-et-plantes.com/index.php?soigner=par-les-plantes&remedes=remede-naturel-ameliorer-troubles-de-memoire Continuer la lecture de Des plantes qui luttent contre les pertes de mémoire Par Graine et plantes.com

Des plantes qui luttent contre les pertes de mémoire Par Graine et plantes.com

Imprimez l'article

Basilic BIO feuilleJe reprend un article de graine et plantes.com, que je trouve très simple, et que l’on peut facilement mettre en place. Et j’y rajoute les site internet ou vous pouvez les trouver, en feuilles, poudres ou gélules et bio bien sûr. Je vous conseille aussi vivement de faire sur leur site via le lien en dessous, pour échanger des graines et autres. http://www.graines-et-plantes.com/index.php?soigner=par-les-plantes&remedes=remede-naturel-ameliorer-troubles-de-memoire

– Le ginkgo biloba
Les feuilles de cet arbre millénaire renforcent l’irrigation du cerveau.
Remède: préparez une infusion à base de 2 cuillères à soupe de feuilles pour 350 ml d’eau bouillante. Couvrez et laissez infuser 10 minutes. Buvez 3 tasses par jour pendant au moins 3 mois.
Autre solution : prenez 120 g de ginkgo par jour sous forme de gélules.
Continuer la lecture de Des plantes qui luttent contre les pertes de mémoire Par Graine et plantes.com

Dix remèdes subtils venus de Chine par Soignez-vous.com

Imprimez l'article

MingMuDi_w400_h400_r3_q90La pharmacopée chinoise classique est née il y a quatre mille ans et a été couchée sur le papier pour la première fois par Shen Nong, honoré à juste titre en Chine comme le « Dieu de la médecine ». Elle a progressivement forgé un « corpus » d’une extrême précision qui exploite avec rigueur tout ce qui peut améliorer le pouvoir curatif des plantes : un véritable trésor thérapeutique.

Les saisons

Les thérapeutes chinois utilisent d’abord les plantes en fonction des saisons.

  • Au printemps, on utilise les plantes de couleur verte pour traiter, entre autres, les affections hépatiques ou les problèmes musculaires.
  • En été, on utilise les fleurs de couleur rouge à saveur amère pour traiter les affections cardiaques et la circulation du sang et de l’énergie.

Continuer la lecture de Dix remèdes subtils venus de Chine par Soignez-vous.com

Professeur Jane Plant, PhD,CBE : « Guérir le cancer du sein en éliminant les produits laitiers »

Imprimez l'article

Professeur Jane Plant, PhD,CBE : « Guérir le cancer du sein en éliminant les produits laitiers » – L’original de l’article « Cure breast cancer by avoiding all milk products » fut publié dans le journal Daily Mail, le 27 mai 2000

Traduction par Claude Simon

Pourquoi je crois que la clé de la victoire contre le cancer du sein se trouve dans l’abandon des produits laitiers.

Le Professeur Jane Plant est une épouse, une mère, et un savant partout respecté, qui a été décorée de la médaille de Commandeur de l’Empire Britannique (CBE) pour ses travaux dans le domaine de la géochimie. Lorsqu’elle fut atteinte d’un cancer du sein en 1987 à l’âge de 42 ans, sa vie heureuse et productive semblait vouée à la désintégration. Mais en dépit de quatre rechutes, Jane refusa toujours d’abandonner. Comme elle le décrit dans un nouveau livre plein d’espoir, Votre Vie entre vos Mains, publié dans le Daily Mail cette semaine, elle a conçu un régime et un style de vie révolutionnaires qui d’après elle lui ont sauvé la vie, et peuvent éviter à d’autres femmes de tomber dans les affres de la maladie.
Continuer la lecture de Professeur Jane Plant, PhD,CBE : « Guérir le cancer du sein en éliminant les produits laitiers »

Sport: Nutrition, récupération, quelques conseils Par La naturopathieselonhelene.fr

Imprimez l'article

Le repos et la nutrition sportive sont les clés d’une bonne récupération et donc de la performance. Vos efforts seront vains si votre récupération sportive n’est pas aussi soignée que votre préparation. Durant la récupération les muscles se régénèrent et se renforcent, elle n’est donc pas à négliger. Si vous multipliez les entrainements et que votre corps récupère trop lentement, des blessures apparaissent et les performances diminuent. La naturopathieselonhelene.fr
Continuer la lecture de Sport: Nutrition, récupération, quelques conseils Par La naturopathieselonhelene.fr

Le visage serait donc le miroir de l’esprit et du corps…montre moi ton acné et je te dirais d’où vient le problème..Par Bertrand Boisson

http://beaute-pure.com/wp-content/uploads/2014/04/tcm-face-250x250.jpegPar Bertrand Boisson lien cliquable Pourquoi  des boutons à certains endroits du visage et pas ailleurs ? Si  vous vous êtes déjà posé la question, c’est le moment de parler de médecine chinoise. Selon la médecine chinoise, la position de vos boutons n’est pas un hasard. Certains endroits du visage seraient reliés à un organe du corps et à certaines émotions. Alors, à quoi correspond l’emplacement de vos boutons ? Quelles sont les zones où vous avez régulièrement des boutons (cela « marche » également pour des taches pigmentaires, des ombres, des cernes…) ? Nous sommes généralement une « combinaison » de plusieurs zones… Il faut cependant noter qu’en médecine chinoise, les organes cités ne correspondent pas littéralement aux organes physiques. Ainsi, les « reins », en médecine chinoise, cela fait référence, entre autre, au système de reproduction et aux oreilles. Cela peut sembler très étrange, mais la médecine chinoise s’appuie sur 5000 ans de sagesse, alors croyez-moi, on peut souvent lui faire confiance ! allez c’est partie: Des boutons au niveau du bas des joues ? (zone colon/poumon) D’un point de vue physique :
  • Peut signifier des problèmes d’immunité. Se rapporte aux personnes dont le système immunitaire est faible, qui peuvent facilement par exemple, attraper froid, avec des rhumes à répétition.
  • Peut signifier des problèmes respiratoires, comme de l’asthme, un souffle court.
  • Peut signifier des problèmes de peau, tels que l’acné, comme de l’eczéma ou du psoriasis, liés à l’élimination par la peau.
  • Peut signifier des problèmes avec la voix.
  • Peut signifier des problèmes reliés à la sueur. Pas assez de transpiration ou trop pendant un exercice.
  • Peut signifier un oedème.
  • Peut signifier  un problème avec le système pileux : excès ou faiblesse.
D’un point de vue émotionnel :
  • Les émotion reliées à cette zone sont les émotions de chagrin, de deuil, de séparation d’avec un être cher.
  • C’est aussi relié à la nostalgie, au regret, à l’envie, au désir.
  • Enfin, c’est la zone du détachement.
Des boutons aux coins de la bouche, autour des sourcils et sous les yeux ? (zone du foie) D’un point de vue physique :
  • Peut signifier un trop plein de toxines, dues à l’alimentation ou à l’environnement. Le foie est le principal organe de désintoxication.
  • Peut signifier des problèmes de migraines et de maux de tête.
  • Peut signifier des problèmes au niveau du système menstruel. La zone foie en médecine chinoise est celle qui est reliée aux problèmes de douleur pendant les règles, aux règles irrégulières, au syndrome prémenstruel.
  • Peut signifier des problèmes de constipation.
  • Peut signifier un problème avec un tendon ou un ligament : une cheville foulée, des douleurs au niveau du cou et des épaules…
  • Peut signifier des problèmes visuels : des yeux trop secs, chargés de sang, qui voient des taches…
D’un point de vue émotionnel :
  • La zone foie est reliée à la colère et à la frustration. Cela peut être une colère ancienne qui nous consume, une colère rentrée, un conflit très ancien jamais résolu.
  • Le foie est relié à l’irritation, la tendance à être impatient, à perdre son sang-froid rapidement.
  • C’est le siège de l’aigreur, de la rancune, de la rancoeur, du ressentiment.
  • C’est aussi connecté à la personne qui change d’humeur fréquemment, qui peut être lunatique ou souvent morose, maussade.
  • D’une manière générale, la zone foie est reliée au stress et aux émotions fortes car le foie est l’organe qui est aussi chargé de détoxiquer les émotions toxiques, ce que certains praticiens appellent les « toxines émotionnelles ».
  • D’une manière générale aussi, l’acné est souvent considérée comme un déséquilibre du foie…
Des boutons en haut des joues et sur le nez ? (Zone coeur) D’un point de vue physique
  • Peut signifier des problèmes de transpiration excessive sur le coup des émotions.
  • Peut signifier des problèmes avec les yeux, mais plutôt sous l’angle émotionnel : yeux qui n’expriment rien, tics nerveux des yeux, problèmes à regarder les gens en face.
  • Peut signifier des problèmes de prise de parole : quelqu’un qui a des problèmes de bégaiement, qui bafouille, qui a peur de parler en public, qui n’ose pas dire quelque chose, ou quelqu’un qui parle trop ou pas assez.
  • Peut être relié à une chaleur excessive, à des problèmes de palpitations, de tachycardie, de douleurs dans la poitrine, l’impression d’une attaque cardiaque imminente.
D’un point de vue émotionnel :
  • Le coeur, c’est le blocage de la joie. Les émotions reliées sont les problèmes d’acceptation de soi, d’amour de soi, de rétrécissement, de ne pas donner son plein potentiel.
  • Une habitude ancienne d’émotions fortes comme l’anxiété, la colère, le chagrin, de détestation de soi peut conduire à un déséquilibre au niveau du coeur. Le coeur en médecine chinoise est le siège des émotions.
  • Le coeur est souvent relié à une réponse inappropriée aux émotions : personnes qui répondront par un sourire à l’annonce d’un décès…
  • Tout choc peut occasionner un problème avec la zone coeur.
  • Les personnes qui sont facilement surprises, qui vont par exemple vous voir mais qui sauteront quand même en l’air quand vous leur direz « hou » pour les surprendre…
  • Les personnes qui marchent en sautant, dont on a l’impression qu’elles ne touchent pas le sol… ont souvent un déséquilibre coeur.
  • Une tendance à avoir un enthousiasme déséquilibré : les personnes « coeur » peuvent ne pas être assez enthousiastes, déprimés, ou trop enthousiastes, donnant l’impression d’être sous médicaments.
Vous avez des boutons au niveau des lèvres et de la bouche, entre les sourcils, sous les yeux ou du coté des mâchoires ? (Zone rate/estomac) D’un point de vue physique :
  • La rate et l’estomac sont les principaux organes de la digestion en médecine chinoise. Des problèmes reliés à ces zones peuvent se manifester par des lourdeurs, des ballonnements, des problèmes d’appétit (excessif ou insuffisant), de la constipation.
  • Peut être relié à l’humidité ou des aliments trop lourds qui se manifestent par des boutons dans la zone rate.
  • La rate est l’organe en médecine chinoise qui nous donne le l’énergie. Si vous avez des problèmes de rate, il est possible que vous manquiez d’énergie.
  • Peut être relié aux problèmes de circulation, notamment circulation sanguine : la rate étant l’organe qui produit l’énergie, et l’énergie circulant dans tout le corps, des problèmes de rate se traduisent par une circulation insuffisante. On peut facilement voir le lien avec les problèmes d’hématomes, certains problèmes de cycle menstruel, l’anémie…
  • Les personnes ayant un déséquilibre rate/estomac auront souvent tendance à la peau sèche, à la bouche sèche, et des problèmes au niveau de la bouche et des lèvres, comme les lèvres gercées ou des boutons de fièvre dans ces zones.
  • Peut signifier des problèmes musculaires, comme des crampes.
  • Peut être relié aux varices, aux hémorroïdes.
  • Souvent, la personne à un teint de nuance jaune.
D’un point de vue émotionnel :
  • L’émotion majeure liée à la rate : la tendance à se faire du souci, à trop penser, et l’épuisement mental excessif général.
  • On retrouve souvent un déséquilibre de la rate chez les personnes qui travaillent trop, qui n’ont pas un bon équilibre entre leur vie professionnelle et personnelle.
 Vous avez des boutons au niveau du menton, bas des mâchoires, sous les yeux ou aux oreilles ? (Zone reins) D’un point de vue physique :
  • Peut signifier des problèmes au niveau du système reproducteur : cela inclut les hormones de la reproduction, les problèmes de fertilité, de menstruation, et éventuellement de syndrome des ovaires polykystiques. Selon la médecine chinoise, mais aussi japonaise et vietnamienne, le menton est le point réflexe lié à la production des hormones sexuelles. Un déséquilibre de la zone reins peut donc signifier un déséquilibre hormonal.
  • Peut signifier des problèmes osseux, de croissance et de développement. Certaines pathologies liées sont l’ostéoporose, les problèmes dentaires et les os fragiles.
  • Peut signifier des problèmes urinaires.
  • Peut avoir un rapport avec la santé des cheveux.
  • Problèmes de jing. Le jing, en médecine chinoise, c’est la force de la vie, ce qui nous garde vivant. Nous naissons tous avec un certain montant de jing, et lentement mais surement nous en perdons avec les années qui passent. Certaines activités nous font perdre du jing plus rapidement que d’autres : les drogues (surtout celles qui influent sur la composition chimique du cerveau ou qui activent), la caféine et le stress. Ces activités peuvent poser des problèmes au niveau de la zone reins, car le jing se situe dans les reins.
D’un point de vue émotionnel :
  • La zone reins est surtout reliée à la peur, aux sentiments d’insécurité et d’isolation.
  • Elle a aussi un rapport avec des problèmes de volonté, à l’impression d’être distant ou apathique, aux problèmes de discipline personnelle.
Vous avez des boutons au niveau de la ligne des cheveux et sur le front ? (Zone vésicule biliaire) D’un point de vue physique
  • La vésicule biliaire est associée au foie du point de vue des symptômes physiques.
  • Peut signifier des problèmes au niveau du système menstruel. C’est une zone qui est reliée aux problèmes de douleur pendant les règles, aux règles irrégulières, au syndrome prémenstruel.
  • Peut signifier des problèmes de constipation.
  • Peut signifier un problème avec un tendon ou un ligament : une cheville foulée, des douleurs au niveau du cou et des épaules…
  • Peut signifier des problèmes visuels : des yeux trop secs, chargés de sang, qui voient de taches…
  • Peut signifier un trop plein de toxines, dues à l’alimentation ou à l’environnement, problème de désintoxication.
  • Peut signifier des problèmes de migraines et de maux de tête.
D’un point de vue émotionnel :
  • Problèmes reliés au courage, à la timidité.
  • Problèmes de jugement, d’accès à sa sagesse intérieure, difficulté à prendre des décisions ou tendance à prendre des décisions trop hâtives.
Bien sûr, toutes ces données ne sont pas à prendre littéralement… Cependant, je les ai trouvées très utiles dans ma clinique de soin de peau, car elles me permettaient d’avoir des pistes sur l’origine de certains problèmes. En recoupant avec d’autres informations, nous arrivions souvent à des résultats étonnants…   Lire la suite

Imprimez l'article

Spondylarthrite ankylosante : et s’il y avait un traitement ?

Spondylarthrite ankylosante : et s’il y avait un traitement ...Victime d’une spondylathrite ankylosante, le joueur de foot Alejandro Alonso (AS Saint-Etienne) vient de mettre un terme à sa carrière.  Comme lui, de nombreux malades sont démunis face à cette maladie car la médecine est impuissante. Et s’il y avait un traitement nutritionnel ?
Excellent milieu de terrain de l’AS Saint-Étienne, l’Argentin Alejandro Alonso vient d’être contraint d’arrêter sa carrière en raison d’une maladie incurable, la spondylarthrite ankylosante. Dans L’Équipe du 22 février 2013, il raconte son quotidien qui le fait terriblement souffrir et sa tristesse de ne plus pouvoir jouer au football… La spondylarthrite ankylosante (SPA) est une maladie proche de la polyarthrite rhumatoïde. C’est un rhumatisme inflammatoire chronique qui touche surtout la colonne vertébrale (lombaires) et les articulations du bassin. Cette maladie évolue par crises très douloureuses. Avec le temps, elle cause une ankylose vertébrale. Pour les médecins, comme le Dr Alain Simon, ancien médecin de l’Insep, du PSG et de l’équipe de France cité par l’Equipe : « On n’en guérit pas. (…) Les malades doivent prendre des anti-inflammatoires à vie ou avoir recours à des immunosuppresseurs anti-TNF. » Mais pour Jean-Marie Magnien, pharmacien, biologiste, nutritionniste et nutrithérapeute, auteur de Réduire au silence 100 maladies avec le régime Seignalet, « la spondylarthrite est une maladie auto-immune que l’on peut contrôler par l’alimentation ».

Quelle est l’origine de cette maladie ?

Les douleurs résultent de l’inflammation d’une structure anatomique bien particulière : la zone où s’attache le disque intervertébral sur les vertèbres (les enthèses). Pourquoi une inflammation à cet endroit précis ? Grande question à laquelle les médecins n’ont pas de réponse définitive. Toutefois il y a une hypothèse génétique (l’antigène HLA-B27 est présent chez environ 90% à 95% des patients atteints de spondylarthrite ankylosante) mais cette hypothèse n’explique pas la totalité des cas ce qui laisse penser que des facteurs environnementaux interviennent également (lire encadré). La piste génétique. Il existe à la surface des globules blancs (ou leucocytes) des protéines de plusieurs types que l’on appelle Human Leucocyte Antigen ou H.L.A. Elles caractérisent un individu, un peu comme les protéines retrouvées sur les globules rouges, pour les groupes sanguins. La protéine H.L.A. B27 est l’une des protéines de ce système H.L.A. On retrouve fréquemment le gène H.L.A. B27 au cours de la spondylarthrite. Selon la société française de rhumatologie, il serait responsable de la persistance de certains germes, à l’état latent, dans l’organisme. Ceci entraînerait des réactions d’immunité de la part de l’organisme. Les cellules telles que les macrophages, qui ont pour rôle de « débarrasser » l’organisme des intrus, seraient donc anormalement stimulées et iraient déclencher une réaction inflammatoire au sein des enthèses (les insertions osseuses des muscles, tendons, ligaments), créant ainsi les lésions de la spondylarthrite ankylosante.Toutefois la présence seule de l’H.L.A. B27 ne suffit pas à déclencher la maladie, et il existe de nombreux cas de spondylarthropathies où les patients ne sont pas porteurs de ce gène. Ainsi de nombreuses études familiales et chez des jumeaux ont montré que la molécule H.L.A. B27 n’expliquerait que le tiers de l’hérédité. A noter que la spondylarthrite semble être le plus ancien rhumatisme inflammatoire authentifié dans l’histoire. On retrouve en effet de façon formelle, les premières traces de spondylarthrite au Néolithique, soit de 5 500 à 5 000 av. J.-C. Cette coïncidence avec le Néolithique n’a peut-être rien de fortuit comme nous allons le voir.

L’hypothèse auto-immune

Elle a été formulée par le Dr Jean Seignalet, médecin biologiste montpelliérain. Elle est reprise aujourd’hui par Jean-Marie Magnien, pharmacien, biologiste nutritionniste et nutrithérapeute, dans son livre Réduire au silence 100 maladies par le régime Seignalet. Selon cette hypothèse, la spondylarthrite ankylosante serait une maladie auto-immune c’est-à-dire une maladie caractérisée par une réponse immunitaire cellulaire et/ou humorale dirigée contre diverses cellules ou constituants de l’individu, en l’occurrence ici, les enthèses. Sa théorie pour expliquer la spondylarthrite ankylosante est la même que pour la polyarthrite rhumatoïde. C’est l’alimentation moderne qui est en cause, « la consommation en grande quantité de produits nouveaux auxquels ne touchaient pas nos ancêtres du Paléolithique » qui induirait une hyperperméabilité de l’intestin grêle. Du fait de cette hyperperméabilité, des macromolécules alimentaires ou bactériennes réussiraient à passer à travers la muqueuse intestinale et gagneraient les articulations lombaires. Ces macromolécules déclencheraient une réaction immunitaire (activation des globules blancs) causant inflammation et douleur. La solution : apporter à l’organisme les aliments qui lui sont adaptés et exclure ceux qui lui sont inadaptés, à savoir ceux qui sont susceptibles de produire des macromolécules qui « polluent » l’organisme. L’alimentation préconisée par Jean Seignalet et Jean-Marie Magnien est une alimentation de type ancestral (le Dr Seignalet est d’une certaine façon le précurseur du mouvement paléo). Voici leurs recommandations alimentaires : • éviction du gluten ; • éviction des laitages ; • consommation d’une huile équilibrée en acides gras oméga-6 et oméga-3 ; • cuisson à la vapeur douce ; • prise de compléments alimentaires. http://www.lanutrition.fr/bien-dans-son-assiette/bien-manger/les-regimes-sante/le-regime-sans-gluten-et-sans-caseine/spondylarthrite-ankylosante-et-sil-y-avait-un-traitement.html Quelques commentaire pris sur le site,  de personne ayant appliqué en partie ou en totalité la méthode seignalet et surtout ils sont passés au bio.: 1 Epicurelove 01-03-2013 20:49
En effet, après des mois sous Brexin, j’ai découvert de fil en aiguille la micro-nutrition d’une part et l’ouvrage de Jean Seignalet d’autre part. Sportif (course à pied) à 78 kg pour 1m84 pendant des mois, l’arrêt du lait sous toutes ses formes il y a 2 ans m’a fait perdre en 4 mois 5 kilos qui de toute évidence n’était pas utiles. Mais surtout l’éviction du gluten et du lait m’a quasiment instantanément permis d’arrêter le Brexin. Plus de douleurs nocturnes, plus de bas du dos verrouillé au petit matin, et surtout plus de crises impromptues en journée après s’être gavé dans le cadre de mon activité commerciale de petits fours plein de gluten. Tout ceci n’était que le début du voyage nutritionnel, car j’ai ainsi réappris à manger, tout bio, tout frais et non transformés à 98% (végétalien dans les mêmes proportions). J’ai aussi quitté la nourriture incolore, inodore et insipide des collectivités pour des repas pleins de couleurs, de parfums et de saveurs. Merci la Spondy!
Anonyme 01-03-2013 21:27
Mars 2003,description des symptômes rhumatismales, prise de sang, scintigraphie et scanner, bilan : SPA. On m’annonce que je dois prendre des medocs a vie, que je dois arrêter arts martiaux ,vélo,natation et quitter mon métier.On rajoute que d’ici 10 ans je serai peut être en chaise roulante. La même année,je refuse ce discours et me tourne vers l’homéopathie, la phytothérapie,la médecine énergétique, la microkinésiotherapie,je travaille sur le stress par la relaxation et la sophrologie, je fais l’éviction quasi complète des laitages , je passe au bio et je cherche la raison psychosomatique à la maladie et travail dessus… En 2005, je stoppe les Anti -inflammatoires qui m’ont salement abîmé le système digestif . Aujourd’hui, 10 ans après, je fais du vélo, de la natation, je suis instructeur en arts martiaux et le même boulot. Plus aucune douleur, aucune inflammation. Pour guérir il faut le vouloir, pas compter uniquement la médecine .
La suite dans l’article suivant. Lire la suite

Imprimez l'article