Ostarine: la drogue de Lucian Bute? Par Jean Yves Dionne « Franchement Santé »

by Neptunya | 18 août 2016 18 h 31 min

Ostarine: la drogue de Lucian Bute?[1]

Encore du dopage, c’est pas moi c’est les autres, les autres, mais c’est pas moi c’est les autres, les autres, les autres…, Un genre de déjà vu vous ne trouvez pas?

Endnotes:
  1. Ostarine: la drogue de Lucian Bute?: http://www.jydionne.com/ostarine-drogue-de-lucian-bute/

Source URL: https://neptunya.fr/ostarine-la-drogue-de-lucian-bute-par-jean-yves-dionne-franchement-sante/


détox : vidéo « Dogmez-vous? » Par Jean Yves Dionne

by Neptunya | 21 avril 2016 14 h 59 min

http://www.jydionne.com/detox-video-dogmez/ Lire la suite

Source URL: https://neptunya.fr/detox-video-dogmez-vous-par-le-jean-yves-dyonne/


Explosion de cancer, par Jean Yves Dionne de Franchement Santé

by Neptunya | 3 septembre 2015 9 h 05 min

franchementsante[1]Selon la Société canadienne du cancer, le nombre de cancers diagnostiqués augmentera de 40% dans les 15 prochaines années.(1) On blâme souvent le vieillissement de la population pour l’augmentation des cancers. C’est normal, les cancers apparaissent plus souvent chez les plus âgés.

En France, le président du Réseau Environnement Santé (RES), André Cicolella, affirme que les augmentations des maladies chroniques, cancers inclus, ne peuvent plus s’expliquer par le vieillissement de la population. Par exemple, en Alsace, les AVC ont augmenté de 131% en 10 ans. Ces chiffres dépassent de loin la probabilité due à une augmentation du nombre de personnes âgées.

D’autres pointent plutôt du doigt les avancées dans les techniques diagnostiques: il n’y a peut-être pas plus de cancers, mais on les diagnostique plus. Par contre, l’OMS mentionne qu’entre 2008 et 2012, le nombre de décès causés par les cancers a augmenté de 8% sur la planète.(2) Dans le rapport World Cancer Report 2014, les experts de l’OMS soutiennent même que les cas de cancers pourraient augmenter de 70% dans les prochains 20 ans.(3,4)

La guerre contre le cancer

De toutes les maladies, les cancers sont celles qui connaissent la plus forte progression. Dans la majorité des pays, ils ont détrôné les maladies cardiaques comme premiers tueurs. Notre mode de vie serait le grand responsable de cette progression. Mais qu’est-ce qui, dans notre mode de vie, cause les cancers? Y a-t-il moyen de s’en protéger?

La fameuse guerre contre le cancer, déclarée par le président américain Richard Nixon en 1971 (5), doit être maintenant nommée pour ce qu’elle est: un échec. Certes, les traitements sont de plus en plus nombreux, mais ils sont aussi de plus en plus onéreux. Leurs prix deviennent prohibitifs, et les résultats sont très variables. Certes, les outils de détection précoce sont plus accessibles, mais qui dit détection ne dit pas prévention et, surtout, le fait de détecter ne nous donne pas les moyens de nous protéger nous-mêmes. De plus, ces outils sont très controversés, avec les risques de surdiagnostics, de faux positifs et de traitements inutiles qu’ils comportent.

Pourtant, on investit comme jamais dans la recherche. À tout moment, on nous sollicite pour donner à la recherche via diverses manifestations et il y a de plus en plus de fondations pour supporter ces recherches. Malheureusement, les recherches portent la plupart du temps sur la découverte de médicaments et, plus rarement, sur le pourquoi, sur les causes des cancers. On comprendra que, du point de vue des investisseurs, les produits brevetables et commercialisables sont beaucoup plus intéressants que la recherche des causes pour diminuer le nombre de cas.

