Archives pour la catégorie pêche

Le Japon se voit interdit de chasse à la baleine, y compris sous prétexte scientifique

vegactu_mediumPublié par : Nicolaï Van Lennepkade  Excellent nouvelle en ce début de semaine. Grâce à la mobilisation de Sea Shepherd, La Cour Internationale de Justice de la Haye vient de déclarer que le Japon a violé plusieurs de ses obligations. La Cour Internationale de Justice de la Haye ordonne donc au Japon de révoquer tout permis autorisant la mise à mort de baleines, y compris sous prétexte scientifique.http://www.vegactu.com/actualite/le-japon-se-voit-interdit-de-chasse-a-la-baleine-y-compris-sous-pretexte-scientifique-14177/ Lire la suite

Imprimez l'article

Bruxelles renonce à interdire la pêche en eaux profondes Par Yona HELAOUA avec AFP et Reuters

pechePar Yona HELAOUA  C’est une victoire pour les armateurs, une amère défaite pour les défenseurs de l’environnement. Mardi 10 décembre, le Parlement européen a rejeté, par 342 voix contre 326, l’interdiction de la pêche en eaux profondes. Selon la Commission européenne, cette pêche représente 1 % des prises totales dans l’Atlantique du nord-est. Il s’agit d’une technique essentiellement pratiquée au large de l’Écosse et de l’Irlande par trois pays : la France, l’Espagne et le Portugal. Elle consiste à tracter un énorme filet sur les fonds marins entre 400 et 1 500 mètres sous la surface. Les ONG environnementales lui reprochent de détruire, lors de son passage, les populations des abysses et les bancs de corail. Lire la suite

Imprimez l'article

Les matin de France Culture, Le poisson dans tout ses états, Perturbateur endocrinien, Changement de sexe, Sur-exploitation, invité Gilles Boeuf

Entre la surpêche, la pollution, les perturbateurs endocriniens etc, ce spécialiste donne son avis et nous offre de future piste dans de prochaine conférence en 2014. Cette année encore Les Matins de France Culture poursuivent leur mission : proposer chaque jour une grande session d’information pour comprendre quels défis nous attendent, de l’hexagone au vaste monde.
Crises financières, politiques, sociales ou religieuses, questions de société, environnement, il s’agira en un mot d’éclairer les contours les plus complexes de ce qui surgit chaque jour dans l’actualité.
Et comme il s’agit de faire face, il n’est pas interdit d’en sourire.  http://fr.wikipedia.org/wiki/Gilles_B%C5%93uf Lire la suite

Imprimez l'article

The surface temperatures of the warmest sea could lead to greater bioaccumulation of MeHg (methylmercury) in fish and, therefore, increased human exposure. /- Les températures de surface de la mer plus chaudes pourraient entraîner une plus grande bioaccumulation du MeHg (méthylmercure) dans les poissons et, par conséquent, l’augmentation de l’exposition humaine.

http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0058401  http://www.anses.fr/fr/content/consommation-de-poissons-et-exposition-au-m%C3%A9thylmercure   Les réseaux trophiques marins sont le lien le plus important entre le contaminant mondiale, le méthylmercure (MeHg), et l’exposition humaine à travers la consommation de fruits de mer. Le réchauffement des températures peuvent augmenter l’exposition humaine au méthylmercure, un neurotoxique puissant, en augmentant la production de MeHg ainsi que la bioaccumulation et trophique transfert dans les réseaux trophiques marins. Les études sur les effets de la température sur la bioaccumulation du MeHg sont rares et aucune étude n’a spécifiquement température liée au destin MeHg en liant des expériences de laboratoire avec des manipulations de terrain naturelles dans les écosystèmes côtiers. Nous avons effectué des expériences en laboratoire et sur ​​le terrain sur MeHg accumulation sous différents régimes de température en utilisant la killifish, Fundulus heteroclitus. traitements de température ont été établis dans les piscines de sel sur un marais salant côtière en utilisant un gradient de température naturelle où killifish Fed sur les sources d’aliments naturels. Les températures ont été manipulés dans un large éventail d’expériences en laboratoire avec killifish exposés au MeHg aliments enrichis. Dans les deux microcosmes de laboratoire et mésocosmes sur le terrain, les concentrations de MeHg dans killifish augmenté de façon significative à des températures élevées. En outre, des expériences de terrain, d’autres variables connexes (salinité, le MeHg dans les sédiments, etc) ne sont pas liés au MeHg bioaccumulation. Modélisation des résultats de laboratoire expérimental suggéré l’augmentation des taux métabolique comme un facteur déterminant. Les températures élevées que nous avons testés sont conformes aux tendances prévisibles du réchauffement climatique, et indiquent que, en l’absence de facteurs confondants, les températures de surface de la mer plus chaudes pourraient entraîner une plus grande dans bioaccumulation du MeHg dans les poissons et, par conséquent, l’augmentation de l’exposition humaine. http://translate.googleusercontent.com/translate_c?depth=1&hl=fr&prev=/search%3Fq%3Dhttp://www.eurekalert.org/pub_releases/2013-10/dc-woc100313.php%26biw%3D1920%26bih%3D913&rurl=translate.google.fr&sl=en&u=http://www.plosone.org/article/info%253Adoi%252F10.1371%252Fjournal.pone.0058401&usg=ALkJrhjolfCaufrcyBgsf9oaTVdr5HfN9g
Lire la suite

Imprimez l'article

Poi(s)son de Fukushima.

Une flotte de 21 bateaux est partie mercredi matin pour recommencer à pêcher au large de la préfecture de Fukushima après une suspension de plusieurs semaines due à des craintes de pollution radioactive, selon les médias nippons ! La pêche avait déjà partiellement été relancée en juin 2012 dans cette région, mais elle avait été de nouveau arrêtée fin août/début septembre à cause des risques accrus de contamination radioactive après la révélation de multiples fuites d’eau souillée de la centrale Fukushima Daiichi, au bord de l’océan Pacifique. Les pêcheurs de Soma et Futaba partis mercredi devaient prendre quelque 18 variétés de poissons et autres espèces à une cinquantaine de kilomètres des côtes et effectuer des contrôles avant de les vendre dès jeudi si leur niveau de contamination est inférieur à la moitié de la limite légale en vigueur au Japon (soit moins de 50 becquerels de césium radioactif par kilogramme). Lire la suite

Imprimez l'article

Poissons et produits de la pêche : synthèse des recommandations de l’Agence ne pas en manger plus d’1 fois tout les deux mois

afsappsEt voilà, j’avais raison. Malheureusement. Maintenant,  on ne doit pas consommer de poissons plus de deux fois par semaines, mais bon je l’ai dit c’est notre faute, on a tous participé à la pollution des sols et des nappes phréatiques. Le jardinier lambda, parce qu’il est trop flemmard pour enlever les herbes à la main ou avec des outils. Donc il prend du roundup et autres produits.
Les agriculteurs qui utilisent des produits phytosanitaires, un bon mot pour faire passer la pilule, mais qui veut dire pesticide.
Et nous humain à la con qui passons notre vie à jeter tout ce que l’on veut dans la nature. Bref j’avais bien fait d’arrêter d’en manger.  Surtout sachant que dans les rivières les poissons mâles deviennent femelles à cause des médicaments hormonales, nos pilules contraceptive. Si cela à des effet sur les poissons,  croyons bien que cela à des effets aussi sur nous humains, surtout sachant que les stations d’épurations ne retraite pas ces molécules. http://www.anses.fr/fr/content/poissons-et-produits-de-la-p%C3%AAche-synth%C3%A8se-des-recommandations-de-l%E2%80%99agence Lire la suite

Imprimez l'article

Condamné à deux mois de prison avec sursis, retrait d’un an du permis de pêche et amende de 200 euros pour destruction d’espèce protégée et pêche dans une zone interdite

Un pêcheur à pied de 21 ans a été condamné à Dieppe à deux mois de prison avec sursis et interdiction de pêche pendant un an pour avoir tué un phoque veau-marin, espèce protégée, alors qu’il pêchait dans une zone interdite ! Lire la suite

Imprimez l'article

Une nouvelle étude révèle le véritable coût de la chasse à la baleine au Japon

Une nouvelle étude révèle le véritable coût de la chasse à la baleine au Japon
Mardi, Février 5, 2013
Tokyo, Japan

(Tokyo, Japon – 5 février 2013) – Une nouvelle étude du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) démontre que l’industrie moribonde de la chasse à la baleine au Japon est maintenue à flot par l’argent du contribuable à hauteur de plusieurs millions de dollars par an. Lire la suite

Imprimez l'article