Recyclez votre plastique grâce à cette machine à construire vous-même Par Jean-Jacques Valette-WE Life

Imprimez l'article

Créer des emplois tout en préservant la nature. C’est l’ambition de Precious Plastic, qui a mis au point une série de machines à recycler le plastique dont les plans sont diffusés gratuitement sur le net. Leur créateur n’est autre que le concepteur du Phonebloks, un téléphone anti-obsolescence dont la vidéo a fait 21 millions de vues.

https://preciousplastic.com/en/

Dave Hakkens et son extrudeuse de plastique open-source. (Crédit : Precious Plastic)

Dave Hakkens et son extrudeuse de plastique open-source. (Crédit : Precious Plastic)

Chaque année, l’humanité produit plus de 300 millions de tonnes de plastique, dont seuls 10 % sont recyclés. Le reste finit dans des décharges, incinéré, ou pire, dans la nature. Pour lutter contre cette pollution, Dave Hakkens a eu une idée : concevoir des machines permettant de transformer ces déchets plastiques en objets utiles et diffuser gratuitement leurs plans sur le net.

Avec ce nouveau projet baptisé Precious Plastic, ce designer néerlandais, déjà connu pour son téléphone modulaire Phonebloks, entend continuer à lutter pour un monde plus économe en ressources, tout en générant des emplois.

Aucunes compétences requises

« Il est étonnant de trouver autant de plastique dans la nature. Car c’est une matière qui a de la valeur et que l’on peut très facilement réutiliser », explique Dave Hakkens.

Encore faut-il avoir les bons outils sous la main. Des machines existent, certes, mais, très chères et ultra-techniques, elles étaient jusqu’ici réservées à l’industrie. « La principale difficulté était de concevoir des machines que chacun puisse bâtir avec des matériaux de récupération où qu’il habite dans le monde. Et ceci, sans aucune compétence technique ni outil complexe », raconte le designer.

 

La presse à injection, l'extrudeur, le broyeur et la presse à compression valent chacune autour de 150 euros en matériaux neufs. (Crédit : Precious Plastic)

La presse à injection, l’extrudeur, le broyeur et la presse à compression valent chacune autour de 150 euros en matériaux neufs. (Crédit : Precious Plastic)

Après trois ans de recherche et l’aide de nombreux bénévoles, Dave Hakkens a présenté au printemps dernier les modèles définitifs de Precious Plastic. La série se compose de quatre machines : un broyeur, un extrudeur, une presse à injection et une presse à compression.

 

Filament d’imprimante 3D

Quatre machines permettant successivement de broyer le plastique en petit copeaux avant de le réutiliser, que ce soit sous forme de filament utilisable par une imprimante 3D (grâce à l’extrudeur) ou directement dans un objet moulé avec les différentes presses.

 

Différents objets réalisés à partir de déchets plastiques. A gauche, du filament pour imprimante 3D. (Crédit : Precious Plastic)

Différents objets réalisés à partir de déchets plastiques. A gauche, du filament pour imprimante 3D. (Crédit : Precious Plastic)

« Vous pouvez récupérer du plastique gratuitement tout autour de vous. Il suffit de se baisser ou de demander à vos voisins », explique Dave Hakkens. Une fois transformé en objet, cette matière commence une nouvelle vie, pouvant même rapporter un peu d’argent à la revente et ainsi, dans l’esprit du designer, constituer une activité pour des milliers de personnes. Et ce dans les pays du Nord comme dans les pas du Sud.

Combien cela coûte-t-il de se bâtir l’atelier du parfait recycleur ? « Chaque machine vaut entre rien du tout et 180 euros, selon que vous utilisiez ou non des matériaux de récupération pour la construire », assure Dave Hakkens. Ses plans et tutoriels pour les construire, eux, sont téléchargeables gratuitement sur son site.

« Mon rêve, confie le designer, est que ces plans partent aux quatre coins du monde et que l’on voie apparaître partout des ateliers de recyclage ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *