Déception et frustration Par Michel Institut Wanxiang

Imprimez l'article

Déception et frustration naissent de ce qu’une « réalité » imaginée ne se produit pas, comme le bonheur d’une paix gracieuse.

Résultat de recherche d'images pour "image frustration"La déception ne vient pas tant de ce que quelque chose ne se produit pas que de ce que l’avenir se réalise différemment de l’avenir imaginé. Par exemple, le fait d’être déçu de ne pas réussir un examen ne vient pas de l’échec en soi, mais du fait d’avoir déjà « imaginé » son existence future en fonction de sa réussite.

Il ne s’agit pas d’être pessimiste tout le temps et d’envisager systématiquement l’échec et la non-réalisation de ses désirs. Éviter la déception ne consiste qu’à laisser l’avenir ouvert, à envisager différentes possibilités, à imaginer avec plaisir une réussite, à considérer un échec avec sérieux et à s’apprêter à affronter différentes possibilités. Le Tao est un immense champ de probabilités.

Par exemple, si vous attendez avec plaisir la visite d’une personne que vous n’avez pas vue depuis longtemps, vous pouvez imaginer méticuleusement tout ce que vous allez faire, les endroits que vous allez visiter, les conversations que vous allez avoir, et en tirer par avance un grand plaisir.

Mais, ce faisant, vous avez toutes les chances d’être déçus : la personne en question a certainement changé ; elle ne s’intéresse peut-être plus aux mêmes choses ; elle n’a peut-être pas envie d’aller où vous prévoyez de l’emmener. Il se peut même qu’elle ne puisse pas, voire ne veuille pas, venir du tout. Si vous voulez éviter la déception, il ne s’agit pas de rejeter votre plaisir et d’adopter une attitude négative ou pessimiste. Il s’agit seulement d’accepter le fait que ces autres possibilités peuvent se produire et que l’avenir sera comme il sera.

La déception est un changement de réalité, le passage d’une réalité que l’on a imaginée à LA réalité telle qu’elle est, c’est-à-dire à une nouvelle vision du monde. La déception est un refus d’accepter les promesses de cette nouvelle réalité, ou de considérer que celles-ci sont moins intéressantes.

Ce n’est pas nécessairement le cas. Les causes des choses sont tellement complexes et intriquées qu’il est difficile de dire ce qui, au bout du compte, sera positif ou négatif. Même ce qui peut apparaître, à première vue, comme le pire malheur (un accident, une maladie voire un handicap, un échec voire une dépression, etc.) peut se révéler par la suite être à l’origine d’une existence passionnante.

La frustration est, comme la déception, le résultat d’attentes déçues, mais elle naît d’une succession de déceptions quant à l’image qu’on a de soi-même et de sa place dans la société.

La frustration dépend de nos attentes, et nos attentes sont plus un miroir social que celui de nos propres valeurs et de nos propres priorités. La frustration sexuelle, par exemple, n’a rien de physiologique ou d’objectif : elle dépend en premier lieu de ce que nous n’arrivons pas à nous satisfaire des possibles : nous nous forgeons une image de la sexualité à travers les attentes sociales et les fantasmes collectifs, plutôt qu’à travers nos attentes personnelles et amoureuses, les possibilités que nous offrent nos rencontres.

•    Qu’attendez-vous avec plaisir dans les jours, les semaines ou les mois qui viennent? Idéalement, comment aimeriez-vous que les choses se passent ? Quelles autres possibilités s’offrent à vous? Au pire, comment les choses pourraient-elles se passer ? Comment pensez-vous réagir dans ces différents cas ?
•    Dans quels domaines, de quoi vous sentez-vous frustré? Qu’est-ce que vous attendriez? En quoi cela correspond-il à l’image que vous avez de vous même ? Qu’est-ce qui cloche ? Quelles possibilités avez-vous ? Pouvez-vous imaginer d’ouvrir le champ de vos possibilités ? D’où vous vient cette image idéale de vous même (d’une personne, de lectures ou de films, de votre enfance ou adolescence) ? Cette image est-elle importante ? Pouvez-vous la remettre en cause ?

Comment vaincre la frustration ?
Nous nous imaginons que la seule manière de vaincre la frustration est de la satisfaire. C’est ce que veulent nous faire croire la société marchande et les médias : un sac me plaît, il me le faut ; la sexualité idéale implique ceci ou cela, je dois manger comme ceci ou cela… Ces conceptions sont la voie directe vers toujours plus d’insatisfaction et de frustrations. Pour m’en libérer, je peux :

•    prendre de la distance par rapport aux images et aux idéaux que me vendent les médias, mais aussi que m’ont « vendu » mes enseignants à l’école et les premiers d’entre eux nos parents.
•    considérer objectivement les possibilités qui s’offrent à moi et apprendre à les apprécier,
•    construire ma vie sur une éthique à long terme plutôt que sur la satisfaction de mes plaisirs immédiats. Cela peut être, par exemple l’octuple sentier décrit dans le bouddhisme.

