Archives par mot-clé : upr

Islande et UE : un divorce de raison ? UPR

Imprimez l'article

IslandeLes pays pauvres se précipitent dans l’UE sans hésiter, alors que les États qui se sentent plus ou moins à l’aise, sur le plan économique, refusent d’y adhérer et préfèrent mener leur existence heureuse à côté de l’Union européenne mais pas en son sein. С’est le constat que l’on peut faire en analysant les dernières nouvelles de l’Europe. L’Ukraine qui ne survit économiquement aujourd’hui que grâce aux subventions européennes rêve de gonfler les rangs des membres « secondaires » et les plus démunis de l’Europe unie. D’autre part, tout comme la Norvège qui a refusé l’adhésion à l’union par deux fois, en 1972 et 1994, l’Islande vient de renoncer officiellement à sa candidature à l’UE. Le Ministère des affaires étrangères du pays a expliqué dans son communiqué que «les intérêts de l’Islande sont mieux servis en dehors de l’Union européenne ». En effet, l’Islande est l’un des pays européens qui s’en est le mieux sortie de la crise financière qui a frappé le monde en 2008. Selon l’institut statistique national, l’activité économique de l’Islande a dépassé en 2014 son niveau d’avant la crise. Grâce à une croissance de 1,9%, le produit intérieur brut y a battu l’an dernier son record qui datait de 2008 alors qu’en zone euro, la croissance n’a été que de 0,9%. http://fr.sputniknews.com/analyse/20150319/1015252129.html et http://www.upr.fr/actualite/entretien-de-francois-asselineau-avec-lagence-russe-sputnik-au-sujet-de-lislande Continuer la lecture de Islande et UE : un divorce de raison ? UPR

Voter UPR, c’est dire NON à l’Europe et à TAFTA

Imprimez l'article

logo-uprJ’adhère à l’UPR http://www.upr.fr/,  parce que leurs idées ne sont pas nouvelles mais oubliées et écrasées. (On apprend plus cela dans les manuels scolaires, cela pourrait donner des idées de rébellions aux jeunes têtes qui ont soif d’apprendre. Mieux vaut faire en sorte qu’il soit de bon mouton, c’est plus facile, adulte,  à manipuler.)  Elles font suite à l’après-guerre, vous savez celle ou tous les partis droite, gauche, communiste, et autres, se sont mis ensemble pour que plus jamais les droits des français ne soient anéantis. C’était le Programme de Libération National du CNR. http://www.upr.fr/wp-content/uploads/presidentielles/Programme-Liberation-Nationale.pdf

Et que ce passe-t-il maintenant?

Nous sommes gouvernés, oui c’est vrai tout le monde le sait, par Hollande, non pas par hollande, par Macron, par l’U-E, par Les États-unis… Continuer la lecture de Voter UPR, c’est dire NON à l’Europe et à TAFTA

TAFTA : L’UPR lance une grande pétition pour demander à François Hollande l’organisation d’un référendum

Imprimez l'article

TAFTA : pétition à François Hollande pour un référendum

L’UPR  lance une grande pétition pour demander à François Hollande l’organisation d’un référendum sur les traités de libre-échange TAFTA, CETA et TISA, actuellement négociés secrètement par l’Union européenne.

Je signe la pétition maintenant !Lien Cliquable

Trois traités commerciaux internationaux sont actuellement négociés par l’Union européenne, au nom de la France, sans que les Français ne soient ni informés des conséquences prévisibles sur leur vie quotidienne, proprement phénoménales, ni consultés pour savoir s’ils sont ou non d’accord avec ces conséquences. Continuer la lecture de TAFTA : L’UPR lance une grande pétition pour demander à François Hollande l’organisation d’un référendum

L’histoire vraie : il y a 50 ans, le 6 juin 1964, Charles de Gaulle refusait de commémorer «le débarquement des anglo-saxons» By François Asselineau

de gaulle refusait de commemorer le debarquement des anglo saxons Lhistoire vraie : il y a 50 ans, le 6 juin 1964, Charles de Gaulle refusait de commémorer «le débarquement des anglo saxons»Depuis plusieurs jours, tous les médias de grande diffusion de notre pays consacrent une place considérable à la commémoration du 70ème anniversaire du débarquement anglo-américain en Normandie le 6 juin 2014. Cet événement n’est pas seulement l’occasion d’une intense activité diplomatique ; il est également utilisé comme une commémoration omniprésente et sans nuance à la gloire des Alliés, et plus spécialement des Américains. Bien entendu, nul n’ignore que des milliers de soldats sont morts lors du débarquement de Normandie, essentiellement américains, anglais et canadiens, mais aussi, en plus petit nombre, quelques autres nationalités dont quelques dizaines de soldats français. Ils ont joué un rôle décisif dans la fin de l’Occupation allemande en France et ils méritent à ce titre toute notre gratitude et tout notre respect. L’histoire vraie : il y a 50 ans, le 6 juin 1964, Charles de Gaulle refusait de commémorer «le débarquement des anglo-saxons» Lire la suite

Imprimez l'article