Exposition aux cancérigènes

La revue Carcinogenesis a publié un numéro spécial dans son édition de juin 2015: «Assessing the Carcinogenic Potential of Low-Dose Exposures to Chemical Mixtures in the Environment: The Challenge Ahead» (accessible en ligne http://carcin.oxfordjournals.org/content/36/Suppl_1[2])

Les experts qui publient dans ce numéro font partie d’un regroupement mondial nommé Halifax Project. Ils ont utilisé des étapes du développement des cancers (hallmarks of cancer) et ont ensuite examiné les données toxicologiques de 85 substances connues pour affecter ces étapes. Ils ont découvert que 59 d’entre elles agissent, à très faibles doses, sur ces étapes. Ces substances, comme les phtalates et plusieurs pesticides, sont très présentes dans notre environnement et, selon le Environmental Working Group (EWG), 23 de ces substances sont détectables dans le sang de monsieur et madame Tout-le-Monde! (6,7)

Dans ce numéro spécial, des chercheurs répondent également à plusieurs questionnements usuels. Ils y déboutent entre autres la notion que des «erreurs de réplications d’ADN dues au hasard» soient à l’origine des cancers.(8)

En France, le RES (http://reseau-environnement-sante.fr[3]), fait un énorme travail pour conscientiser à la fois la population et les décideurs sur le rôle des substances cancérigènes dans nos environnements immédiats: le BPA, les différents perturbateurs endocriniens, etc. Le RES, tout comme les experts de Carcinogenesis, met l’emphase sur la synergie de ces substances à très faibles concentrations. Il semble que des microdoses de plusieurs de ces substances soient plus dangereuses que des doses importantes, parce qu’ensemble, elles ont la capacité de reprogrammer les cellules.

Le RES publiait, le 17 juillet dernier, un communiqué de presse déclarant que les perturbateurs endocriniens coutent aux États de la communauté européenne la modique somme de 157 milliards d’euros! (9)

Se protéger contre le cancer

Étant donné que nos États sont aux prises avec des réalités économiques et des lobbys très puissants, ils ne peuvent que faire des compromis. Cette situation de toxicité de l’environnement ne pourra être vraiment résolue que par une implication des gouvernements, basée sur la science factuelle et sans influence d’intérêts particuliers. Mais en attendant, il nous revient, en tant que citoyens ordinaires, d’agir pour réduire notre charge toxique, tant par nos achats que par notre comportement.

Des regroupements, comme EWG avec ses guides aux consommateurs (http://www.ewg.org/consumer-guides[4]), nous permettent d’y voir un peu plus clair et de diminuer notre exposition aux toxines environnementales. Voici une liste de gestes simples dans ce but:

À ceux qui vous disent que le BIO ne sert à rien et que l’agriculture conventionnelle, avec ses pesticides et ses OGM, est tout à fait correcte, il faut leur citer les documents de Carcinogenesis et de RES.

Bref, la conscience de l’impact de ces substances se développe lentement, mais surement. En y ajoutant nos efforts, petits mais constants, nous arriverons à améliorer notre qualité de vie et diminuer notre charge toxique.

Consultez aussi mes autres articles sur les cancers : http://www.jydionne.com/category/pathologies/cancers/[6]

Santé!

Références:

  1. Branswell H, la presse canadienne, Hausse des cas de cancers au Canada d’ici 2030. http://www.lapresse.ca/actualites/sante/201505/27/01-4872844-hausse-des-cas-de-cancers-au-canada-dici-2030.php[7]
  2. Reuters, sur Le Monde.fr. L’OMS s’inquiète de la hausse des cancers dans le monde. 2013-12-12. http://www.lemonde.fr/sante/article/2013/12/12/hausse-du-nombre-de-cancers-le-constat-alarmiste-de-l-oms_4333500_1651302.html[8]
  3. World Cancer Report 2014. http://apps.who.int/bookorders/anglais/detart1.jsp[9]
  4. Les cas de cancer devraient augmenter de 70% en 20 ans dans le monde. Le Nouvel Obs. 2014-02-03. http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20140203.OBS4868/les-cas-de-cancer-devraient-augmenter-de-70-en-20-ans-dans-le-monde.html[10]
  5. https://en.wikipedia.org/wiki/War_on_Cancer[11]
  6. http://www.ewg.org/research/rethinking-carcinogens?inlist=Y[12]
  7. http://www.ewg.org/research/rethinking-carcinogens/executive-summary[13]
  8. Harris CC. Cause and Prevention of Human Cancer. http://carcin.oxfordjournals.org/content/36/Suppl_1/S1.full[14]
  9. http://reseau-environnement-sante.fr/2015/07/17/espace-presse/presse/communique-17-juillet-2015-pollution-de-lair-sortir-du-constat-pour-sattaquer-aux-causes-il-faut-une-grande-loi-de-sante-environnementale/[15]
Endnotes:
  1. [Image]: http://neptunya.fr/wp-content/uploads/2013/11/franchementsante.jpg
  2. http://carcin.oxfordjournals.org/content/36/Suppl_1: http://carcin.oxfordjournals.org/content/36/Suppl_1
  3. http://reseau-environnement-sante.fr: http://reseau-environnement-sante.fr
  4. http://www.ewg.org/consumer-guides: http://www.ewg.org/consumer-guides
  5. [Image]: http://www.jydionne.com/wp-content/uploads/2015/08/fraises.jpg
  6. http://www.jydionne.com/category/pathologies/cancers/: http://www.jydionne.com/category/pathologies/cancers/
  7. http://www.lapresse.ca/actualites/sante/201505/27/01-4872844-hausse-des-cas-de-cancers-au-canada-dici-2030.php: http://www.lapresse.ca/actualites/sante/201505/27/01-4872844-hausse-des-cas-de-cancers-au-canada-dici-2030.php
  8. http://www.lemonde.fr/sante/article/2013/12/12/hausse-du-nombre-de-cancers-le-constat-alarmiste-de-l-oms_4333500_1651302.html: http://www.lemonde.fr/sante/article/2013/12/12/hausse-du-nombre-de-cancers-le-constat-alarmiste-de-l-oms_4333500_1651302.html
  9. http://apps.who.int/bookorders/anglais/detart1.jsp: http://apps.who.int/bookorders/anglais/detart1.jsp
  10. http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20140203.OBS4868/les-cas-de-cancer-devraient-augmenter-de-70-en-20-ans-dans-le-monde.html: http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20140203.OBS4868/les-cas-de-cancer-devraient-augmenter-de-70-en-20-ans-dans-le-monde.html
  11. https://en.wikipedia.org/wiki/War_on_Cancer: https://en.wikipedia.org/wiki/War_on_Cancer
  12. http://www.ewg.org/research/rethinking-carcinogens?inlist=Y: http://www.ewg.org/research/rethinking-carcinogens?inlist=Y
  13. http://www.ewg.org/research/rethinking-carcinogens/executive-summary: http://www.ewg.org/research/rethinking-carcinogens/executive-summary
  14. http://carcin.oxfordjournals.org/content/36/Suppl_1/S1.full: http://carcin.oxfordjournals.org/content/36/Suppl_1/S1.full
  15. http://reseau-environnement-sante.fr/2015/07/17/espace-presse/presse/communique-17-juillet-2015-pollution-de-lair-sortir-du-constat-pour-sattaquer-aux-causes-il-faut-une-grande-loi-de-sante-environnementale/: http://reseau-environnement-sante.fr/2015/07/17/espace-presse/presse/communique-17-juillet-2015-pollution-de-lair-sortir-du-constat-pour-sattaquer-aux-causes-il-faut-une-grande-loi-de-sante-environnementale/

Source URL: https://neptunya.fr/explosion-de-cancer-par-jean-yves-dionne-de-franchement-sante/


Sevrage 101 sur Franchement Santé de Jean Yves Dionne

by Neptunya | 1 mai 2015 17 h 49 min

franchementsante[1]On me contacte souvent pour savoir comment faire pour se sevrer de somnifères, anxiolytiques (anti-anxiété) ou antidépresseurs. L’usage de ces médicaments (si utiles soient-ils) entraine certains problèmes, dont la dépendance n’est pas le moindre. Lorsque le besoin d’un antidépresseur ou d’un anxiolytique n’est plus, il est logique de vouloir passer à autre chose, mais un arrêt de but en blanc ne se fait pas sans en subir les conséquences, parfois sérieuses.

Longtemps contestés, les effets d’un sevrage rapide sont sérieux.(1) Ces effets comprennent, entre autres, le retour des symptômes de dépression, l’agitation et l’insomnie, des symptômes très réels qui peuvent durer longtemps. Il faut donc y aller doucement et prendre des précautions. La suite sur Franchement Santé de Jean Yves Dionne[2]

Trois conseils de base pour un sevrage en douceur

Conseil #1: N’hésitez pas à en parler à votre pharmacien. Il (ou, le plus souvent, elle, puisqu’il y a plus de pharmaciennes que de pharmaciens ;-) ) connait non seulement les médicaments, mais aussi, et surtout, votre dossier pharmacologique. Il (ou elle) pourra vous guider durant les étapes de transition.

Conseil #2: Lentement, mais surement. La pire chose à faire est de vouloir aller trop vite. Vous devez écouter votre ressenti. Si une réduction trop rapide du dosage vous cause de effets négatifs, remontez à la dose antérieure et attendez une semaine de plus.

Conseil #3: Chaque réduction réussie est un succès. Si vous ne vous rendez pas à zéro (sans médicament), ce n’est pas un échec. Certaines personnes ayant utilisé des antidépresseurs durant des années ne sont pas capables de les cesser complètement. La seule chose qui importe est l’amélioration de votre état. Êtes-vous mieux? Si la réponse est oui: je vous dis bravo!

Préliminaire

Avant de réduire la dose des médicaments, il faut penser à renforcer votre système. Idéalement, environ 2 semaines avant le début du sevrage, commencez à prendre certains suppléments qui sont connus pour aider le système nerveux.

Combien de temps?

Les naturopathes ont un adage qui s’applique très bien ici: «Pour chaque année de maladie (ou d’usage d’un médicament), il faut compter un mois de traitement (ou de sevrage).» Sans être précis, cet énoncé met en perspective la notion de durée. Certes, à l’origine, il s’applique au traitement des maladies chroniques, mais ici, il permet de désamorcer l’attente irréaliste de réussir à se débarrasser d’un médicament en quelques jours.

Réduire la dose

Pour chaque médicament, il faut s’assurer que la forme est sécable, c’est-à-dire qu’on peut fractionner la dose (couper la pilule). S’il s’agit de capsules, on doit alors se procurer des dosages plus faibles (par exemple, au lieu de capsules de 100mg, demandez des capsules de 50mg et/ou de 25mg pour pouvoir ajuster le dosage). Si des capsules à plus faibles dosages ne sont pas disponibles, il faut réduire la quantité de poudre par capsule. Certains pharmaciens sont équipés pour effectuer précisément cette opération.

Lorsqu’on est prêt, on commence à diminuer graduellement, par petites étapes.

1ère étape: Diminuez du quart (1/4) la dose du médicament. Si le dosage est très élevé, commencez par une réduction d’un huitième (1/8). Conservez cette dose jusqu’à ce que vous vous sentiez bien à ce dosage. Cela prendra au moins 1 semaine, plus probablement 2 semaines, ou même plus.

2ème étape: Diminuer d’un autre quart (ou huitième) de dose et conservez cette dose le temps nécessaire pour vous y habituer.

N’oubliez pas que si vous ne vous sentez pas bien lors d’une diminution de dosage, si vous percevez que cette réduction est trop pour vous, revenez à la dose antérieure jusqu’à ce que vous vous sentiez mieux. Vous pourrez alors réduire à nouveau, peut-être en y allant plus graduellement (par exemple, couper de 1/8 au lieu de 1/4).

Continuez ainsi jusqu’au sevrage complet ou jusqu’au dosage minimum auquel vous vous sentez bien.

Nombre de prises par jour

Si vous prenez un même médicament plusieurs fois par jour, ne diminuez qu’une prise à la fois. Si ce médicament est plus calmant que stimulant, commencez par réduire la première dose de la journée. Si ce médicament est plus stimulant que calmant, comme c’est le cas pour certains antidépresseurs, réduisez en premier la dose du soir.

N’oubliez pas…

Rappelez-vous des 3 conseils de base:

Le sevrage est possible, mais il est important le faire comme il faut. Le but n’est pas nécessairement l’arrêt complet du médicament, mais plutôt l’amélioration de votre qualité de vie.

Santé!

Références:

  1. Fava GA, Gatti A, Belaise C, Guidi J, Offidani E. Withdrawal Symptoms after Selective Serotonin Reuptake Inhibitor Discontinuation: A Systematic Review. Psychother Psychosom. 2015 Feb 21;84(2):72-81. [Epub ahead of print] PubMed PMID: 25721705. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25721705[4]
  2. Pudell C, Vicente BA, Delattre AM, Carabelli B, Mori MA, Suchecki D, Machado RB, Zanata SM, Visentainer JV, de Oliveira Santos Junior O, Lima MM, Ferraz AC. Fish oil improves anxiety-like, depressive-like and cognitive behaviors in olfactory bulbectomised rats. Eur J Neurosci. 2014 Jan;39(2):266-74. doi: 10.1111/ejn.12406PubMed PMID: 24191918. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24191918[5]
  3. Lespérance F, Frasure-Smith N, St-André E, Turecki G, Lespérance P, Wisniewski SR. The efficacy of omega-3 supplementation for major depression: a randomized controlled trial. J Clin Psychiatry. 2010 Jun 15. [Epub ahead of print] PubMed PMID: 20584525. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20584525[6]
  4. Lucas M, Asselin G, Mérette C, Poulin MJ, Dodin S. Ethyl-eicosapentaenoic acid for the treatment of psychological distress and depressive symptoms in middle-aged women: a double-blind, placebo-controlled, randomized clinical trial. Am J Clin Nutr. 2009 Feb;89(2):641-51. PubMed PMID: 19116322. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19116322[7]
  5. Lewis JE, Tiozzo E, Melillo AB, Leonard S, Chen L, Mendez A, Woolger JM, Konefal J. The effect of methylated vitamin B complex on depressive and anxiety symptoms and quality of life in adults with depression. ISRN Psychiatry. 2013 Jan 21;2013:621453. doi: 10.1155/2013/621453. Print 2013. PubMed PMID: 23738221; PubMed Central PMCID: PMC3658370. (texte complet accessible gratuitement) http://www.hindawi.com/isrn/psychiatry/2013/621453/[8]
  6. Kennedy DO, Veasey R, Watson A, Dodd F, Jones E, Maggini S, Haskell CF. Effects of high-dose B vitamin complex with vitamin C and minerals on subjective mood and performance in healthy males. Psychopharmacology (Berl). 2010 Jul;211(1):55-68. doi: 10.1007/s00213-010-1870-3. Epub 2010 May 8. PubMed PMID: 20454891; PubMed Central PMCID: PMC2885294. (texte complet accessible gratuitement) http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2885294/[9]
  7. Pipingas A, Camfield DA, Stough C, Cox KH, Fogg E, Tiplady B, Sarris J, White DJ, Sali A, Wetherell MA, Scholey AB. The effects of multivitamin supplementation on mood and general well-being in healthy young adults. A laboratory and at-home mobile phone assessment. Appetite. 2013 Oct;69:123-36. doi: 10.1016/j.appet.2013.05.016. Epub 2013 May 30. PubMed PMID: 23727255. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23727255[10]
  8. Shaffer JA, Edmondson D, Wasson LT, Falzon L, Homma K, Ezeokoli N, Li P, Davidson KW. Vitamin D supplementation for depressive symptoms: a systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials. Psychosom Med. 2014 Apr;76(3):190-6. doi: 10.1097/PSY.0000000000000044. PubMed PMID: 24632894; PubMed Central PMCID: PMC4008710. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24632894[11]

Photo: RayNata

Partager :

Endnotes:
  1. [Image]: http://neptunya.fr/wp-content/uploads/2013/11/franchementsante.jpg
  2. La suite sur Franchement Santé de Jean Yves Dionne: http://www.jydionne.com/sevrage-101/
  3. http://www.jydionne.com/des-omegas-3-de-poisson-contre-la-depression-majeure/: http://www.jydionne.com/des-omegas-3-de-poisson-contre-la-depression-majeure/
  4. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25721705: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25721705
  5. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24191918: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24191918
  6. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20584525: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20584525
  7. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19116322: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19116322
  8. http://www.hindawi.com/isrn/psychiatry/2013/621453/: http://www.hindawi.com/isrn/psychiatry/2013/621453/
  9. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2885294/: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2885294/
  10. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23727255: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23727255
  11. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24632894: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24632894

Source URL: https://neptunya.fr/sevrage-101-sur-franchement-sante-de-jean-yves-dionne/


Traiter les verrues naturellement, Par Jean Yves Dionne

by Neptunya | 14 juillet 2014 18 h 05 min

franchementsanteLes verrues sont des infections virales de la peau. Elles se présentent comme de petites tumeurs, causées par un virus de la famille du VPH (virus du papillome humain). Qui dit virus, dit contagion. On peut attraper une verrue par contact direct avec un porteur ou par contact indirect sur une surface comme un plancher de vestiaire ou de piscine. De plus, il faut habituellement une lésion sur la peau pour que le virus puisse pénétrer. Dans plusieurs cas, la verrue n’apparait pas parce que le système immunitaire détruit le virus avant qu’il puisse causer cette bénigne, mais combien tenace, tumeur. (consultez la fiche sur les verrues http://www.brunet.ca/fr/conseils/les-verrues.html ) http://www.jydionne.com/traiter-les-verrues-naturellement/ Lire la suite

Source URL: https://neptunya.fr/traiter-les-verrues-naturellement-par-jean-yves-dionne/


la malbouffe rend les traitements contre l’asthme inefficaces par Jean Yves Dionne (Franchement Santé)

by Neptunya | 25 avril 2014 19 h 03 min

franchementsanteL’asthme est une maladie qui affecte la qualité de vie, beaucoup plus que ce que l’on pense. Pour certains, l’asthme se présente simplement comme une respiration sibilante (sifflante). Pour d’autres, il provoque des mucosités adhérentes qui augmentent en quantité à l’effort. Ces symptômes fort désagréables peuvent s’amplifier (surtout chez des enfants, mais aussi chez des adultes et des personnes âgées) au point où l’asthme devient une maladie débilitante qui freine les activités et ruine la qualité de vie. Imaginez un instant que votre cage thoracique est comprimée, que vous ne parvenez pas à inspirer et, en plus, que vous avez de la difficulté à expirer. La sensation de manquer d’air s’aggrave alors d’un sentiment d’étouffement et d’impuissance. Franchement Santé par Jean Yves Dionne Lire la suite

Source URL: https://neptunya.fr/la-malbouffe-rend-les-traitements-contre-lasthme-inefficaces-par-jean-yves-dionne-franchement-sante/


Fatigue, stress, insomnie: Briser le triangle infernal Jean Yves Dionne

by Neptunya | 15 avril 2014 15 h 38 min

franchementsante1d93e6fdb13d67d0009c1b3b8700cc81Vous pouvez désormais vous procurer mon tout nouveau livre sur le site de l’Académie de l’Apothicaire. http://www.jydionne.com/fatigue-stress-insomnie-briser-le-triangle-infernal/ Lire la suite

Source URL: https://neptunya.fr/fatigue-stress-insomnie-briser-le-triangle-infernal-jean-yves-dionne/


Soulager la fibromyalgie Par Franchement Santé de Jean Yves Dionne

by Neptunya | 24 mars 2014 8 h 57 min

franchementsanteLa plupart des personnes qui souffrent de fibromyalgie (majoritairement des femmes) se font offrir des antidépresseurs pour soulager leurs souffrances.(1) Ces médicaments sont certes utiles pour réduire la douleur et améliorer la qualité de vie de plusieurs, mais leurs effets secondaires ne sont pas négligeables. De plus, les antidépresseurs n’ont aucun impact sur la ou les causes de la fibromyalgie. Ils ne règlent aucunement le problème. Franchement Santé, Soulager la fibromyalgie Lire la suite

Source URL: https://neptunya.fr/soulager-la-fibromyalgie-par-franchement-sante-de-jean-yves-dionne/