Des enfants « sauvés », trois Victoriens arrêtés dans un réseau mondial d’abus d’enfants

Quatre enfants ont été soustraits à un préjudice présumé et trois hommes de l’époque victorienne ont été inculpés au cours d’une enquête mondiale de deux ans sur les abus d’enfants, qui s’est étendue des États-Unis à l’Australie. Des agents de la sécurité intérieure des États-Unis ont déclenché l’étape australienne de l’enquête conjointe dans le cadre de leurs efforts pour contrecarrer un réseau pédophile partageant des images d’exploitation d’enfants en ligne. Elle a conduit la police de cinq États australiens à porter 738 accusations contre 16 personnes, dont un homme de 61 ans, Echuca, qui doit faire face à 615 infractions dans les États et le Commonwealth, notamment la production, la distribution et la possession de matériel pédopornographique.

La police a également inculpé un homme de 53 ans de Mount Waverley pour huit infractions, dont la possession et l’accès à du matériel pédopornographique, et a inculpé un homme de 41 ans de Kilmore pour neuf infractions, dont la production et l’utilisation de matériel pédopornographique.

Un enfant de Victoria est l’un des quatre jeunes gens enlevés par les autorités dans le cadre de l’opération conjointe.

Un porte-parole de la police fédérale australienne a déclaré que les services de renseignement américains ont commencé à découvrir des activités suspectes en Australie en 2018 dans le cadre d’une enquête de la sécurité intérieure sur un site web où les utilisateurs payaient pour accéder à du matériel pédopornographique.

Le porte-parole a déclaré que la police australienne s’est ensuite associée à des services de police internationaux, notamment des enquêteurs de l’Arizona, d’INTERPOL et d’EUROPOL, pour partager les informations sur les utilisateurs enregistrés du site.

Cinq États australiens et des agents fédéraux ont alors lancé l’opération Walwa, basée en Australie.

L’ambassadeur australien pour les enquêtes de la sécurité intérieure américaine, Adam Parks, a déclaré que les arrestations sont arrivées à un moment critique.

« Plus que jamais, les enfants sont de plus en plus souvent en ligne pour leur scolarité, pour socialiser avec leurs amis et leur famille, et pour jouer », a déclaré M. Parks.

« Il s’agit d’un avertissement que les forces de l’ordre ne sont pas découragées par COVID-19 et qu’elles restent en devoir pour assurer la sécurité de nos enfants en Australie, aux États-Unis et en ligne ».

L’inspecteur intérimaire Karen Bennett, de la police de Victoria, a déclaré que les effets de ces crimes présumés sur les enfants, les familles et la communauté au sens large étaient dévastateurs.

« Ces crimes [présumés] voient des personnes utiliser des réseaux établis importants pour partager du matériel pédopornographique et profiter des enfants vulnérables. Ils ont des effets dévastateurs pour les victimes et la communauté au sens large », a déclaré l’inspecteur Bennett.

« Nous continuerons à développer et à utiliser diverses techniques d’enquête qui nous permettent de cibler les personnes qui préparent activement et tentent de se procurer des enfants, et d’accéder à du matériel pédopornographique ».

Sur les quatre enfants soustraits à un préjudice présumé, trois étaient originaires de la Nouvelle-Galles du Sud et un de Victoria.

Les personnes accusées étaient cinq personnes du Queensland, quatre de l’Australie occidentale, trois de la Nouvelle-Galles du Sud et du Victoria et une de l’Australie méridionale. Les arrestations ont eu lieu au cours de l’année dernière.

Lesa Gale, commissaire adjointe à l’AFP, qui supervise le Centre australien de lutte contre l’exploitation des enfants (ACCCE), a déclaré que les résultats obtenus rappelaient à point nommé les risques liés à la présence d’enfants en ligne.

« Il s’agit d’un effort conjoint de longue haleine de la part des forces de l’ordre australiennes et nous sommes heureux de voir les résultats qui peuvent être obtenus lorsque les ressources sont utilisées ensemble, en particulier dans l’environnement en ligne actuel », a-t-elle déclaré.

L’homme de 61 ans d’Echuca a depuis été placé en détention préventive et doit comparaître à nouveau devant le tribunal dans le courant du mois.

L’homme de 41 ans, Kilmore, a été placé en détention préventive et doit comparaître à nouveau devant le tribunal en juillet. L’homme de 53 ans de Mount Waverley a été libéré sous caution.

Les membres du public ayant des informations sur des personnes impliquées dans la possession ou le partage de matériel d’exploitation d’enfants sont priés d’appeler Crime Stoppers au 1800 333 000.

https://www.theage.com.au/national/victoria/children-rescued-three-victorians-arrested-in-alleged-global-child-abuse-ring-bust-20200420-p54lco.html?fbclid=IwAR17rbVX2GJvjsTfMryCsYMd5HxeX6Ho6y0WQ2KK6eAtlApkjBVsnWZszpw

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.