Pachy Zhen, Troisième repère pour une vie meilleure : du bon usage de la parole et des mots

by Neptunya | 8 mai 2019 9 h 59 min

https://www.institut-wanxiang.com/AdvHTML_Upload/newsletter/Image_1.jpg
https://www.institut-wanxiang.com/[1]

Les mots ont un sens mais leur signification peut être multiple, aussi toute parole peut être source d’erreur ou d’ambiguïté. Quand Pierre dit « grève », il pense « arrêt de travail », mais quand Paul entend « grève », il pense « plage ». (Au début j’avais choisi le mot « bière » qui pouvait être une boisson rafraîchissante ou notre dernière demeure…)
Les mots sont nécessaires car si on ne dit pas notre pensée, on est rarement compris. La parole, transcrite en mots, est le fondement des sociétés humaines, qui, construites sur un modèle compétitif, encouragent la comparaison. En se comparant aux autres, en défendant sa place, sa valeur, sa fierté, on est inévitablement amené à clamer ses qualités et à cacher ses défauts. Malheureusement, bien souvent aussi, on est plus enclin à dénoncer les défauts (présumés) des autres et à minorer ou cacher leurs qualités. On n’hésite pas non plus à mentir, à agir contre l’intérêt de ceux avec qui on est en lutte pour une place, un bien, un(e) partenaire, …

Parlez-vous presque tout le temps de vous ? Ou, au contraire, ne parlez-vous jamais de vous ? Comment parlez-vous des autres en leur absence ? Avez-vous tendance à vous valoriser en racontant des fables, petites et grandes ?
La part de nous qui est malhonnête s’exprime ordinairement uniquement par le mensonge et la médisance, parce qu' »on n’est pas des brigands en vrai, n’est-ce-pas« . Mais c’est aussi là où se concentrent nos doutes, nos difficultés dans nos rapports avec les autres.
Les mots ont un caractère illusoire, mais ils peuvent contribuer à une parole bienveillante. Le bon usage de la parole et des mots est une forme de présence et d’action justes.

Voici ma vision du bon usage des mots :
1.    Écouter : être capable de décrypter les messages envoyés par notre interlocuteur à travers ses mots, et autant que possible ceux qu’il n’a pas prononcés (…);
2.    Refuser de mentir : savoir s’arrêter aux mensonges qu’on se fait à soi-même, débusquer les propres histoires qu’on se raconte;
3.    Refuser de médire : renoncer aux cycles des bavardages et des médisances, refuser de faire de la critique de l’autre un moyen de valorisation sociale personnelle;
4.    Analyser : chercher en soi les ressorts cachés des mots qu’on prononce, des explications qu’on se donne des phénomènes du monde et de sa présence au monde;
5.    Être attentif : être capable d’expliquer les conséquences de ses paroles, et si elles sont mauvaises, les éviter;
6.    Persévérer : être capable de maintenir cette attitude; renoncer à utiliser les mots comme ça nous arrange;
7.    Être vigilant : être capable de déceler la vérité et de dénoncer les mensonges quand ils portent tort à d’autres.

Le bon usage des mots est avant tout d’en utiliser moins pour en écouter plus, puis de rechercher la vérité et de l’exprimer.
Les mensonges sont de deux sortes : ceux qu’on fait aux autres et ceux qu’on se fait à soi-même. Ils sont distincts, en principe, mais finissent par se mélanger. Mentir aux autres, c’est souvent, d’abord, se mentir à soi-même ; par ailleurs le menteur/la menteuse, même s’il ou elle n’y croit pas au départ, finit par croire à ses propres mensonges.
Ne pas confondre « mentir » et « garder un secret », la vérité a ses propres secrets…
« Le principe de vérité » transcende le bon usage des mots. Le principe de vérité consiste à n’user de la parole qu’à bon escient, hors de tout esprit de mensonge. Ce principe de vérité est aussi (surtout ?) un principe d’effort de vérité. Il appelle également chacun d’entre nous à toujours mettre ses croyances à distance, dans une attitude bienveillante mais critique, pour toujours réajuster ses pensées et rapprocher son discours de la vérité.
Le « principe de vérité » n’est accessible qu’à ceux qui tentent de franchir les étapes énoncées plus haut : être capable d’écouter, d’analyser, d’être vigilant, et de faire l’effort de comprendre les motivations de ses mensonges et leurs conséquences.
… {à suivre}
{Chroniques Chan}
Que toutes choses prospèrent en paix.
雷宓谐  dit Michel


Endnotes:
  1. https://www.institut-wanxiang.com/: https://www.institut-wanxiang.com/

Source URL: https://neptunya.fr/pachy-zhen-troisieme-repere-pour-une-vie-meilleure-du-bon-usage-de-la-parole-et-des-mots/