Je suis parti en Chine avec Marc Aurèle dans mes bagages : j’en reviens avec quelques « exercices spirituels » supplémentaires pour combattre déception et frustration.

Le conseil de Marc Aurèle, maintes fois répété est :

« Délimite le présent » (Pensées VII, 29).

Cela veut dire : essaie d’entrevoir combien est infinitésimal l’instant dans lequel l’avenir devient passé. « Circonscrire le présent », c’est d’abord libérer l’imagination des représentations passionnelles du regret et de l’espoir, se libérer ainsi d’inquiétudes ou de soucis inutiles, mais c’est surtout pratiquer un véritable exercice de la « présence de la Nature » en renouvelant à chaque instant le consentement de notre volonté à la Volonté de la Nature universelle.

Ainsi toute l’activité morale et philosophique se concentre dans l’instant : « Voilà ce qui suffit : le jugement fidèle à la réalité que tu émets dans l’instant présent, l’action communautaire que tu accomplis dans l’instant présent, la disposition à accueillir avec bienveillance dans l’instant présent tout événement que produit la cause extérieure » (IX, 6).

« Ou bien les dieux n’ont aucun pouvoir ou bien ils en ont. Mais s’ils n’ont aucun pouvoir, pourquoi les pries-tu ? Et s’ils ont du pouvoir, pourquoi ne pas les prier de t’accorder de ne craindre aucune de ces choses, de n’en désirer aucune, de ne t’affliger de rien de tout cela, au lieu de les prier pour que telle chose ne se produise pas ou se produise. […]
Cet homme les prie en disant : « Puissé-je coucher avec cette femme ! » Mais toi, dis plutôt : « Puissé-je ne pas désirer coucher avec elle ! » Un autre : « Puissé-je être débarrassé de ce souci ! » Mais toi : « Puissé-je n’avoir pas besoin d’en être débarrassé ! » Un autre : « Puissé-je ne pas perdre mon enfant ! » Mais toi : « Puissé-je ne pas être affligé de le perdre ! » D’une manière générale, modifie ainsi tes prières et vois ce qui arrive. » (IX, 40)

Sénèque, un autre stoïcien écrit dans De beneficiis, IV, 34, 4 : « Le sage entreprend toutes choses « sous réserve » (cum exceptione) i.e. à condition que rien n’intervienne pour empêcher le résultat de l’action. Si nous disons que tout lui réussit et que rien ne lui arrive contre son attente, c’est qu’il présuppose en esprit que quelque chose peut intervenir qui empêche la réalisation de son dessein… Cette « réserve », sans laquelle il ne projette rien et n’entreprend rien, c’est elle qui le protège. »

雷宓谐 dit Michel

Retrouvez toutes les informations et (pré-)inscrivez-vous vite
Qigong Emei

Qi Gong Emei

Le Qi Gong du Mont Emei développe le calme mental par un travail statique, et des exercices dynamiques.
Mardi, mercredi, vendredi et samedi : 8h30 à 10h00
Lieu : l’Institut.
Adhésion obligatoire à l’association Tongxin.

Reprise officielle des cours le lundi 4 septembre. Inscrivez-vous vite.

En savoir plus

Qigong diabésité

Qi Gong Diabésité

Pour tous ceux qui veulent prendre conscience du métabolisme de leur corps et atteindre le calme mental.
Lundi, mercredi, vendredi et samedi : 10h30 à 11h30.
Lieu : l’Institut.

Reprise officielle des cours le lundi 4 septembre. Inscrivez-vous vite.

En savoir plus

Méditation taoïste

Méditation taoïste

Raffiner le corps et l’esprit pour atteindre la liberté intérieure.  C’est une Voie de l’alchimie interne, un chemin de transformation du corps et de la conscience
Mercredi : 18h00 à 19h00
Lieu : l’Institut.

Reprise le mercredi 6 septembre. Inscrivez-vous vite.

En savoir plus

LE CENTRE D’ACTION CONTRE LE DIABÈTE ET L’OBÉSITÉ

La lettre du CADO (Diables & Cité) est diffusée une fois tous les deux mois. Sous forme d’enseignement, elle explore les connaissances de la médecine chinoise nécessaire à la compréhension de notre corps (la cité) et à ce que sont les diables dans notre vie quotidienne. Inscrivez-vous dès maintenant sur la liste « Diabésité » afin de recevoir l’actualité concernant le CADO.

En savoir plus sur le Centre d’Action contre le Diabète et l’Obésité
En savoir plus sur le Mouvement d’Action Contre le Diabète et l’Obésité

Nous avons besoin de vous et de votre soutien. Diffusez l’information de l’existence du CADO, et des cures-retraites.

 

Pour vous désabonner de cette liste, visitez Se désabonner
Pour mettre vos préférences à jour, visitez ce lien
Faire suivre un message à quelqu’un ce lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *